Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Umberto Eco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Umberto Eco    20/2/2016, 09:24

Inutile je pense de commenter l’auteur du célébrissime Nom de la Rose donc je préfère rappeler qu’Umberto Eco est un des premiers qui sut réagir contre l’absurde théorie (absurde mais très en vogue dans les années soixante-dix et jusqu’à nos jours) qui dit que toute œuvre offre une infinité de sens suivant le lecteur qui se penche sur elle.

Avec la clarté logique du scientifique qu’il était il démontra qu’un texte qui a une infinité de sens n’en n’a pas du tout ! Partant de là il élabora le concept de lecteur participatif c’est-à-dire un lecteur éclairé qui sait deviner les intentions sous-jacentes d’un texte et plus généralement tous les signes émis par l’auteur dans sa direction. Un inventeur du pacte de lecture en quelque sorte.

Cette théorie lui permettra de donner une place juste mais mesurée aux genres mineurs que sont les romans populaires, le roman policier par exemple, dont le pacte de lecture bien particulier défini par avance l’ambition finale.

Un esprit universel à la Claudio Magris, un grand homme de lettres.

Et pourtant je n’ai pas beaucoup aimé ses romans ….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Umberto Eco    20/2/2016, 14:32

Et moi je 'nai pas beaucoup aimé ses dernières analyses politiques. Il me reste en mémoire une interview concernant la nomination de Mario Monti, j'ai la mémoire tenace, j'en ai heureusement trouvé une retranscription  :



interview du 03/01/2012
Frédéric Bouchard

On y vient justement: Mario Monti. Quel est votre avis sur la façon dont Mario Monti est devenu Premier ministre ? N’y a-t-il pas une crise de la démocratie européenne ?

Umberto Eco

“Non, la Constitution italienne qui est considérée peut-être comme la plus avancée du monde parce qu’elle était faite après la fin de la guerre et donc pour “réguler” tous les risques de la dictature, dit que le Président de la République, qui est élu par le Parlement peut dans certaines circonstances proposer au Parlement un gouvernement technique qui peut être approuvé ou refusé par le Parlement. Donc, tout s’est passé selon la lettre de la Constitution.”

Frédéric Bouchard

Il n’y a pas eu de coup d’Etat financier ?

Umberto Eco

“Non, ah voilà si vous voulez faire la paranoïa du complot universel, vous pouvez dire qu’il y a les juifs derrière, les francs-maçons, je ne suis…”



Je suis hors-sujet, mais alors ce qu'il m'avait agacé! Je n'ai depuis ce jour plus regardé euronews (1).




(1) Authentique!!!


Dernière édition par Gosayn le 20/2/2016, 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Umberto Eco    20/2/2016, 14:40

Ne pouvez-vous être plus explicite quant à ce que vous lui reprochez?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Umberto Eco    20/2/2016, 14:48

Assimiler la critique du libéralisme à l'antisémitisme (comme tant d'autres plus bêtes que lui), dans un contexte où on lui reprochait un antisémitisme involontaire ( polémique inutile à propos de son roman Le Cimetière de Prague), dans le but de montrer que non, il ne l'est pas, mais alors pas du tout, et tiens, d'ailleurs les voilà les comploteurs antisémites paranoïaques, ils critiquent la politique européenne, vous voyez, je suis de votre côté.

Je lui reproche donc de s'associer à cette censure courante consistant à traiter de "conspirationniste" toute critique antilibérale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Umberto Eco    20/2/2016, 14:56

Je comprends mieux même si j'ignore si c'était le fond de sa pensée. A cette époque beaucoup en Italie avaient bien accueilli Monti sans pour autant être ultra-libéraux mais simplement parce qu'il fallait que quelqu'un "s'y colle" !

Il y avait l'Europe et Golman Sachs mais aussi l'Italie ne l'oublions pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Umberto Eco    20/2/2016, 15:02

Eco était englué dans ces accusations idiotes et il m'avait semblé que cette phrase relevait de l'autodéfense maladroite et dans le contexte de l'époque cela m'avait fait enrager ; pour ce qui est de Mario Monti, certes l'Italie avait connu légèrement pire... et je ne remets en cause ni la probité, ni les compétences du monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Umberto Eco    20/2/2016, 15:06

J'apprécie le légèrement pire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Umberto Eco    

Revenir en haut Aller en bas
 
Umberto Eco
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Umberto D. (De Sica - 1952)
» La Rançon de la Peur - Milano odia: la polizia non può spara - 1974 - Umberto Lenzi
» La légion des damnés - La Legione dei dannati - 1969 - Umberto Lenzi
» Les Pirates de Malaisie - Los Piratas de Malasia - I Pirati della Malesia, 1964- Umberto Lenzi.
» Umberto Eco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: