Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abdelkarim Bendahou



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Maman   1/5/2013, 19:54

C’était la première fois que j’accompagnais mon père au bain maure .
Un long couloir couvert de grandes dalles menait vers une grande salle à l’aspect mauresque. Sous des arceaux on avait étendu des matelas …J’appréciais beaucoup l’intimité du lieu …Une grande porte en bois permettait d’accéder à la salle d’eau .C’était une grande pièce au toit en voûte avec deux grandes cuves souterraines d’où l’on puisait l’eau chaude et l’eau froide .Mon père ,propriétaire des lieux, était pris en charge par les deux masseurs du bain .L’un s’occupa de lui faire un vigoureux massage tandis que l’autre ramenait de l’eau dans de grands seaux .Tayeb se chargea de moi . Je fus ballotté comme un petit agneau ,.On m’emmitoufla dans de grandes serviettes et on m’installa sur un matelas …Tayeb s’affairait à préparer une infusion de romarin ou d’armoise qu’il servait à ceux qui sortaient de la fournaise du bain.

Lorsque mon père sortit , il demanda à Moulay de lui ramener un paquet de cigarettes Bastos. Je voyais ses doigts fébriles qui pétrissait la cigarette …Je n’ai jamais vu mon père dans cet état.On lui servit une tasse de tisane. Il en but quelques gorgées … Sa main tremblait.
De retour à la maison j’appris que ma mère qui avait accouché il y a une semaine était malade…Son état empirait d’heure en heure …Ma tante s’occupait du nouveau né …Des femmes, tantes, cousines et voisines entraient et sortaient .Esther, une voisine juive leur conseilla d’appeler Guidou l’infirmier du dispensaire indigène. Quel sacrilège …El Hadja, El Mérabta auscultée par un roumi ? Que diraient les gens de la Tribu. Ma mère qui était la pudeur même, n’osa même pas écouter le conseil de sa voisine.

Issue d’une famille conservatrice, ma mère ne sortait pas souvent de la maison .Elle passait ses journées dans la grande cour ou dans le jardin .Elle allait bien sûr au bain, assistait aux cérémonies familiales ou religieuses …Nous étions son petit monde et sa raison de vivre.
Enfant, je réalisais qu’il y avait deux univers ; celui des hommes et celui des femmes…Ce dernier était mystérieux, étrange, ésotérique …Dès que l’on commençait à en prendre conscience on y est évincé et c’est, je pense pourquoi on m’interdisait aujourd’hui d’entrer dans la chambre où se trouvait le monde des femmes. Je suppliais ma tante de me laisser passer pour voir ma mère.
« Tu la verras ce soir, maintenant il n'y a que les femmes ! »

J’ai pu voir ma mère …Son visage était blême …Elle me parut comme quelqu’un qui était exténué après un effort colossal…Elle me sourit et me prit la main …Je sentai sa paume glacée qui caressait mes doigts …Je dus sortir parce qu’une grosse dame est entrée et on voulait la laisser seule avec maman.

Le lendemain ,on me chassa tôt de la maison …Les femmes avaient investi tous les espaces…

Assis au milieu des enfants qui récitaient des versets de coran dans la mosquée ,Si Abdelkader répondait aux sollicitations chacun surtout ceux qui avaient encore des difficultés à déchiffrer les lettres écrites sur des planches avec une encre noirâtre fabriquée à partir de la laine de mouton brûlée ,ou encore ceux qui n’arrivaient pas à bien prononcer un mot de ces versets écrits au Calame dans une alchimie où se mélangeaient la noirceur de l’encre et les couleurs fuyantes de l’argile qui servait à effacer les sourates apprises la veille par cœur.
Quelqu’un se présenta devant la médersa .Le taleb le vit et sortit pour l’accueillir .Si Abdelkader marmonna quelque chose et me demanda d’aller à la maison …J’accrochais ma planche à un clou du mur et je sortis.
Le boulevard des Daubes était plein de monde .Deux voitures noires, des citroen étaient garées devant la porte de notre maison. Arrivé à proximité de notre domicile, je vis ma grand-mère descendre d’une voiture soutenue par mon oncle . Il se passait quelque chose que je ne comprenais pas .Mon cousin me vit et m’annonça froidement la nouvelle. Ma mère était morte ce matin.
Je vis alors mon père. Je courus vers lui mais je trouvais un homme impassible qui répondait mécaniquement aux nombreuses personnes venues lui présenter leurs condoléances. Je scrutais son visage .Il était calme et aucune tristesse ne trahissait son air imperturbable. Pas de larmes aux yeux, pas de regard absent ou triste qui dénote la perte d’un être cher .Je sanglotais et il me semblait que mon père n’accorda aucune attention à mes pleurs…

Quelques jours plus tard, en revenant de la médersa ,je poussais la porte de la maison en criant « Mma , mma donne moi mon thé , mon pain et mon beurre»
Cette phrase je l’ai dite des centaines de fois chaque fois que je rentrais à la maison. Mes cousines se moquaient de moi en me disant : « Mon thé mon thé » et moi furieux je les pourchassais dans la maison en leur donnant des coups .
Mon père était debout, dans la cour sous le grand grenadier. Il me regarda Et s’affaissa sur un banc en tenant sa tête entre ses mains.. Il pleurait .Oui mon père pleurait .Oui le roc pleurait oui, le roc s’est effondré…J’avançais vers lui…Il me prit sur ses genoux et ensemble nous pleurâmes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Maman   2/5/2013, 07:38

CHer Abdelkarim Bendahou,

Votre texte est, à mes yeux d'occidental, riche de notations exotiques qui lui donnent une saveur précieuse. Rien que pour cela, pour cette ouverture vers d'autres sphères culturelles votre démarche est intéressante. De plus vous savez ne pas être trop long, c'est bien.

On peut simplement oser deux critiques:

- Il me semble que vous voulez trop en mettre dans peu d'espace ! La mort de la mère, la supposée rudesse du père et le désarroi du fils suffisaient. Y ajouter les problématiques hommes/femmes et le passage de l'état d'enfant à celui d'homme, plus l'initiation du lecteur au rite du bain, risque de brouiller le message.

- Votre texte souffre d'une syntaxe un peu trop négligée et/ou fautive. Sachez que les erreurs de langue sont bien souvent les arbres qui cachent la forêt des qualités ! Donc, soyez plus exigeant, relisez et travaillez d'avantage la forme et votre lecteur ne sera pas dérangé et mal disposé. ( Par exemple vous pouviez éviter au début la répétition: grandes dalles/grandes salles ! )


Pour finir je cite un magnifique extrait de votre texte : "un mot de ces versets écrits au Calame dans une alchimie où se mélangeaient la noirceur de l’encre et les couleurs fuyantes de l’argile"

Peut-être votre talent se cache-t-il dans les plis d'une telle phrase. A vous de lui donner un plus ample envol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5903
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Maman   5/5/2013, 22:17

Très bonne réflexion Jean-Pierre qui ne peut qu'aider Abdelkarim Bendahou... que je ne vois plus (?).

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Maman    6/5/2013, 08:48

Je n'ose imaginer que Abdelkarim Bendahou soit inélégant au point de ne pas répondre à qui s'est donné la peine de le lire et de lui communiquer une opinion !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5903
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Maman   7/5/2013, 12:45

Je n'ose point l'imaginer non plus...


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Abdelkarim Bendahou



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 25/04/2013

MessageSujet: Re: Maman   15/5/2013, 00:58

Jipi a écrit:
Très bonne réflexion Jean-Pierre qui ne peut qu'aider Abdelkarim Bendahou... que je ne vois plus (?).

merci pour ce commentaire sans complaisance .Cependant je tiens à préciser que des interférences culturelles et linguistiques peuvent altérer nos textes ( par exemple la répétition est permise en langue arabe ) . Je vous remercie pour vos appréciations encourageantes et je m'efforcerai de prendre en compte vos remarques pertinentes dans mes prochains écrits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Maman    15/5/2013, 08:16

Je n'ai pas observé d'abus de la répétition dans votre texte.

D'autre part la répétition n'est critiquable que si elle est mal utilisée ou pire involontaire. C'est le cas de tous les effets de style. Personne ne répète autant que Thomas Bernhard qui est un des plus grand écrivains autrichiens.

D'autre part les interférences culturelles y compris dans les aspects linguistiques ne doivent pas faire oublier que celui qui utilise une langue doit la respecter. La marge est j'en conviens étroite mais c'est le prix à payer. Vous pourriez écrire en arabe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un article sur Maman Olangi.
» Monas de maman
» le pastis de ma maman
» J'aime ma Maman ! xD [poéme d'enfant]
» Qui joue le mieux la Maman!!!!???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Les écrits de nos membres-
Sauter vers: