Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1027
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   28/4/2006, 16:51

Je n'ai rien à ajouter, et vous remercie de m'avoir répondu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5903
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   28/4/2006, 18:25

Voilà des échanges de qualité qui me font un peu grandir ! Wink

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: La maison du Faune   10/6/2006, 13:17

j'ai lu ce roman de Jean-Pierre Poccioni:

Je me suis régalée comme l'on se régale d'un mets que l'on découvre. Car franchement sa façon d'écrire m'a déroutée. Je m'en faisais une autre idée en fait.

Il a su décrire la détresse d'un vieil homme, mais aussi sa jouissance de la vie, ses plaisirs, ses envies, ses pulsions, avec beaucoup de pudeur mais les mots percutent quand même. La pression monte au fur et à mesure de la lecture et franchement, on se laisse emporter.

C'est vraiment ce que j'appellerais de "la belle ouvrage" du beau texte et une très belle histoire.

Merci à toi, Jean-Pierre, pour ce moment partagé avec tes lecteurs.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   10/6/2006, 14:39

Merci à toi Marie pour tes impressions de lectrice et une évidente et louable largeur d'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   10/6/2006, 20:32

juste une parenthese pour dire à jean-pierre que je suis contente de le revoir ici... juste ça! même si je ne le connais pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freudenbergersylvie.free.fr
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5903
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   11/6/2006, 12:42

Génial... Marie a lu ce livre important !
Sylvie, je partage ton point de vue !
Je crois que Jean-Pierre Poccioni a, comme chacun de nous, de grandes choses à nous faire connaître : je pense notamment à ses coups de coeur littéraires !

Chaque être humain a l'un ou l'autre charisme qui constitue une richesse essentielle à offrir à l'autre...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   12/8/2006, 19:51

Je donne ici un condensé d’un long fil que j’ai consacré au livre de Jean-Pierre Poccioni :


Voici plusieurs jours que j’ai maintenant terminé la lecture ce livre, il a donc eu le temps de se décanter en moi et les images qui me restent sont souvent empreintes « d’un érotisme qui sourd » tout au long du roman. Voici un premier court extrait : la découverte de la fresque dans la Villa des Mystères, le narrateur est seul, il a pu pénétrer sur le site un peu avant l’afflux des touristes :

La Villa des Mystères était déserte et j’entrai dans les pièces sombres avec la sensation d’une profanation, mais tant d’autres m’avaient précédé que je me pardonnai. C’est une architecture assez complexe, fort éloignée du plan classique de la demeure romaine, et je revenais sans cesse sur mes pas, traversant maintes fois l’atrium qui me servait de point de repère. Je me suis un peu perdu sans le moindre agacement, le temps ne passait pas.
Soudain au détour d’une exploration de hasard, je découvris la fresque. Je savais qu’elle formait une suite, comme une bande dessinée, mais mon regard se fixa sur l’image de la femme agenouillée, nue et soumise, comme si je surprenais, dans cette intimité particulière, le modèle vivant.


Ce que j’ai aussi aimé dans le livre de Jean-Pierre Poccioni c’est la voix off du narrateur. Celui-ci est cultivé, grand amateur de vin et de musique et passe auprès du jeune couple pour un érudit plein d’assurance. Pourtant, au tournant de quelques pages, j’ai relevé ce paragraphe « amusant » car plein « d’une belle sincérité » :

« Je ne suis pas un amant magnifique et pourtant comme j’aurais aimé. J’ai cru quelques années à cette gymnastique et puis avec le temps j’ai su que rien n’est simple, pas même le plaisir, surtout pas le plaisir. J’aime le corps des femmes et les dentelles dont elles se parent. J’aime caresser, de la main, du regard, par la pensée perverse et sans limites. Mais le plaisir des femmes, leurs soupirs dans mes bras furent toujours des cadeaux qu’elles me firent. » (page 98-99)

Dès qu’on entame la lecture du livre de Jean-Pierre Poccioni et que le projet de voyage, du narrateur vieillissant, à Naples et Pompéi se confirme, on a la tentation de se remémorer le court roman de Thomas Mann « La Mort à Venise ». Un roman qui a été adapté au cinéma par Luchino Visconti en 1971. Le narrateur (l’auteur ?) ne s’y est pas trompé car en page 39 on peut lire ceci :

C’est quand m’est venue l’idée de m’offrir un chapeau que j’ai compris que je m’étais fourvoyé dans Mort a Venise. Je parcourais les ruines comme Aschenbach les venelles vénitiennes. Cette prise de conscience soudaine m’a rappelé que Dirk Bogarde incarnait un homosexuel qui à la fin du film mourait pitoyablement.
Moi, je pars pour Naples. Je suis bien vivant, totalement hétérosexuel, bien qu’assez peu pratiquant pour l’heure, et j’ai failli retourner à l’agence pour tenter de rapprocher le jour du départ.


Ce que je trouve pourtant troublant c’est la fascination du Faune du livre de Jean-Pierre Poccioni pour un jeune couple qui me semble tout de même bien comparable à celle d’Aschenbach pour le jeune homme entr'aperçu à Venise.


Voici un extrait d'une interview de Thomas Mann lors du tournage du film de Visconti, où il explique :

Ce que je voulais raconter à l’origine n’avait rien d’homosexuel ; c’était l’histoire du dernier amour de Goethe à soixante dix ans, pour Ulrike von Levetzow, une jeune fille de Marienbad : Une histoire méchante, belle, grotesque, dérangeante qui est devenue La Mort à Venise. À cela s’est ajoutée l’expérience de ce voyage lyrique et personnel qui m’a décidé à pousser les choses à l’extrême en introduisant le thème de l’amour interdit. Le fait érotique est ici une aventure anti-bourgeoise, à la fois sensuelle et spirituelle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je me suis demandé si notre Faune ne vivait pas, en fait, une relation avec Claudia… au travers de son compagnon Thomas. Le désir de l’homme vieillissant envers les jeunes femmes m’a fait penser au livre de Philip Roth « La bête qui meurt » dont voici un résumé :

A l’orée de la vieillesse, David Kepesh, esthète attaché à sa liberté et séducteur exigeant, rencontre parmi ses étudiantes Consuela Castillo, vingt quatre ans, fille de riches émigrés cubains, « émerveillée » par la culture. Et découvre la dépendance sexuelle… et la mort qui rôde en chacun de nous.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je suis alors parti pour un parcours avec les livres traitant de l’Amour, de la vieillesse et… de l’impuissance au travers des œuvres de romancier Japonais :

La confession impudique de Junichirô Tanizaki dont voici le résumé :

Un respectable professeur d'université (encore ! – note de becdanlo), à l'âge du démon de midi, ne parvient plus à satisfaire sa jeune femme dotée d'un tempérament excessif. Après avoir essayé divers excitants, il s'aperçoit que la jalousie est un incomparable stimulant.
Chacun des deux époux tient un journal, sachant très bien que l'autre le lit en cachette...
Un roman audacieux sur un sujet délicat.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Les « Belles endormies » de Yasunari Kawabata.

Dans cette chambre aux rideaux cramoisis, des jeunes femmes livrent leur corps à la contemplation. Auprès des ces "Belles Endormies", intouchées et intouchables, des hommes déjà vieux viennent trouver une illusoire consolation à leur jeunesse enfuie. C'est avant tout la curiosité qui pousse Eguchi à franchir le seuil de cette maison singulière, mais il ne percera aucun de ses mystères. Lui qui pourtant ne ressemble pas aux "clients de tout repos" qui fréquentent la maison, il se pliera comme eux à ses règles étranges. Peu à peu, le vieil Eguchi se prend au jeu et chaque fois c'est aux côtés des ces corps de nymphes qu'il refait le voyage de sa vie. Sans tristesse ni nostalgie, il reverra en rêve les passantes d'une nuit, ses maîtresses, ses filles, sa mère, les femmes de sa vie.
Dans ce huis clos touchant, l'auteur évoque la lucidité d'un homme face à sa solitude et distille au fil des pages un érotisme tout en pudeur et en tendresse. L'une des plus belles œuvres de Yasunari Kawabata, Prix Nobel de littérature.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Journal d’un Vieux Fou » de Junichirô Tanizaki

Un vieillard qui a gardé le goût de l'amour s'éprend de sa belle-fille, ancienne danseuse de music-hall à la morale assez libre. Avec beaucoup d'intelligence, elle profite de son beau-père pour lui arracher des libéralités extravagantes et mener une vie de luxe. En compensation, elle lui accorde des privautés savamment limitées et le maintient dans une excitation qui s'exaspère d'autant plus qu'elle ne peut aboutir qu'à de lamentables démonstrations... Une peinture audacieuse et pleine de finesse de la passion amoureuse et de la tragédie de la vieillesse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Le Pied de Fumiko de Junichirô Tanizaki

Ce texte de jeunesse, publié en 1919 dans la revue Yûben, relate l'attrait fétichiste d'un vieux et respectable retraité pour le pied d'une dame de petite vertu, passion dévorante qu'il va partager avec un jeune peintre. Tanizaki s'est employé à travers plusieurs récits à explorer les perversions sexuelles, et c'est la récurrence de ce thème qui donne à cette nouvelle un intérêt particulier…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je suis désolé si ma contribution vous parait particulièrement indigeste mais elle est directement reliée à l’intérêt que j’ai eu à lire le livre de Jean-Pierre Poccioni que je vous recommande sincèrement.


Une dernière chose voici un site très intéressant sur La Villa des Mystères et des célébrations dionysiaques (ne pas oublier de cliquer sur « la grande fresque pas à pas, en bas de page) :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   13/8/2006, 08:01

Cher "Becdanlo"

C'est peut-être parce que je suis l'auteur que je ne trouve pas votre texte indigeste mais au contraire intéressant et riche de réflexions diverses.

L'attention que vous portez à mon roman me touche et aussi vous honore car bien des critiques "officiels" n'ont ni votre précision ni votre pertinence.

Merci donc,

Jean-Pierre Poccioni

ps : Tanisaki, bien sûr, qui est une des lectures favorites du Faune, mais aussi Sterne et là, c'est une autre piste qui s'ouvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   13/8/2006, 11:03

Merci Jean Pierre pour votre réponse.

J’ai bien enregistré la piste « Sterne » que je ne connaissais pas.

Est-ce bien celui dont vous parlez et qui a écrit ‘Voyage sentimental à travers la France et l’Italie » ?

Sous le pseudonyme shakespearien de Yorik, Sterne raconte des souvenirs et des impressions de voyage : après avoir énuméré les différentes catégories de voyageurs, il déclare appartenir à celle des sentimentaux, c'est-à-dire ceux qui aiment observer tranquillement et s'abandonner aux sentiments divers que les choses peuvent leur inspirer. Un chef d'œuvre méconnu de la littérature anglaise.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

becdanlo

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   13/8/2006, 12:37

Nous parlons bien du même Sterne, mais Le Faune est surtout un éternel lecteur de Vie et opinions de Tristram Shandy.


Citation de La Maison du Faune:

"J’ai un peu tendance à me fixer sur quelques œuvres, toujours les mêmes, comme en littérature d’ailleurs. Je me dis parfois que j’approfondis mais c’est pour me consoler de ne plus découvrir. J’entre chez mon libraire avec la ferme intention de dénicher une nouveauté, j’achète parfois un livre et puis rentré chez moi je relis Tristram Shandy ou le Journal d’un vieux fou."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   13/8/2006, 18:21

Oui, du reste en parcourant à nouveau votre livre à la recherche de cette citation j’ai retrouvé l’une des scènes principales du Journal d’un Vieux Fou, très explicitement décrite en page 20 (la scène qui se passe dans la douche avec Satzuko)!

Je dois bien avouer que je n’avais pas enregistré à ce moment (consciemment ?) la référence au livre de Tanizaki.

Je suis fasciné par la force du désir qui réside encore dans l’être humain, alors même que « le corps vieillissant » ne peut plus répondre à la demande !

Je crois avoir lu quelque part (est-ce dans le Bardo Thodol des Tibétains ?) que l’âme errante d'un défunt est attirée à se réincarner en voyant un homme et une femme faire l’amour. Cet « obscur objet du désir » serait capable de damner un moine à la recherche de la libération des renaissances Wink !

becdanlo

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   13/8/2006, 22:02

Vérification faite c’est bien dans le Bardo Thodhol qu’est décrit la « catastrophe » : la renaissance (ceci se produirait entre 15ème et le 49 ème jour aptès la mort)

Le sidpa bardo ou étape de la renaissance : après un certain nombre de jours, le défunt acquiert un corps mental doté des 5 sens ; il peut voir sa famille, circuler dans le monde en traversant les obstacles. Il a ensuite la vision de ses bonnes et mauvaises actions comptées respectivement à l’aide de pierres blanches et noires. Puis Yama se saisit de lui et le dévore organe par organe jusqu'aux os. Enfin arrive le moment de la réincarnation, à moins qu'une technique de dernier ressort, dite "obturation de l'entrée de la matrice", n'évite la venue au monde. Celle-ci peut se faire dans l’un des six états suivants : déité, déité inférieure, humain, animal, fantôme affamé, démon. Dans le cas d’une réincarnation humaine, la conscience est attirée par la vision du couple parental engagé dans l’acte sexuel.

Le but du Bardo Thödol ou Livre des morts tibétain est un texte du bouddhisme tibétain décrivant les états de conscience et les perceptions se succédant pendant la période qui s’étend de la mort à la renaissance. L’étude de son vivant ou la récitation du principal chapitre par un lama lors de l’agonie ou après la mort est censée aider à la libération du cycle des réincarnations, ou du moins à obtenir une meilleure réincarnation.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   14/8/2006, 07:29

Becdanlo,

S'il est clair que chacun peut emplir une oeuvre de son sens propre chaque ouvrage étant un sens posé dans l'histoire et le temps, il n'en reste pas moins que mon Faune est fondamentalement un homme sans Dieu!
Sa situation en est d'autant plus humainement tragique à moins qu'on décide que la vie soit belle en deça de toute notion de durée.

Quant au désir d'un homme âgé, je ne le distingue pas du désir tout court. Je pense que c'est la société qui fabrique la vieillesse, une société obsédée par un jeunisme dérisoire.

N"oublions pas que chacun est toujours le jeune ou le vieux d'un autre ! C'est ainsi que Claudia devient brusquement toute jeune...dans le désir du Faune.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier non plus que Thomas et Claudia sont des marginaux sociaux qui refusent la norme imposée de la vie sexuelle politiquement correcte.

Pour conclure je dirais mon roman bien plus politique que philosophique ce qui est une autre manière de l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   14/8/2006, 10:58

J’entends bien que le Faune soit "fondamentalement un homme sans Dieu". Personnage de fiction il est la création de son auteur (bien que certains affirment que les personnages de roman échappent souvent à leurs géniteurs Smile ). Mais probablement que l’intérêt d’un échange comme celui-ci est justement la confrontation au ressenti d’un lecteur… ce miroir quelque peu déformant Wink

Je suis d’accord que le désir, en tant que tel, est la même pour la personne jeune ou âgée, par contre la possibilité de le réaliser n’est pas du tout la même… ce qui fait tout le tragique de l’histoire. Dans votre roman, il me semble que le Faune n’a pas plus la possibilité d’assouvir son désir pour Claudia (malgré ses dénégations) que le Vieux Fou de « posséder » Satzuko ?

Il est aussi vrai que dans votre roman il y a la vie de couple de Claudia et Thomas (politiquement incorrecte) et la relation au Faune. Le Faune pouvant être le révélateur du couple et réciproquement. A ce propos il y a une séquence « Elle et Lui » qui me pose problème : je me suis interrogé sur le sens de la scène qui se passe (en forêt – je crois) lorsqu’une voiture vient à la rencontre de celle du couple et que va se jouer « une partie à trois ». Un moment je me suis dit que la scène n’était « pas réelle » qu’elle était de l’ordre d’un fantasme de Thomas, je me suis aussi dit que le deuxième homme pouvait être "le rêve du Faune". J’ai relu hier ce passage et je n’ai pas encore su trancher. Faut-il prendre cette scène pour ce qu’elle est… une pratique échangiste du couple ou bien une sorte de transposition symbolique de la relation qui se met en place entre le Faune et le couple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   14/8/2006, 11:26

Intéressante interrogation, révélatrice d'une hésitation de votre part.
( bien qu'échangisme me semble un terme impropre. )


Il faudrait lire Le Beau désordre qui éclaire ma pensée à ce sujet.

Je n'aime pas beaucoup ajouter des explications à un texte qui me semble aussi clair qu'il doit l'être. Certains ne voient pas, d'autres ne souhaitent pas voir, c'est l'univers du lecteur, pas le mien.

Cependant on peut songer que si les libertins ne furent pas tous libertaires les libertaires furent souvent libertins, et comme tels plus aptes que d'autres à se libérer des idées reçues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   15/8/2006, 11:23

Je comprends tout à fait que vous n’ayez pas envie de donner des explications de texte. Pour avoir moi-même quelques retours de lecteurs je suis parfois effaré par la perception qu’ont certaines personnes de mes textes Wink

Permettez-moi cependant de terminer mes impressions de lecture, sur le mode de l’interrogation, sans que je n’attende vraiment de réponse de votre part Wink

Ma dernière interrogation concerne une scène qui se situe pratiquement à la fin de votre ouvrage. Je ne pense pas déflorer la fin de votre roman puisqu’il ne comporte pas vraiment un dénouement avec la résolution d’une énigme…

La scène se situe à la fin d’un week-end à la campagne chez Claudia et Thomas. Claudia est en contre-jour devant la fenêtre et

« dessine la forme de ses jambes au travers du tissu. Thomas voit lui aussi, il me regarde et me sourit. Doucement. Un sourire complice. Je n’oublierais jamais ce signe et pourtant il me glace comme le symbole même de ce que j’ai gâché »

Là, je me suis demandé ce qu’il avait gâché ? Mon « hésitation vient de ce que quelques paragraphes au-dessus, voyant Claudia aller et venir pour préparer le dîner le Faune se dit :

« Jamais une telle simplicité de l’intime n’avait existé dans ma maison… »

... indiquant par là qu’il aurait un regret sur sa vie passée. Mais je crois plutôt que dans la scène qui me préoccupe, quand Thomas lance « un sourire complice », c’est en fait un sourire de connivence entre « mâles » et que le Faune ressent précisément à ce moment là qu’il ne l’est plus. Ceci renvoie aux occasions ratées, notamment lorsque le trio arrivé au bout d’une nuit blanche, Claudia demande avec insistance : Alors qu’est –ce qu’on fait maintenant ? La scène « préoccupante » de ma contribution précédente (la partouze dans la forêt) prendrait alors toute sa signification : elle serait un fantasme qui circule entre Claudia, Thomas et le Faune.

Il y a aussi cette scène émouvante dans le salon d’un hôtel où une jeune femme attirante focalise les regards sans vergogne d’un groupe de jeunes hommes. De retour dans sa chambre, « échauffé » mais trop fatigué, notre Faune ne pourra même pas se donner du plaisir en solitaire !

A la fin du roman, le Faune se retire comme un vieil éléphant se retire dans la forêt quand il ne se sent plus capable d’assumer son rôle.
Autant le Vieux Fou de Tanizaki vit sa relation sadomasochiste et impuissante avec Satzuko d’une façon « heureuse » puisqu’il jouit même du spectacle de celle-ci piétinant sa tombe lorsqu’il sera enseveli, autant le Faune s’efface dans le dépit et la honte. Les jambes de Satzuko ravissent le Vieu Fou, les jambes de Claudia plongent le Faune dans le désespoir.

Ce qu’il me plait à imaginer, c’est que vieil éléphant fasse une "belle rencontre" qui lui assure la paix et la sérénité… mais chutt…ça c’est un secret Very Happy

Je voudrais remercier Jean-Pierre Poccioni d’avoir écrit ce livre qui a nourri mon propre imaginaire (je "travaille" sur un thème très proche) mais surtout d’avoir été présent sur le forum de Jipi sans quoi je n’aurai jamais lu son livre.

Merci à tous deux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5903
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   15/8/2006, 16:08

Ta réflexion à partir du roman de Jean-Pierre Poccioni est vraiment très enrichissante Becdanlo !

Il est vrai que j'ai à maintes reprises vanté les mérites du roman de Jean-Pierre Poccioni qui, on peut le dire, est un écrivain réellement talentueux ! Et ceci sans aucune flagornerie de ma part. Je crois que le bouche à oreille à partir de mes interventions dans le Forum, lors du Salon International du Livre à Bruxelles et à Arbois, a suscité quelques découvertes de La Maison du Faune !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   14/1/2007, 13:25

Jean-Pierre Poccioni a écrit le 14 août 2206 :

Citation :
Il faudrait lire Le Beau désordre qui éclaire ma pensée à ce sujet.

Et bin voilà : le beau désordre va bientôt atterrir dans ma boite aux lettres !

à bientôt donc !

bec’

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   27/1/2007, 17:54

Dans la mienne également car j'avais vraiment apprécié "la Maison du Faune"

Effectivement, nous avons beaucoup parlé de ce livre de Jean-Pierre ici et ma foi, les "critiques" étaient dans l'ensemble très agréables !
donc je me replongerai avec plaisir dans un autre ouvrage.

Tu nous préviendras n'est ce pas, Jean-Pierre Poccioni? mes amitiés en passant ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   11/2/2007, 14:00

Puisque nous sommes chez toi Jean-Pierre, regarde ce que j'ai reçu ce matin par mail de mon "fournisseur" préféré en livres?



Cher amazonaute,Nous avons remarqué que les clients qui ont exprimé leur intérêt pour La maison du Faune de Jean-Pierre Poccioni ont également commandé Vingt-quatre heures d'une femme sensible de Constance de Salm. C'est pourquoi nous vous invitons à découvrir son nouveau livre, Vingt-quatre heures d'une femme sensible. Vous pouvez le commander au prix de EUR 9,50 seulement en cliquant sur le lien ci-dessous. Vingt-quatre heures d'une femme sensible Constance de Salm Prix éditeur: EUR 10,00
Prix: EUR 9,50
Économisez : EUR 0,50 (5%)

Présentation de l'éditeurVéritable petit bijou, ce roman épistolaire publiée en 1824 se présente comme une variation sur la jalousie et ses affres. Confrontée à l'image obsédante de son amant disparaissant dans la calèche d'une autre beauté au sortir de l'opéra, notre héroïne tente de comprendre et de calmer les milles émotions qui l'assaillent. Au cours d'une nuit d'insomnie et d'une journée perdue à guetter un signe de celui qui -semble-t-il vient de la trahir, elle ne trouve d'autre consolation que de lui écrire. Quarante-quatre lettres pour dire vingt-quatre heures de fièvres, de doutes et de désespoir. Cet unique roman de roman Constance de Salm bouleversera tous les ... En lire plus ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becdanlo
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 56
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   17/2/2007, 18:42

LE beau désordre

Après avoir refermé Le Beau Désordre, je me suis dit qu’il me faudrait relire maintenant la Maison du Faune. C’est vrai qu’il y a un fil qui relie ces deux livres mais il est difficile, une fois que l’on a découvert un « sommet », de pratiquer ensuite la marche d’approche (sourire).
Voici plusieurs semaines que j’ai terminé de lire ce livre et, contrairement à mon habitude, je n’ai pas pris de notes. Aujourd’hui, lorsque « je regarde derrière en arrière », je me souviens de l’épisode Africaine, post colonial (puisqu’il s’agit de coopération), de la recherche de la féminité et puis de cette exploration de soi-même et de l’autre avec ces fantasmes… (et ces errements ?)
Au final je trouve que le personnage de Marie est nettement plus mature que celui de Julien qui est perdu dans ses rêves de dentelles et « d’excitants ». Pourtant, ce que je trouve de beau c’est cette métamorphose qui se produit vers la fin et dont le passage suivant est révélateur :

Il (Julien) s’était habitué à cette vie agréable et douce, piquante aussi quand Marie lui faisait du charme, et il se sentait heureux. Mais l’amour pour Marie faisait son chemin en lui à sa manière souterraine et, après s’être installé doucement dans ses fibres, il explosa.

Soudain elle fut là, au profond. Il n’y avait pas pris garde, parce que le bonheur avait des couleurs simples et qu’il croyait que rien en dehors des violences érotiques ne pouvait le submerger, l’étreindre. Il n’avait pas vu venir cette tourmente, quelque chose qui était de l’ordre de la chair, du sang, de la mort aussi et du souffle à la fois. Marie si jolie était la dévorante et lui la dévorait, dans des cris, au fond de l’être, rien de perceptible depuis l’extérieur comme ces forces telluriques qui soudain jaillissent.

Quand il eut repris son souffle, sa lucidité, il vit l’amour en face. C’était celui de Marie et dans ses beaux yeux la même passion, la même certitude d’être aimé. Ils restaient face à face pour des instants d’une telle force de tendresse qu’ils en étaient insupportables et des larmes montaient qui piquaient leurs paupières…
pages 190-191

Ce passage est vraiment magnifique !

Merci Jean-Pierre Poccioni de m’avoir incité à lire ce premier ouvrage et merci de faire partager votre univers à tous les lecteurs.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=105
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   18/2/2007, 02:43

Cher Becdanlo,


Avant tout propos merci de me lire avec cette attention et de surcroît prendre la peine de faire partager les impressions et autres réactions.

Pour le reste, faire le choix de tel ou tel passage pour le mettre en valeur ou parce qu'il exprime ce qu'on pense être l'essentiel du texte est le droit le plus entier du lecteur sur lequel je ne reviendrais pas.


Juste une remarque: Julien serait perdu ( pour un perdu il ne se retrouve pas si mal!) dans ses rêves d'excitants avec des guillemets au mot excitants.

Pourquoi des guillemets ?

Pudeur ? Mise à distance du sexe qui ne serait pas assez estimable ? Pas assez élevé ?

Enfin un mot sur la logique qui se prolonge du Beau désordre à La maison du Faune. C'est le même auteur et il est sincère. C'est simple et c'est tout.

Avec encore une fois mes remerciements pour cette lecture bienveillante.

Jean-Pierre Pocccioni
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: romans de J-P Poccioni   16/3/2007, 07:16

Merci à Marie pour le petit mot sur le site de mon éditeur, au sujet de La Maison du Faune.

J'ai été amusé ( mais ce n'est pas une critique) que mon personnage puisse être vu comme un homme simple vivant une vie simple.

Comme quoi un roman est toujours un peu une auberge espagnole !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   16/3/2007, 14:29

Oui selon que l'on est compliqué soi-même ou pas ! moi j'ai trouvé que ton héros était très intéressant et surtout qu'il avait décidé de ne plus se poser de questions et vivre ... tout un art !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2380
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   23/8/2007, 22:46

John a écrit:
Une nouvelle question se pose : un lecteur qui considère le Mage de Fowles comme un chef-d'oeuvre et qui a été capable de lire Da Vinci Code jusqu'au bout peut-il apprécier La Maison du Faune de Jean-Pierre Poccioni?
Réponse d'ici fin août, enfin si ça intéresse quelqu'un...
Question

J'ai terminé ce soir La Maison du Faune de Jean-Pierre Poccioni.

Je l'ai lu doucement, en plusieurs jours, car c'est un livre qui se savoure.

J'ai particulièrement aimé :
- L'alternance entre "le journal" et "elle et lui", offrant un double point de vue subtil et original sur certaines scènes.
- Cette écriture raffinée mais pas trop, qui privilégie le mot juste sans tomber dans le sur-littéraire.
- La parfaite unité, adéquation entre le titre, la couverture et le contenu du livre, qui fait qu'à chaque fois que je rouvrais ce livre, j'avais l'impression de pénétrer dans la maison du faune.
- L'ami Jacques, peu décrit mais si bien évoqué que je peux m'en faire une représentation mentale assez précise (mais ne me demandez pas de la décrire, j'en serais incapable!)
- Le sauternes (et toute la scène qui l'entoure!)
- L'intérêt du Faune pour Laurence Sterne.
- Les robes de Claudia. aime

Comme Jipi, je ne suis pas sûr d'avoir bien compris la scène un peu hard des pages 49 à 52 même si je ne l'ai pas trouvée dérangeante. Peut-être l'auteur acceptera-t-il de nous donner une piste?

A propos de l'auteur, je constate que le fait d'avoir eu quelques échanges avec Jean-Pierre Poccioni sur ce forum a apporté un petit plus, une petite touche épicée à ma lecture. Merci donc à vous Jean-Pierre, pour ce livre qui m'a procuré un réel plaisir de lecture tant par sa forme que son contenu. Tout ce que j'ai lu à votre sujet sur ce forum est bien vrai : vous êtes un écrivain de qualité.

Rien à voir avec Fowles, et encore moins avec Brown, nous sommes bien d'accord! Mais je crois que je ne suis pas le seul de ma génération (né en 1962) à avoir des goûts un peu éclectiques.

Il me reste maintenant à lire Le Beau Désordre, mais le Faune ne m'en voudra pas si je commence par me replonger dans Tristram Shandy. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Romans de J-P Poccioni : ses commentaires et vos questions !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Commentaires, réactions, questions ou suggestions
» [Auteur] Les romans historiques d'Hubert Prolongeau
» Traductions des romans "Fullmetal Panic!"
» [Collection] Les Grands romans populaires (Rouff)
» Dollhouse : avis et commentaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Les écrits de nos membres-
Sauter vers: