Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pas de majorité en Angleterre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jim
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : En plein centre de Liège
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Pas de majorité en Angleterre   8/5/2010, 19:23

La majorité absolue étant à 326 sièges, les Anglais sont dans une situation qui ne s'est produite que quatre fois dans toute l'histoire du pays (en 1924, 1929, 1974 et 2010), un hung parliament, c’est à dire un parlement sans majorité au soir des élections.

Une situation qui intéresse très fort le Premier Ministre sortant, en effet Gordon Brown s’est empressé, hier matin, d’agiter son étendard légal. «Les conventions constitutionnelles sont claires. Les règles sont que, en cas de hung parliament, ce n’est pas le parti qui a le plus de voix qui prend la main mais bien le gouvernement sortant» a-t-il déclaré. Une loi qui pourrait lui permettre de prendre la main sur la constitution d’un gouvernement… Seulement s’il échoue ce sera au leader du parti ayant récolté le plus de voix de tenter de former un gouvernement. Brown ajoute, évidemment, qu’il est prêt à partager le pouvoir ; mieux vaut partager que ne pas régner ! Quoi qu’il en soit, par leur choix, les Anglais se sont placés dans une situation qu’ils n’apprécient pas, celle d’une cohabitation forcée. Les Anglais aiment les choses nettes et claires, le partage du pouvoir n’en n’est pas, à leurs yeux, une !

Reste à voir, puisqu’elle est incontournable, quelle coalition sortira des échanges entre partis. Pour Gordon Brown, il n’y a qu’une seule alternative viable, les Libéraux-Démocrates mais Nick Clegg, qui n’a jamais caché son antipathie du leader du Labour, avait déclaré avant le scrutin qu’il aurait beaucoup de mal à gouverner avec Brown… Pour David Cameron, la tâche serait plus aisée puisqu’il pourrait tenter une alliance avec Clegg et ses LibDems mais aussi s’entourer de tous les autres petits partis ; ceci dit cette deuxième alternative ne lui conférerait qu’une majorité très étriquée. La tendance semble aller naturellement vers les Libéraux-Démocrates ce qu’à confirmé ce matin Nick Clegg à la BBC.

L’Angleterre se dirige donc vers un gouvernement de droite (Conservative + Liberal Democrats) après treize années de socialisme (à l’anglaise mais de socialisme quand même). Il ne reste qu’un faible espoir à Brown pour rester au 10 Downing Street, celui de constituer un gouvernement minoritaire et de négocier, au cas par cas avec différents petits partis (les Unionistes d’Irlande ou les Indépendantistes écossais, par exemple) selon les circonstances. Mais ce serait là un pis-aller qui rendrait vraiment délicate la gouvernance du Royaume-Uni…

Il y a une dernière ironie que je voudrais pointer dans ce scrutin. On annonçait une belle percée des LibDems de Nick Clegg, celui-ci se la jouait même un peu star mais, finalement, il n’atteint même pas la barre de 9%... Une déception assurément pour cet Européen confirmé (c’est d’ailleurs probablement ça qui a effrayé l’électeur anglais !). Mais paradoxalement, alors que Clegg n’a pas réussi ses élections, c’est lui qui fera pencher la balance d’un côté ou de l’autre, car finalement aujourd’hui c’est bien lui le seul incontournable… Le Labour comme les Conservatives devront faire appel à Clegg pour parvenir à diriger le pays ! De l’autre côté du Chunnel, onl’appelle déjà The King Maker, le Faiseur de Roi, sous-entendu que c’est Nick Clegg qui décidera finalement qui de Brown ou de Cameron sera le futur homme fort de Grande-Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.actadiurna.be.ma
Jim
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : En plein centre de Liège
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Pas de majorité en Angleterre   14/5/2010, 13:23

En tant que Premier Ministre sortant et comme aucune majorité n’a été dégagée par le scrutin du 6 mai dernier, Gordon Brown avait la main pour former un gouvernement. Il a échoué dans ses tentatives, y compris en proposant de s’effacer pour permette une coalition avec les Libéraux-Démocrates, et a dès lors remis sa démission, mardi soir, à la Reine Elisabeth II. Immédiatement, la Reine a invité David Cameron, le leader des Conservateurs, à tenter de former un gouvernement, une aubaine que celui qui est le vrai vainqueur de ces élections a saisie à deux mains. Cameron a immédiatement informé la population qu’il allait former une majorité avec les Libéraux-Démocrates, une coalition gouvernementale dont il prendra la tête pour devenir, à 43 ans, le plus jeune Premier Ministre qu’ait connu l’Angleterre depuis deux siècles.

Réformateur dans l’âme, Cameron aura réussi la gageure de ramener les Tories au pouvoir après 13 années d’opposition. Mais l’Angleterre va devoir composer avec un scénario dont elle n’a pas l’habitude, celui de l’alliance et du compromis. En effet, pour s’installer au 10 Downing Street, David Cameron a du accepter de s’embarrasser de Nick Clegg et ses Lib-Dems qui ont une vision plutôt différente sur bien des points, à commencer par l’Europe car Clegg est un européiste convaincu contrairement à la plupart des Anglais. Donc pour gouverner et faire passer ses réformes et les projets de loi, Cameron sera obligé de négocier au sein même de sa majorité et de tenir compte de la position des Libéraux-Démocrates. Sans l’appui de son partenaire, le nouveau Premier Ministre aura bien du mal à diriger. Il a d’ailleurs d’ores et déjà annoncé que diriger le pays à la tête d’une coalition sera une tâche difficile.

Qui est donc ce jeune Premier Ministre qui, il faut bien le dire, a surgi du Diable-Vauvert voici quelques années ? Elu Député d’une petite circonscription de l’Oxfordshire, dans le sud-est de l’Angleterre, il s’est retrouvé propulsé à la tête des Tories en 2005 à la place du piètre Michael Howard. Depuis, David Cameron s’est attelé à moderniser son parti, il a rajeuni les cadres et à inciter les femmes à s’impliquer davantage. Cameron a aussi recentré un peu son parti sur l’échiquier politique anglais. Après les ères Thatcher et Major, le Conservative Party était clairement positionné à droite, une droite libérale dure. Cameron, lui, décide de tenir compte des réalités sociales et humaines de l’Angleterre pour recentrer les Tories. Le moins que l’on puisse dire est que son choix fut le bon puisqu’il vient de réussir, après 13 années de disette, à ramener les Conservateurs au pouvoir.

Pas sur la voie du Thatcherisme

David Cameron a modernisé son parti mais est, paradoxalement, un Conservateur au sens le plus ancien du terme. Il épouse une vision conservatiste de base, qui remonte à… l’époque victorienne. Patrie, famille et charité (en entendant ce mot dans le sens d’aide sociale aujourd’hui évidemment) sont les valeurs auxquelles il s’accroche. Il faut dire que cette vision est atavique et bien ancrée tant dans ses gènes que dans son éducation puisque Cameron est issu d’une famille très aisée et descend en droite ligne du Roi Guillaume IV, qui régna entre 1830 et 1837 sur l’Angleterre et le Royaume d’Hanovre. Etudiant du prestigieux Collège d’Eton, il rejoignit ensuite la fameuse université d’Oxford avant d’épouser Samantha Sheffield, fille du Baron Reginald Berkeley Sheffield, descendant direct du Roi Charles II.

Bien qu’il fut Conseiller de John Majors, le dernier Premier Ministre Conservateur, David Cameron affirme clairement vouloir se détacher d’une politique trop libérale. Il affirme aussi être un farouche opposant à l’Europe mais l’alliance qu’il a été contraint de faire avec les Libéraux-Démocrates de Nick Clegg risque fort de l’obliger à descendre, à l’un ou à l’autre moment, sur le terrain de l’Europe et du libéralisme pur…

En accédant au 10 Downing Street, à 43 ans, David Cameron entre aussi dans l’histoire politique anglaise en devenant le plus jeune Premier Ministre de l’Angleterre moderne mais aussi en devenant le leader du premier gouvernement de coalition depuis 1945. Son travail ne sera pas facile mais Cameron a ainsi la possibilité de montrer qu’il est le grand homme politique que l’Angleterre attend… The Times évoquait déjà, dans son édition de mercredi dernier, une nouvelle ère politique pour le Royaume-Uni !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.actadiurna.be.ma
 
Pas de majorité en Angleterre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Achat en Angleterre...
» Offre promotionnelle Cars en Angleterre jusqu'au 31 décembre 2010
» Eden project, angleterre, absurde, infra-rouge
» La Vie en bleu à Prescott Hill Angleterre 23/24 Mai 2009
» CPA très voyagée Angleterre-Belgique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Regarde vers le passé et vis dans le présent !-
Sauter vers: