Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Paul Auster - La Nuit de l'Oracle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   20/1/2014, 13:23

1. Pas inutile puisque tout le monde peut les lire et d'autres y répondront peut-être, moi-même un jour, qui sait?

2. Je ne refuse l'autorité de personne, là n'est pas la question, mais je t'ai posé une question: si à mon tour je te cite un ami érudit (j'enlève les guillemets pour que ce ne soit pas interprété négativement) qui a déclaré qu'Auster était un des plus grands auteurs américains du XXème siècle, cela changera-t-il quelque chose?

Il faudrait sans doute que tu reconnaisses toi-même cette personne pour son érudition, ce qui n'est pas gagné d'avance.

Mon épouse, nous sommes bien d'accord, n'est une référence que pour moi.

Jipi est-il érudit? Je le laisse s'exprimer lui-même à ce sujet.

Si je te cite un professeur d'université par exemple (et j'en connais au moins deux qui parlent d'Auster en bien), je sais que ça ne suffira pas.

Si je te fais remarquer qu'Auster siège depuis 2006 à l'American Academy of Arts and Letters, équivalent américain de l'Académie Française, je ne suis pas sûr que ça suffira non plus.

3. Note que bien avant de lire ton avis, je savais qu'Auster ne faisait pas l'unanimité. Régulièrement je le fais lire à des amis et il arrive que certains ne soient pas conquis. Donc le problème n'est pas que je n'accepte pas la critique d'Auster ou que je sois incapable de voir ses éventuelles faiblesses. Le problème, ici, est de savoir si on peut trouver un mode et un ton de communication qui rendent possible un échange constructif, et de préférence agréable. Selon mes critères, ce n'est pas le cas pour l'instant, mais tu sais que je ne me décourage pas vite.


Maintenant, à moins que tu n'aies envie de répondre à ma question (point 2), peut-être vaudrait-il mieux laisser reposer tout cela quelques jours, ne crois-tu pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    20/1/2014, 14:33

En dehors des questions de "ton" ce qui fausse le débat c'est ta conviction que je considère Auster comme nul, tu as employé ( pas moi) cet adjectif.

Auster n'est pas nul. Il est, je l'ai dit, habile et malin. En réalité c'est un séducteur de lecteurs (et de femmes), un homme brillant qui aime briller et passe le plus clair de son temps en mondanités ce qui explique sans doute l'aspect négligé de son travail. Quand trouverait-il le temps de soigner son style ?

Que l'on puisse aimer un roman comme La nuit de l'Oracle n'est en rien étonnant. C'est plutôt ludique et si c'est bourré de  facilités c'est le cas bien souvent de ce type de littérature à tendance populaire. Ce peut être distrayant mais qu'on prétende trouver de la profondeur dans cette accumulation de petits récits superficiels est un leurre au sens propre.

Où les choses se gâtent c'est quand on prétend faire de cet auteur un grand auteur voire le plus grand de son époque! Que des lecteurs le disent, c'est un  effet de leur passion plus qu'un produit de leur faculté de jugement. Que des universitaires le saluent comme un auteur considérable est inquiétant pour les dits universitaires dont on ne s'étonne plus que le monde des lettres les laissent si souvent de côté. Quel universitaire possède une quelconque audience critique aujourd'hui en dehors de son pouvoir de mandarin?

Dans mon premier message j'ai parlé de choc de valeurs et cette remarque a été occultée par le reste. Je crois que la littérature n'est pas la même chose pour toi ou Jipi et pour moi ou certains de mes amis. Je pense que Paul Auster n'est pas Coetze de même que le talentueux Stromae n'est pas Bach.  

Faire de Paul Auster un des plus grands écrivains contemporains est aussi puéril que de mettre au pinacle certains albums  rock au même titre que les quatre derniers quatuors de Beethoven. Que faites-vous pour rester  dans le même domaine de Roth, Don de Lillo, Toni Morrisson, Mac Ewans ?  

Pour mention jamais je n'affirmerais que Quarantotti Gambini est le plus grand auteur italien du vingtième siècle à cause entre autres de Anna Maria Ortese, de Pavese, de Natalia Ginzburg et d'autres qui le valent. Ce qui n'empêche que tu es passé à côté de la La vie Ardente* qui est un chef d'oeuvre c'est-à-dire une image de la perfection d'un auteur et d'un moment. Trouve donc dans ce texte les fadaises ou les facilités d'écriture qui abondent chez Auster !  

En bref, pour plagier une pub, nous n'avons pas les même valeurs... littéraires.

* Que tu (re)découvriras un jour,  c'est classique!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   20/1/2014, 14:56

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Analyse de quelques citations de La Nuit de L'oracle, prises rapidement c'est une anthologie!

Il y a un cadenas du côté droit, à peu près à hauteur de poitrine. Ed prend une clé dans sa poche et l’introduit dans la fente au-dessous du boitier. Une fois le mécanisme du ressort débloqué, il prend le cadenas en main, repousse le loquet avec son pouce et fait glisser l’extrémité libérée de l’arceau hors de l’œil du moraillon.
Autrement dit : Ed ouvre un cadenas...

- Mouais, je suppose, répondis-je...
Mouais est avec Hum et Bon une expression d’un grand intérêt  psychologique

Une éruption staccato identique à celle que j’avais entendu le samedi dans son magasin : Ha Ha Ha. Ha Ha Ha. Ha Ha Ha.

Une femme aurait sans doute fait : Hi Hi Hi. Hi Hi Hi. Hi Hi Hi. et peut-être legato au lieu de staccato.

Je lui servis son déjeuner au lit. D’abord un jus d’orange, et puis une tasse de café avec un peu de lait, suivie de deux œufs à la coque et d’une tranche de pain grillé.
Ici on confine au chef d’œuvre. Pas seulement dans l’inutilité des détails donnés mais dans la succession précisée par d’abord, et puis, suivie de... Comment imaginer cette succession ? Est-elle celle du service ou de l’absorption ?

je me prenais les pieds dans des laisses de chien et des bouts de papier flottants...
Se prendre les pieds dans des bouts de papier c’est déjà étrange, mais flottants ( dans quoi ?) c’est un mystère total !

Je mis une cartouche neuve dans mon stylo, ouvris le carnet à la première page et contemplai la première ligne.
Ici nous touchons au cœur de l’intrigue et mille questions se précipitent :
Le stylo était-il sans cartouche ou bien l’enthousiasme de l’écrivain impliquait-il une cartouche pleine pour n’être pas ultérieurement interrompue par un ravitaillement intempestif ?
Pourquoi ne pas ouvrir ce carnet à la seconde page ou à une page quelconque ? La première page,  que c'est intéressant!
Comment ne pas méditer sur cette contemplation de la première ligne, déchirante invitation à la création littéraire ?

Bref le style d'un grand c'est évident ! Qu'en pensez-vous ?

Quelques éléments de réponse quand même (malgré que j'ai encore moins de temps que ce matin mais je suis victime du côté addictif des forums):

1. Tout d'abord n'oublions pas qu'Auster écrit en anglais. Le style que tu juges ici est celui de son adaptatrice, qui certes essaie de reproduire en français ce qu'elle perçoit du style d'Auster mais cela reste son interprétation à elle. Or j'ai déjà dit quelque part que, ayant lu ce roman dans les deux langues, j'avais préféré le lire en anglais. Tous les autres romans d'Auster que j'ai lus étaient en version originale. Bref, je ne suis sans doute pas la personne la plus qualifiée pour parler du style d'Auster en français. Jipi aura sûrement plus d'arguments que moi.

2. Pris séparément, j'admets qu'on puisse s'interroger sur les exemples que tu cites. Tout ce que je peux répondre, c'est qu'aucun de ces exemples ne m'a frappé à la lecture (même en français donc.) Soit parce que le style utilisé avait du sens par rapport au moment du roman (ce n'est qu'une hypothèse, il faudrait aller vérifier), soit parce que j'étais tellement pris par la lecture que je n'y ai tout simplement pas prêté attention. Pourtant je suis généralement sensible au style, je suis vite gêné par des phrases qui se lisent mal ou me semblent plates, mais jamais je n'ai eu cette impression avec Auster.

Alors bien sûr, il est possible que j'ai été (avec tant d'autres) aveuglé par les procédés malins utilisés par Auster au point de n'avoir remarqué aucune faiblesse stylistique. C'est vrai qu'il utilise des procédés, comme tous les auteurs je pense, mais ne faut-il pas avoir si pas du génie au moins un réel talent pour parvenir à aveugler ses lecteurs à ce point-là?

3. Je vais faire un pas plus loin, je dois admettre que ce n'est pas le style qui m'attire le plus chez Auster. J'aime son style dans la mesure où il parvient à nous faire oublier qu'on lit, je ne le lis donc pas pour le style. Le génie d'Auster, c'est avant tout son talent de conteur et ensuite la façon dont il aborde ses thématiques. Ajoutons à cela que ce sont des thématiques qui moi me passionnent : le rapport entre le réel et le fictif, le questionnement sur le hasard, l'introspection de l'artiste, le rapport du lecteur au roman, etc...
Et quand je ferme un livre d'Auster, j'aime aussi le fait que l'aventure se poursuive. ce sont des livres qui demandent à être interprétés, avec plusieurs niveaux de lecture possible, comme chez John Fowles, et c'est ce que j'attends d'un livre. Mais là je sors du sujet du style...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   20/1/2014, 15:37

Réponse à ton dernier post:

Ton assurance est fascinante.

Plutôt que de valeurs je parlerais d'intelligence.

Ton "intelligence littéraire" te fait apprécier les oeuvres différemment du lecteur lambda que je suis.

Le défi pour quelqu'un comme toi est de parvenir à communiquer avec les autres lecteurs qui n'ont pas atteint ton niveau sans les écraser et sans paraître prétentieux ni péremptoire.

Ma position est probablement plus simple à tenir, surtout sur un forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PierreVDM
Membre
Membre


Nombre de messages : 173
Localisation : Berlin
Date d'inscription : 17/11/2013

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   20/1/2014, 21:49

Je n étais pas encore intervenu ici, car je n ai pas lu ce livre. Je pourrais me le procurer mais je ne pense pas le faire car cette discussion confirme les impressions que j avais eues sur d autres lectures d Auster (il y a longtemps...1998). Je rejoins assez pour ne pas dire totalement l avis de Jean-Pierre. Auster a un style navrant, sans enjeu, convenu et attendu. Beaucoup des scènes semblent écrites pour plaire au lecteur, donc oui, complaisance et séduction. De bas étage. Aucune recherche, aucune tentative de surprendre le lecteur. On sait que quand il parle d un jouet d enfant, ce sera un nounours, quand quelqu un ne comprend pas, il se gratte la tête; souvent au bord du lieu commun. Pour moi, Auster n est pas un fin observateur du monde qui l entoure. Peut être a-t-il raison, peut-être est-ce là la clef du succès? Toutefois, j attends autre chose de la littérature, pas qu on me rabâche toujours la même musique avec les même images. Sans doute ses histoires varient mais si le style reste celui-là, no thanks.

L argument du talent parce qu il séduit tant de gens ne vaut pas, ne vaut rien. Autant de talent qu un charlatan devant une foule crédule, en attente de ce qu il va de toute façon proposer.
Si un universitaire de littérature américaine, lettres modernes ou classiques le juge comme un grand auteur, je me fais une piètre idée de ce dernier. Je doute pourtant fort en trouver des masses. Un universitaire d une autre matière, peut-être, mais ce sera comme de demander à un crémier ( rien contre les crémiers, c est juste l exemple que prenait mon prof de philo), c est un autre domaine.
Vous voyant en découdre, je me suis replongé dans "cité de verre" que j ai ici, j ai pu voir le nombre de fois où j avais annoté dans la marge "nul", "plat" et c était bien le style que j incriminais, un peu radicalement peut-être. Je ne vais pas en faire ici l étalage.  Cet auteur n a, POUR MOI, pas de talent de plume. C est un raconteur d histoires, comme vous le dites François, un conteur peut être, mais son style est banal, assez plat. Chercher à plaire au grand nombre, c est se rendre intelligible par lui. Il y parvient, comme d autres horreurs. Je ne dis pas qu il est horrible mais je trouve son style sans grand intérêt et donc me dispense de m ennuyer en le lisant. Il y a tellement d autres perles et la vie ne suffira pas à les lire, les découvrir. Pourquoi s entêter avec une plume qui me lasse.
Je me trompe à vos yeux et ceux de Jipi, me prive d un grand plaisir, mais j ai plutôt l impression de gagner du temps.
Un dernier point qui va vous défriser peut-être, plutôt juste une constatation qui rejoint l idée du séducteur: dans mon entourage, les seules personnes qui aim(ai)ent Auster sont (étaient) des femmes. Je n en ai pas tiré de conclusion, mais les seules vraiment qui voulaient m en parler, me le conseiller étaient des femmes. Encore une fois, aucune conclusion, juste une remarque. Vous êtes les deux premiers hommes que je "connais" à être aussi enthousiastes. Preuve de rien, mais juste du contraire de ma remarque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    21/1/2014, 08:50

Cette intervention de Pierre a le mérite de rappeler que contrairement à une idée reçue je ne suis pas le seul à douter fortement, c'est un euphémisme, du talent supérieur de Paul Auster. Je précise que cette solitude est réduite à Passion des Mots car dans ma vie "réelle", l'immense majorité de mes relations, lecteurs, auteurs, directeurs littéraires ou éditeurs, sont de mon avis et considèrent qu'il y a mieux à faire qu'à se pencher sur cet auteur.  

Ceci étant dit et à condition que les susceptibilités veuillent mettre une sourdine et les intelligences faire le contraire, cette opposition soulève des questions intéressantes.

Car enfin,si Pierre et moi-même sommes convaincus que Paul Auster est un faiseur habile plus qu'un grand écrivain, il n'en reste pas moins que ni François, ni Jipi ne sont des imbéciles. Il faut donc qu'une séduction particulière soit venue brouiller les perceptions ! Je crois que ces auteurs touchent des leviers indépendants de la simple lucidité intellectuelle qui est le support habituel de l'analyse littéraire. François dit que les fautes stylistiques que j'ai relevées dans La nuit de L'oracle ne lui sont pas apparues à la lecture. Cette remarque est cruciale, elle révèle un fonctionnement  d'une autre nature qui fausse le débat.

On peut invoquer à ce sujet quelques  hypothèses :

Paul Auster est un auteur qui offre une détente, un loisir. C'est le plus simple mais il faut le dire avec cette réserve que s'il distrait les uns il en lasse d'autres!

Paul Auster offre au lecteur l'illusion de la complexité sans la contrepartie de l'effort, parfois laborieux, qu'implique une complexité réelle! Dans La nuit de l'Oracle le procédé est exemplaire: juxtaposition extrême de petites histoires raccordées entre elles par un fil conducteur ténu. Au lecteur et à lui seul d'établir les connexions subtiles, les mécanismes savants ou magiques ( nous y reviendrons) les mises en abîme vertigineuses par définition. Autrement dit Paul Auster offre un kit et le lecteur fait le reste.

Mais quel lecteur ?  Pourquoi celui-ci et pas cet autre ?

A mon avis, et c'est logique, le large public et assimilé. Le large public on le connait. Assimilé, c'est François et Jipi ! Assimilé par quoi ? Essentiellement par la dimension magique, l'attirance plus ou moins souterraine pour les limites du rationnel. François le dit et pour Jipi qui nous donnera son point de vue quand il sera disponible, je me contenterais de rappeler qu'il met au pinacle cinéphilique David Lynch !  

Sur ce terrain Paul Auster fonctionne comme un Marc Levy  des beaux quartiers de l'intellect, un Marc Lévy de qualité supérieure !

Mais alors ? Quid des grands du fantastique ? C'est un vaste sujet qui ne peut être abordé globalement tant il y a de différences entre Gogol, Poe, le Mikhaïl Boulgakov de l'extraordinaire Maître et Marguerite etc...Mais tous ont en commun une écriture sans faille, une voix originale et forte, c'est-à-dire  ce qui fait le coeur de la littérature.

Car ce qui génère la fracture la plus radicale entre les divers lecteurs dont nous parlons n'est pas une confuse et incertaine question de compétence  mais bien le statut de l'écriture. Les uns lisent une histoire, les autres une écriture. Certes les premiers découvrent l'histoire par l'écriture mais comme moyen tandis que si les seconds préfèrent une histoire intéressante,  si histoire il y a ce qui n'est pas indispensable, c'est l'écriture qui les touche et les pénètre.

Pour terminer une remarque: Si l'on oppose, par exemple Thomas Bernhard et Auster (!)  le gouffre qui sépare les deux auteurs masque la différence de nature exprimée plus haut: écriture et récit. Car, et heureusement pour certains, il n'est pas indispensable d'être Proust, Goethe ou Thomas Bernhard pour être un authentique écrivain. Bien des auteurs moins prestigieux ont un rapport honnête et intéressant à l'écriture et certains racontent même des histoires! Témoin le dernier Mac Ewans que je suis en train de lire et qui est un régal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   21/1/2014, 10:46

Je venais de terminer une longue réponse qui s'est évaporée dans les méandres du net... je n'ai pas le courage de la réécrire, désolé, mais en gros elle disait que j'avais beaucoup de mal à retrouver Auster dans vos critiques, j'ai parfois l'impression qu'on parle de deux auteurs différents tellement ma perception est à l'opposé de la vôtre sur certains points (pas tous), et ce malgré ma formation en lettres, malgré mes lectures, malgré mon "intelligence littéraire" qui vaut ce qu'elle vaut mais qui n'est pas tout à fait nulle non plus.

Il n'est pas question de déterminer ici qui a tort ou raison car nos approches de la littératures sont manifestement différente (quoique cela ne m'avait pas frappé à ce point jusqu'alors), mais je pense que vos arguments passeraient mieux si je ne les trouvais pas tellement exagérés. Autant je peux comprendre qu'on ne veuille pas classer Auster parmi les grands, autant je hurle quand Jean-Pierre veut le faire passer pour un Marc Lévy haut de gamme. Il faut ne jamais avoir lu du Marc Lévy pour dire une chose pareille. Moi j'ai lu du Marc Lévy et je peux vous dire que ça n'a vraiment rien à voir avec du Paul Auster.

Je peux également comprendre qu'on ne veuille pas aller plus loin après avoir lu La Cité de Verre ou un autre roman de la trilogie newyorkaise, ce ne sont pas à mes yeux les meilleurs Auster, loin de là. Mais contrairement à vous j'en ai lu un bonne série et cela me donne, reconnaissez au moins cela, un aperçu un peu plus large des capacités de l'auteur.

Cela me permet d'affirmer avec force, entre autres, qu'Auster, contrairement à ce que pense Pierre, est un auteur qui très souvent surprend son lecteur. Si La Nuit de l'Oracle ne passe pas, essayez La musique du hasard peut-être. Mais j'ai bien compris que vous ne le ferez pas et ce n'est pas un problème, il y a suffisamment d'autres bons auteurs et des meilleurs aussi certainement.

Pour terminer, je tiens à vous remercier tous les deux d'avoir passé tout ce temps à discuter d'un auteur que vous trouvez sans intérêt, je ne suis pas sûr que j'aurais fait de même, et c'est tout à votre honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    21/1/2014, 11:05

Excès? Simplifications discutables? C'est sans doute la loi du genre. Il faudrait pour laisser place à plus de nuances des textes très longs qui n'auraient pas leur raison d'être en ce contexte. Aucun de nous n'est prêt à consacrer des journées entières  à Passion des Mots!

Juste une précision. Je n'ai comparé  Auster à Levy que sur un plan. j'ai écrit :"Sur ce terrain Paul Auster fonctionne comme un Marc Levy..." ne pas oublier le "sur ce terrain"

Levy est ici métaphore, non pas du mauvais romancier comme habituellement ni même du romancier star,  mais du romancier qui utilise le goût très répandu pour les mystères irrationnels. C'est faux ?  

Pour le reste je concède une fois de plus que Paul Auster peut être considéré comme un auteur grand public capable d'apporter une évasion stimulante mais en aucun cas un "grand" de la littérature. Sachant que poser un auteur sur un barreau bien déterminé d'une échelle de valeur est une utopie peu intéressante. Contentons-nous de déterminer la zone où il évolue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   21/1/2014, 11:40

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Juste une précision. Je n'ai comparé  Auster à Levy que sur un plan. j'ai écrit :"Sur ce terrain Paul Auster fonctionne comme un Marc Levy..." ne pas oublier le "sur ce terrain"

Levy est ici métaphore, non pas du mauvais romancier comme habituellement ni même du romancier star,  mais du romancier qui utilise le goût très répandu pour les mystères irrationnels. C'est faux ?  

Il est vrai qu'il y a un goût du mystère et de l'irrationnel chez Auster (mais pas dans tous ses romans) mais comment peux-tu savoir si c'est simplement pour plaire au public ou si ce n'est pas tout simplement parce que l'auteur lui-même est intéressé par cette thématique? Autre question: le fait-il de façon gratuite ou cela sert-il les réflexions qu'il veut susciter?

Ce qui me gêne le plus dans ton analyse, c'est que tu prêtes à l'auteur une série d'intentions (il ferait tout cela juste pour séduire donc pour vendre en somme) alors qu'en fait tu n'en sais rien, ce sont des déductions personnelles basées sur la lecture d'un ou deux de ses romans et apparemment aussi de ce que tu connais de la vie privée de l'auteur (qui pour moi n'est pas un critère). Il est possible que tu aies raison, mais il est possible aussi qu'Auster soit un de ces auteurs qui "par hasard" parvient à toucher un large public sans que ce soit du pur calcul commercial.

Que penserais-tu, toi qui es auteur, d'un lecteur qui te prêterait des intentions que peut-être tu n'as pas? Un lecteur qui te dirait par exemple que tu places des éléments à caractère érotique dans tes romans parce que ça plait?

J'ai entendu une fois Paul Auster dans une émission à la télé, l'impression qu'il m'a donnée n'était pas celle d'un malin séducteur, je l'ai trouvé sincère et il ne disait pas des conneries. Ce qui ne l'empêche pas d'être séduisant aussi, mais est-ce une tare?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    21/1/2014, 12:13

La discussion des intentions est effectivement autre chose sur quoi je ne souhaite pas donner mes raisons. Le fait qui demeure est le caractère très ordinaire pour être modéré de sa production romanesque.

Quant à l'allusion, prévisible, à mes romans, c'est une remarque à laquelle je n'ai rien à répondre sur un forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   21/1/2014, 12:16

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Pour le reste je concède une fois de plus que Paul Auster peut être considéré comme un auteur grand public capable d'apporter une évasion stimulante mais en aucun cas un "grand" de la littérature. Sachant que poser un auteur sur un barreau bien déterminé d'une échelle de valeur est une utopie peu intéressante. Contentons-nous de déterminer la zone où il évolue !
... en acceptant que même sur cette "zone" il puisse y avoir différentes perceptions.

Mais à vrai dire je ne me formalise pas du fait que tu ne classes pas Auster parmi les grands ni même parmi les bons auteurs, ce qui me heurte plus (même si heurter est un grand mot mais je n'en trouve pas d'autre plus juste pour l'instant) c'est quand toi et Pierre le qualifiez de "sans intérêt".

Pour moi, même si j'ai peut-être été victime de sa séduction, cela reste un auteur intéressant. Je me souviens de tous les livres de lui que j'ai lus, la plupart m'ont suivi pendant de longues semaines, ils m'ont fait réfléchir, je peux même dire qu'ils m'ont enrichi, ce que je ne peux pas dire avec tous les livres que je lis, loin de là.

Si je compare à un des derniers livres que j'ai lus par exemple, Le Neveu de Wittgenstein, voilà un livre dont je reconnais les indéniables qualités littéraires et que j'ai trouvé intéressant également, je l'ai déjà dit, mais il n'a pas remué en moi de grand questionnements, c'était plus une curiosité littéraire. Alors qu'Auster, aussi inférieur en style soit-il à Bernhard à vos yeux, m'a emmené dans un voyage littéraire beaucoup plus long et plus complet.

Mais vous allez me dire que je compare l'incomparable et je ne vous donnerai pas tout à fait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   21/1/2014, 12:23

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Quant à l'allusion, prévisible, à mes romans, c'est une remarque à laquelle je n'ai rien à répondre sur un forum.  

Pas de problème, mais tu me connais, pour moi il n'y a pas de tabou, je ne pense pas t'agresser en rappelant que tu es aussi un auteur et que tu peux mieux que nous te mettre à la place d'un autre auteur et donc imaginer comment tu réagirais si tu étais Auster et que tu lisais ce fil sur Passion des Mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    21/1/2014, 13:07

J'estime avoir consacré beaucoup de temps à un auteur qui ne m'intéresse pas.

J'ai dit ce que j'en pensais et donné des arguments précis lesquels n'ont été que peu commentés au plan stylistique et pas du tout sur celui du contenu et des idées.

J'ai constaté l'extrême relativité de ma crédibilité et de surcroît perçu ma faiblesse d'être aussi auteur, état dont chacun sait la vulnérabilité.


C'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   21/1/2014, 15:10

Et que devrais-je dire, moi, de ma crédibilité... Y as-tu pensé?

Autre remarque : curieusement, moi aussi j'ai eu l'impression que mes arguments (positifs) étaient peu commentés, et je croyais avoir répondu à la majorité des critiques. Comme quoi la communication sur les forums n'est décidément pas une chose simple.

Une suggestion (qui me concerne aussi et même en premier chef) : évitons dorénavant de ramener les choses à nos personnes, tenons-nous en au commentaire de ce que nous lisons.

Pour finir : encore une fois merci d'avoir consacré ce temps à un auteur qui moi m'intéresse. Je n'en voudrai à personne ne pas pas poursuivre la discussion, mais si un autre membre (nous sommes si nombreux) veut intervenir, qu'il ne s'en prive pas. Je suis toujours partant pour discuter des romans d'Auster, je viens encore de le faire ce midi avec un ami qui partage cet intérêt et ce fut passionnant!

A propos, cet ami me conseillait de lire Jean-Christophe Rufin, que je ne connais pas. Quelqu'un a-t-il un avis sur cet auteur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    21/1/2014, 15:49

François,

Abolir la personne ! Qui parlerait  donc ? Un esprit pur ? Une entité abstraite ?

D'autre part,  il est vrai que ta crédibilité de lecteur et  celle de Jipi,  sont  quelque peu altérées, à mes yeux seulement,  par cette admiration excessive pour Auster, altération dont il ne faudrait tout de même pas exagérer la portée. Une communication de lecteur à lecteur est ainsi faite de réajustements permanents, les uns positifs, les autres moins. En quoi cela m'interdirait d'évoquer la mienne ? Je te rappelle que nous sommes sur un forum public, que je suis écrivain, en relation avec d'autres écrivains, critiques ou éditeurs, que j'ai oeuvré moi-même comme critique et qu'il n'est pas exclu que cela se reproduise. Sommes-nous à égalité ?

Je n'ai guère lu d'arguments autres qu'au sujet du style de ta part, mais surtout des convictions. J'aurais préféré que telle ou telle idée soit commentée. J'ai défendu des dizaines d'auteurs sur Radio Aligre et me toujours appuyé sur les textes et non sur leur réputation ou sur mes impressions de lecteur. C'est le texte qui m'éclaire sur les intentions de Paul Auster comme un bon lecteur doit comprendre que l'éros présent dans mes texte est organiquement lié au propos et non un ajout décoratif et vendeur.

Cela dit je crois que désormais le débat éloigne les positions au lieu de les rapprocher et grossit les oppositions tant intrinsèquement que dans leurs incidences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   21/1/2014, 16:39

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
C'est le texte qui m'éclaire sur les intentions de Paul Auster comme un bon lecteur doit comprendre que l'éros présent dans mes texte est organiquement lié au propos et non un ajout décoratif et vendeur
... ce dont je n'ai jamais douté. Mais je t'ai répondu, enfin il me semble mais c'était peut-être dans mon long message qui s'est perdu, que là où tu voyais des procédés de séduction chez Auster, moi je voyais justement des éléments qui servent le propos. C'est donc ton interprétation contre la mienne, et là je sais que je pars perdant d'office, rapport à l'intelligence littéraire dont je parle plus haut. En même temps, et j'espère que tu peux accepter cela, tous tes arguments aussi pertinents soient-ils ne parviennent pas à me faire oublier l'émotion littéraire et le plaisir intellectuel que m'ont procuré Auster, je ne peux pas renier ça.  

Un petit mystère demeure pour moi : pourquoi nous sommes-nous tellement rejoints sur La Vie Obstinée de Stegner et si peu sur La Vie Ardente de Gambini Quarantotti, sur L'Eté de la Vie de Coetzee et maintenant sur La Nuit de l'Oracle de Paul Auster. Simple hasard de goûts? Ou Stegner serait-il plus abordable pour quelqu'un de mon niveau?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    21/1/2014, 19:28

Tout d'abord je suis peu à l'aise avec ce concept d'intelligence littéraire. Pourquoi ne pas tout simplement invoquer l'expérience la mienne étant la somme de trois éléments: une pratique intense de la lecture c'est-à-dire au moins deux livres par semaine depuis des lustres, une pratique des techniques littéraires au travers de l'écriture, des heures chaque jour, et de multiples discussions avec des personnes du milieu littéraire, écrivains, critiques, éditeurs, traducteurs, bibliothécaires, libraires.

Ensuite, loin de moi l'idée de discuter les satisfactions que tu as retiré de la lecture d'Auster. C'est une notion personnelle et chacun trouve ce qu'il veut où il le souhaite. Il faut simplement admettre que les profils "admirateur de Paul Auster" ou "admirateur de Musso" ou admirateur de Proust" ou "admirateur de Faulkner" sont des profils différents.

Je ne connais personne qui partage mes goûts littéraires à 100%. Ma femme est disons à 99% et les amis les plus proches intellectuellement à 90 % etc.
A lire ton message nous en serions à 50% ce qui n'est pas si mal ! Evidement je plaisante car nous ne communiquons pas assez pour établir ce genre d'estimation.


Maintenant ta question sur cette emblématique Vie Ardente. A priori je n'ai pas d'explication immédiate et certainement pas celle d'un soit-disant "niveau"! Tous mes amis lecteurs de qualité ont adoré ce roman mais il existe certainement des gens qui n'aiment pas. Après tout Quarantotti Gambini est un peu oublié...Il est aussi possible que quelque chose entre ce texte et toi ait fait obstacle mais comme je ne suis pas psychanalyste...Il est possible aussi que ce roman présente des exigences particulières que je n'aurais pas perçu. Mais est-il possible de dire que ce texte est mauvais, complaisant et fabriqué?
ESt-il un chef d'oeuvre? A mes yeux oui, mais certainement pas à la façon écrasante et universelle de La recherche.

Ne négligeons pas non plus la réalité des choses humaines qui génèrent le 1% qui me différencie de Dominique, ma femme*. Elle a beaucoup aimé Le détour de Gerbrand Baker que j'ai trouvé assez raté alors que j'avais beaucoup aimé La-haut tout est calme du même auteur. Pourquoi? Mystère!

Reste la nuance entre aimer et estimer. J'estime le génie de Balzac mais il m'ennuie profondément !

* Remarquable lectrice intelligente et sensible qui lit autant que moi. Conseillère littéraire hors pair. Linguiste et grammairienne ( études latin grec) précieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   22/1/2014, 10:23

Je suis d'accord, 50% ce n'est déjà pas si mal.Et pour le reste je peux me rallier assez largement à ce que tu dis dans ce dernier post.

Exit donc Auster - en attendant l'avis d'autres membres éventuels - mais je me permets de reposer une question restée sans réponse : quelqu'un sur ce forum a-t-il un avis sur Jean-Christophe Rufin? Auteur intéressant à votre avis?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    22/1/2014, 11:26

Jean-Christophe Rufin est un homme très brillant et un humaniste sans failles.

Les textes de lui que je connais sont toujours intéressants, nourris d'une vie et d'une expérience exceptionnelles. Ce n'est pas un auteur qui me touche intimement pour des raisons d'écriture et aussi par une disposition spirituelle assez éloignée de mon univers mais je doute qu'on puisse lire de lui des choses médiocres ou ordinaires.

Rouge Brésil me semble une bonne approche mais je suis trop loin de le connaître assez pour être un conseiller pertinent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   22/1/2014, 15:06

Tout d'abord, bonne année à vous tous, camarades de forum.

Concernant La nuit de l'Oracle, sans parler du style qui ne m'a pas frappé, j'en suis sorti avec l'impression d'avoir été floué par un auteur qui sous prétexte de mise en abîme m'a délivré trois histoires inachevées. Je l'ai lu il y a quatre ou cinq ans, et c'est le seul souvenir qu'il m'en reste. Je n'ai rien lu d'autre d'Auster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   22/1/2014, 15:46

Toujours content de vous revoir Gosayn.

Vous aviez déjà exprimé ces impressions en début de fil et Jipi et moi avions tenté d'y répondre, sans convaincre je dois bien le constater, et maintenant après ce que vous avez lu ici, je me doute bien que vous ne reviendrez pas à Auster.

Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est dommage, l'offre littéraire est suffisamment vaste que pour que chacun trouve son bonheur et Paul Auster, heureusement pour lui, peut aisément se passer de quelques lecteurs.

Ce n'est que dans 30 ou 50 ans que nous saurons si le talent d'Auster était suffisant pour qu'il mérite sa place dans les anthologies de littérature anglo-saxonne comme le pensent certains. Pas sûr que nous serons encore là pour vérifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    22/1/2014, 17:08

Si dans cinquante ans on se donne encore la peine d'établir des anthologies, il y a fort à parier qu'on y trouvera plus probablement Paul Auster que Thomas Bernhard ou Richard Millet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   22/1/2014, 17:12

C'est vrai, j'avais écrit pratiquement mot pour mot le message de tantôt! Au moins, on ne me verra pas inconstant.
Pour ce qui est de revenir à Auster, pourquoi pas? Ce n'est pas ce que j'appelle un mauvais souvenir, mais au vu de vos critiques très positives à toi et Jipi, je m'attendais à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    22/1/2014, 17:37

Et c'est bien là, cher Gosayn, que le lièvre gît !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Paul Auster - La nuit de L'oracle.    24/1/2014, 15:17

Par l'effet d'un hasard dont Paul Auster affirme qu'il n'existe pas, Opération Sweet Tooth,  le dernier roman de Ian Mc Ewan que je viens de terminer n'est pas sans évoquer par certains aspects ma précédente lecture:  La nuit de l'Oracle de Paul Auster.

Les deux romans ont en commun de jouer sur la confusion possible entre le réel et la fiction littéraire donnant à cette dernière le statut de réalité particulière voire augmentée. On trouve ainsi dans Opération Sweet Tooth un couple dont on nous offre quelques "galipettes" salées, des extraits de roman dans le roman et des passages du roman qui sont peut-être des extraits par une mise en abîme qui est en passe de devenir la seule métaphore possible de la complexité de nos humaines conditions.

Je ne poursuis pas la comparaison parce que, d'une part, j'estime le débat "Paul Auster" clos et qu'en plus ce Mc Ewan n'est pas des meilleurs ce qui le place à une distance raisonnable de Paul Auster sur l'échelle des valeurs littéraires dont on sait à quel point l'existence est problématique et la définition floue dès lors que justement les distances qu'on y pose s'amenuisent;réflexion dictée par ma pénultième (re)lecture : Albertine disparue, lecture installée sur les nuages qui flottent au-dessus du plus haut barreau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Auster - La Nuit de l'Oracle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Auster - La Nuit de l'Oracle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Auster, Paul] La nuit de l'oracle
» PAUL AUSTER
» SEUL DANS LE NOIR de Paul Auster
» Paul Auster.
» Paul Auster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: