Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Textes de Daniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Les rêves   29/8/2008, 19:44

Les rêves.

Où donc meurent les rêves lorsque finit le soir ?
Laissent ils leurs vies au fond de nos mémoires ?
Notre âme secrètement continue t’elle a y croire ?
Ou se suicident ils d’un verre de désespoir ?

S’envolent ils si loin derrière l’horizon,
Qu’il ne reste que les murs morts de notre raison ?
S’épuisent ils goutte à goutte au fil des saisons ?
Se cachent ils sous les pierres des vieilles maisons ?

Où donc passent les rêves lorsqu’il est trop tard ?
Et toi, tu me réponds souriant tristement…
Dans notre regard .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fjörgyn

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   30/8/2008, 13:35

Joli poème, un style très "frais".
Et j'aime croire que les rêves sont une partie de moi, aussi réelle et importante que ma réflexion, seulement inconsciente, et totalement hors de contrôle.
Je reste persuadée que si ma mémoire n'était pas aussi sélective, tout ça aurait une continuité, une cohérence. Surréalisme, quand tu nous tiens...

Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fjorgyn.skyrock.com/
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Pfffou!   31/8/2008, 09:09

J'ia des difficultés avec ton pseudo ou ton prénom!
En fait, avec le recul sur ce texte, je prends plus le terme "rêve" comme
un paralléle au mot "espoir".Le rêve est en fait plus considéré comme des émanations de la vie courante. Tandis que sans l'espoir, la vie ne serait pas la vie.... non ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Les rêves   31/8/2008, 10:40

Ce poème n'est pas sans charme mais l'usage de la rime ( et à ce point de régularité) lui donne un air d'antan dont il convient de savoir s'il est recherché ou non ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Finaud....   31/8/2008, 11:10

C'était effectivement recherché car je me livre parfois dans mes écrits à de futiles expériences (qui n'amusent que moi).J'ai arrété ce style répétitif de la rime le trouvant trop " lourd " mais tu es bien le premier à découvrir ce petit secret.... tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Quand on a dix sept ans...   1/9/2008, 20:27

Que Daniel ne se trouble pas d'une appréciation qui n'engage que moi. Bien que ces lignes aient une facture gentille, le convenu vertigineux de la forme et les truismes développés à travers ce thème, me semblent appartenir à la signature de la juvénilité. Le sujet n’anime pas grand chose ou bien "que deviennent les rêves" mériterait de s’y pencher vraiment, tant la relation à la psychanalyse s’impose, une admirable matière à trouver et propre au lyrisme. A mes yeux le canevas poétique doit rudoyer, retourner (voir pages de Jipi), déranger, apostropher. Je ne suis sur Passion des Mots ni pour la quiétude, ni pour les clichés, pas plus pour le partage d’une respiration que nous avons tous vécu à l’adolescence.

On n’est pas sérieux quand on a dix sept ans, n’est ce pas Daniel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: je suis coupable de celà aussi...   1/9/2008, 20:28

J’aurais un jardin,

Avec un carré de rêves oubliés.
Des rêves d’enfant , à tiges longues et graciles,
Des rêves de vieilles variétés…
Des rêves de quand je serais grand, les plus difficiles

Et des ciseaux rouillés
Pour couper les fleurs fanées

Avec des allées faites de pierres blanches,
Des journées ou des moments à ne pas oublier,
De grandes pierres plates en habit du dimanche,
Que jamais la mousse du temps ne viendra souiller…

Et un arrosoir , par la vie cabossé,
Qui fuit de toutes ses larmes

Avec un sentier bordé de sourires d’enfants
Qui s’en ira là bas, vers je ne sais où, je ne sais pas,
Qui me perdra dans mon jardin avec ravissement,
Tout au fond de ma vie jusqu’à mes derniers pas…

Et une vielle cabane tout au bout de l’allée,
Porte en planches grande ouverte sur le matin

J’aurais quelques plants d’heures de douce quiétude
Qui égraineront au vent en minutes de bonheur,
J’aurais une treille aux grappes d’anciennes habitudes,
Où je m’abreuverais de rosée fort tôt le matin…

Et un arbre aussi…grand lecteur de nuages,
Avec du vent pour lui tourner les pages….

J’aurais un…mais chut…n’entends tu pas ?
Est ce un oiseau qui gazouille…
Ou la poésie qui parle tout bas….

Nous avons un jardin….


La critique est acceptée volontiers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fjörgyn

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   3/9/2008, 09:54

Constance d'Epannes a écrit:
Je ne suis sur Passion des Mots ni pour la quiétude, ni pour les clichés, pas plus pour le partage d’une respiration que nous avons tous vécu à l’adolescence.

On n’est pas sérieux quand on a dix sept ans, n’est ce pas Daniel...

Donc, théoriquement, j'ai rien à dire d'intéressant parce que j'ai 19 ans. Et moi qui venait ici pour partager et justement, évoluer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fjorgyn.skyrock.com/
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Que chacun se rassure....   3/9/2008, 10:43

J'ai écrit ce texte il y a peu de temps et j'ai 58 ans...La juvénilité m'irait à ravir si mon corps ne me rappellait pas qu'il a du mal parfois à suivre l'esprit. J'ai une solide dose d'humour et j'écris pour m'amuser. Dieu me garde d'un jour me prendre trop au sérieux dans ce type d'exercice !
Chacun sa manière, sa façon de voir, d'entendre, transcrire les choses.
Si cette façon de faire est comprise par d'autres tant mieux sinon seul le geste de vouloir partager est déjà trés important.
On est pas sérieux à 58 ans ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5897
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   3/9/2008, 11:06

À mon avis Fjörgyn n'a pas très bien compris l'intervention de Constance qui aime la jeunesse !!! nan coucou

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   3/9/2008, 16:28

Jipi a écrit:
À mon avis Fjörgyn n'a pas très bien compris l'intervention de Constance qui aime la jeunesse !!! nan coucou

Bien vu Jipi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   3/9/2008, 17:04

Fjörgyn a écrit:
Constance d'Epannes a écrit:
Je ne suis sur Passion des Mots ni pour la quiétude, ni pour les clichés, pas plus pour le partage d’une respiration que nous avons tous vécu à l’adolescence.

On n’est pas sérieux quand on a dix sept ans, n’est ce pas Daniel...

Donc, théoriquement, j'ai rien à dire d'intéressant parce que j'ai 19 ans. Et moi qui venait ici pour partager et justement, évoluer...

Bien au contraire Fjörgyn, ce que vous avez à dire est précieux, et c'est vous qui me ferez m'élever si vous m'interpellez de nouveau. La fraîcheur de votre plume est assortie à votre mignonne frimousse futée, dieu merci vous avez votre place parmi nous et pour ma part, j'ai beaucoup à apprendre de votre jeunesse. Face à ceux dont j'ai bien plus que trois fois l'âge, j'ai l'impresssion parfois qu'il me manque tant de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fjörgyn

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   4/9/2008, 19:53

Hum, j'étais de bien mauvaise humeur hier matin... Neutral
Mes excuses...
En fait, c'est une étrange impression que j'ai eue. Oui, je suis une adolescente parmi tant d'autres, qui déborde de curiosité, d'insoumission et de tous ces sentiments exaltants qui définissent cette "respiration que tout le monde connait à l'adolescence".
Et je crois que c'est justement le fait de me dire que tout le monde a vécu ça qui me perturbe... Cette sensation incroyable perdrait alors toute son ampleur, en devenant quelque chose proche de la banalité, connu de tous.
Je n'ai pas envie de croire que je perdrais cette impression en grandissant...
Bref, tout ça pour dire que j'ai compris votre point de vue Constance, et je vous remercie pour ces jolis compliments. Je continue de croire que je peux apprendre beaucoup ici, de vous tous. Cette discussion n'en est elle pas la preuve parfaite? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fjorgyn.skyrock.com/
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   5/9/2008, 10:53

Fjörgyn a écrit:
Hum, j'étais de bien mauvaise humeur hier matin... Neutral
Mes excuses...En fait, c'est une étrange impression que j'ai eue. Oui, je suis une adolescente parmi tant d'autres, qui déborde de curiosité, d'insoumission et de tous ces sentiments exaltants qui définissent cette "respiration que tout le monde connait à l'adolescence". Et je crois que c'est justement le fait de me dire que tout le monde a vécu ça qui me perturbe... Cette sensation incroyable perdrait alors toute son ampleur, en devenant quelque chose proche de la banalité, connu de tous. Je n'ai pas envie de croire que je perdrais cette impression en grandissant... Bref, tout ça pour dire que j'ai compris votre point de vue Constance, et je vous remercie pour ces jolis compliments. Je continue de croire que je peux apprendre beaucoup ici, de vous tous. Cette discussion n'en est elle pas la preuve parfaite? Rolling Eyes

Puisque le contexte est celui de la poésie chère petite Fjörgyn (d'où viens votre pseudo ?), je peux affirmer qu’il y a une vraie poésie par votre simple présence dans ce cadre. Parmi un public qui, j’en ai bien l’impression, oscille de la bonne gentille trentaine jusqu’à se perdre très au delà du demi siècle, vous me faites l’effet de ces coquelicots fragiles et en même temps très enracinés, refusant de se déchirer sous le souffle du vent.

Une adolescente parmi tant d'autres, dites-vous, je ne peux concevoir cela. Puisque pour moi la notion de groupe n’existe pas. A mes yeux, seul l’individu va compter. Et dans votre expression "parmi tant d’autres" il y a peut-être aussi à entendre vos isolements au coeur de la multitude.
Dans l’après-midi d’hier, j’étais installée à une terrasse Häagen-Dazs pour une orgie de ces crèmes glacées monstres dont ils gardent le dialolique secret. A mes cotés est venu s’asseoir une petite troupe très jeune de tous horizons, sympathique et drôle, tristement gaie. A première vue ils semblaient tumultueux, avides. Mais à observer chacun pourtant, on percevait facilement les inquiétudes de l’un, les distances de l’autre. Des solitudes survolaient les têtes, les mains, qui pour la plupart n’étaient occupées que par les touches des téléphones portables. L’organe en supplément.
L’un d’eux, à la grâce plus insolente que les autres, a lancé très fort " C’est l’horreur, il fait trop lourd aujourd’hui...", tous ont acquiescé. J’ai ri. Mesuraient-il le pouvoir de ce mot "horreur" passé dans le langage courant par le caprice des modes.
Mais je me suis ravisée tout de suite et leur ai souri de nouveau. Je ne savais rien d’eux bien sûr. Qui sait, au delà de l’air du temps, précisément, quelques uns d’entre eux savaient-il, à titre personnel, ce que signifiait l’horreur véritable.
Où étaient passés leurs rêves ? on le devinait un peu dans leurs gestes, malgré les bousculades, les embarras, les maladresses touchantes.
Ne soyez pas troublée que cette sensation d’une incroyable exaltation de la période de jeunesse demeure un trésor commun à toute l’humanité.
Qu’elle soit expérimentée par nous tous, il n’y a rien de banal là dedans, puisque chacun va la reconnaître et la traduire différemment, pour en faire sa matière propre, parfaitement singulière.
Avec les mots, la réflexion, la finesse, la sensibilité, le corps, l’esprit, les dispositions, l’ouverture au monde, avec l’originalité, la hardiesse de chacun, avec les peurs, les doutes et les faiblesses, cette exaltation va quelquefois s’amplifier et prendre d’autres envols, où va connaître ses métamorphoses, ce sera le moteur stupéfiant qui va permettre de propulser très loin les espérances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Si il fallait...   5/9/2008, 13:00

rassurer...Personne ne perd jamais de vue tout à fait ses rêves! On en change simplement. A la fougue de l'adolescence, aux questions que cet âge fait poser, le temps apporte ses réponses. Et il ne faut pas considérer celà en négatif car l'expérience aidant... Mais on change difficilement le monde...Ce sont nos priorités qui évoluent.
Moi je garde plein de rêves en moi rien que pour justifier ma distraction na !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Bonjour!   5/9/2008, 13:08

Votre réponse à notre amie était, je crois le reflet d'une personne trés pondérée. Il arrive, trop souvent, que des personnes de notre catégorie d'âge fassent preuve d'un "ostracisme" anti jeunes. On pardonne rarement chez les autres le feu que l'on a plus...A part, les gens sereins...Merci d'être de ceux là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   5/9/2008, 16:26

Daniel a écrit:
Votre réponse à notre amie était, je crois le reflet d'une personne trés pondérée. Il arrive, trop souvent, que des personnes de notre catégorie d'âge fassent preuve d'un "ostracisme" anti jeunes. On pardonne rarement chez les autres le feu que l'on a plus...A part, les gens sereins...Merci d'être de ceux là.

Merci à vous en retour, mais excusez-moi, je ne comprends pas vraiment les généralités si étendues. Dans la Grèce antique, l'ostracisme était le bannissement pur et simple, de nos jours, en Sociologie cela indique une forme d’exclusion. N’a aucun sens d’avoir l’idée d’exclure une jeunesse pleinement constitutive de la nation même. Je ne connais personne de mon entourage, ni de ma génération, capable d'une telle crétinerie et d’une étroitesse d'esprit aussi absurde la concernant. Et qui de plus mettrait la jeunesse en un même sac, tous âges, tous courants de pensée confondus. Lesquels, je le souligne à nouveau, pour moi et ceux qui m'environnent, ne sont pas une entité, mais des individus avant tout.

J'ai élevé seule mes trois filles et j'ai quatre petites filles, cela non non plus n'a pas manqué de lyrisme, donc ce que ressent, ce que vivent les personnes plus jeunes me galvanise et me concerne hautement, comme pour nous tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fjörgyn

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   5/9/2008, 17:30

Tout d'abord, mon pseudo vient de ma mythologie nordique (qui me passionne, et s'accorde avec mes origines...), Fjörgyn ou Jörd est l'incarnation de la terre non cultivée, vide et immense. Allez savoir pourquoi mais je me suis dit que ça me correspondait bien, toute cette immensité qui ne demande qu'à être remplie!
Ensuite, j'ai beaucoup aimé votre description de cette bande jeunes! Je crois que je suis plutôt l'inverse, l'air distant, inquiet même à première vue, alors qu'en fait je déborde de passion, d'impulsivité, et de cette soif insatiable de nouveau, de rêves... Je crois qu'aujourd'hui tout ce que demandent les jeunes c'est de se sentir vivant. C'est pas toujours facile de trouver sa place, on nous demande à 17ans ce que nous voulons faire de notre vie alors que nous commençons à peine à en comprendre le sens... Parmi ceux qui ont l'air enjoué, j'ai découvert que beaucoup plus que je ne le pensais étaient plutôt torturés, refoulant tout un tas de questions pour se plonger dans une vie cadrée, et se persuadant qu'elle leur convient.
Bref, j'ai compris que je dois cultiver cette sensation caractéristique de la jeunesse pour ne jamais la perdre, et lui donner son propre sens, le mien.

En réponse à Daniel, j'ai connu des personnes assez limitées niveau ouverture d'esprit pour juger les jeunes au premier coup d'œil (sans aller jusqu'à l'ostracisme) et me cataloguer comme appartenant à une espèce qui n'a rien de nouveau à dire. En général, je passe mon chemin... Mais il ne me reste plus qu'à leur prouver qu'ils ont tort! Wink
Et sinon, je détourne aussi très souvent des mots de leur usage premier... Il m'est déjà arrivé de dire que c'était "l'horreur" pour une histoire de météo! Je réfléchissait l'autre jour à une autre expression utilisée couramment par les jeunes (y compris moi je crois!): "C'est mort..." à traduire par "C'est raté"! Je me disais justement que certains mots perdaient beaucoup en intensité dans notre langage courant. Enormément de mots sont ainsi éloignés de leur sens véritable, non pas que nous en ignorions le sens, je pense que c'est juste un effet de mode, oui.
Enfin, en effet, il me semble que je suis la plus jeune du forum! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fjorgyn.skyrock.com/
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Ma Bretagne   11/10/2008, 10:05

Vous dire ma Bretagne…Comme c’est à la fois simple et complexe.
C’est d’abord ce lever aux aurores, alors que le soleil n’a pas encore lavé la nuit et ouvrir la porte, respirer le matin à grandes goulées, mon petit déjeuner de l’âme. Ensuite, après un grand café noir, mettre les bottes en silence, prendre l’appareil photo et la voiture.
Cinq minutes à peine. Personne. Voilà le chemin de l’étang. Un merle furieux de mon intrusion dans son monde trille en s’échappant. C’est le seul bruit que je distingue encore, que je perçois seulement et puis…Dans l’aube grise, je prends le sentier d’herbes mouillées, doucement. Je pénètre dans un univers qui n’est pas le mien . Pas tout à fait étranger certes mais une autre terre. Je deviens attentif, réceptif à tout. Ne pas faire de bruit surtout…Le jour peine à se lever sur l’eau toute proche mais déjà la vie grouille… Une feuille désabusée du vent rejoint la terre en tournoyant lentement. Un plongeon furtif ! un ragondin dérangé de mon intrusion trace son v dans l’argent de l’eau et fini par plonger plus loin. Deux heures, trois heures vont ainsi passer sans que je sache, sans que je veuille savoir….
A observer une araignée matinale boire à la rosée de sa toile, à regarder le ballet d’un couple de mésanges charbonnières danser dans les arbres.
Approchez vous doucement avec moi… regardez là, sur un rocher qui affleure, tout au bord de l’eau, cet oiseau qui sautille, le bec fouillant la vase. Une bergeronnette citrine . Et plus loin, tout au fond de l’autre rive, cette tâche grise à peine distincte, un héron cendré guettant son petit déjeuner.
Et là sur le miroir de l’eau, cette silhouette basse qui part vers on ne sait quelle destination , un foulque macroule. Regardez à vos pieds…Ne bousculez pas ce muflier sauvage aux délicates fleurs jaunes croulant de rosée . Détachez délicatement cette feuille grise argentée, froisse là doucement et respirez…de la menthe poivrée.
Tout à mon immersion dans ce monde parallèle, je n’ai pas vu à l’est que le gris de la brume s’était paré d’or. Le soleil . Il faut alors s’asseoir . Comme un enfant, le jour naît dans mon monde et cet avènement est chose sacrée, magique. C’est un instant d’émotion pure , de sensations autres, indescriptibles. Regardez ! il a ajouté une ride d’or à l’étang , des couleurs aux dernières feuilles….Pendant un instant, on sent son cœur battre et la fragilité de ce que l’on peut être, de tout ce qui pourra faire notre quotidien ; On est là. Seulement.
Je vais repartir maintenant, du même pas retenu, avec autre chose en moi….Deux heures, trois heures ? qu’importe ! j’existe ailleurs, juste dans la vie d’à côté …
Voilà…C’est une partie, une infime partie de ma Bretagne. Une miette de temps et d’espace dont je nourris mon âme, un petit peu de moi qui n’emprunte pas de mots.

Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   11/10/2008, 10:55

Une très jolie tranche de vie exprimée de façon rafraîchissante et sensible. Daniel a toutes les qualités d'écriture pour dire ce qui l'occupe, une ballade on l'on pénètre un peu dans ce qui l'a probablement construit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5897
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   12/10/2008, 14:48

Merci Daniel pour ces belles impressions pleines de sérénité...
Content de vous revoir Constance : je me demandais où était passée ma chère Constance !

En ces temps de morosité, cela fait du bien de lire toutes ces lignes.

Je crois que le monde est un peu tétanisé par la crise mondiale qui nous tombe sur la tête...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   12/10/2008, 15:56

Jipi a écrit:
Content de vous revoir Constance : je me demandais où était passée ma chère Constance !En ces temps de morosité, cela fait du bien de lire toutes ces lignes.Je crois que le monde est un peu tétanisé par la crise mondiale qui nous tombe sur la tête...
Je suis toujours là Jipi, mais n'ai le temps que de poser un furtif regard de temps à autre. Trop emportée dans un drôle de chaos de changement d'éditeur, de bouclages pour mes narrateurs, d'histoires de Droits d'auteur, de mutation d'ordinateur et soucis de navigateur. A bientôt. "Votre" Constance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Ma bretagne   13/10/2008, 08:53

Chère Constance,


Changement d'éditeur, mutation informatique !
Mais! Vous empruntez à ma vie si ce n'est le contraire...
Ne seriez-vous point passé par Florence, ces derniers temps?

Pour le reste je vous trouve bien indulgente (et Jipi aussi, mais chez lui c'est idéologique et structurel) ) pour ce texte tout de même passablement négligé dans le détail ( que de clichés! ) fragile dans l'ensemble et surtout assez banal dans sa pensée. Ah, l'homme fragile prenant conscience face au spectacle du monde. Tout le monde n'est pas Chateaubriand face au jusant !

Sensible, serein, certes. Mais la littérature n'a que faire des bonnes intentions et autres béatitudes quand elle ne sont pas fertiles .

Cependant, quelques images, quelques fragments habiles qu'il aurait fallu retravailler après les avoir séparés de l'ivraie.


Allez! Au travail !! Les beaux textes se font une fois le jour levé et les bottes ôtées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   13/10/2008, 20:54

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Chère Constance, Changement d'éditeur, mutation informatique ! Mais! Vous empruntez à ma vie si ce n'est le contraire...Ne seriez-vous point passé par Florence, ces derniers temps?
Pour le reste je vous trouve bien indulgente (et Jipi aussi, mais chez lui c'est idéologique et structurel) ) pour ce texte tout de même passablement négligé dans le détail ( que de clichés! ) fragile dans l'ensemble et surtout assez banal dans sa pensée. Ah, l'homme fragile prenant conscience face au spectacle du monde. Tout le monde n'est pas Chateaubriand face au jusant ! Sensible, serein, certes. Mais la littérature n'a que faire des bonnes intentions et autres béatitudes quand elle ne sont pas fertiles . Cependant, quelques images, quelques fragments habiles qu'il aurait fallu retravailler après les avoir séparés de l'ivraie.
Allez! Au travail !! Les beaux textes se font une fois le jour levé et les bottes ôtées.

N'y aurait-il pas un nuancier pour les clichés en question ? Je vois, suis-je candide, une incontestable fraîcheur et une vérité de ton, lorsque sentiments, émotions sont dépeints avec cet élan sincère. Nous ne rejoignons pas tout à fait aujourd'hui sur ce travail limpide, honnête, ce n'est pas grave. Comme précédemment, nous aurons d'autres instants d'adhésion.
Au sujet de la publication, j'abhorre cette période où il faut s'occuper d'adaptations, de retouches, de concessions à des philosophies éditoriales qu'on ne partage pas toujours entièrement. Donc publier est vraiment, ce qui me passionne le moins. Heureux homme qui avez eu le talent de faire se rencontrer votre langue et vos aspirations avec les exigences de l'édition, en bonne intelligence.
Florence à dû vous apercevoir, je n'y étais pas, dommage. Très bientôt je dois me mettre à un livre de commande qui passe par la Cineccita pour une ex productrice de Cinéma aux saisissantes aventures dont j'ai déjà façonné l'histoire il y a deux ans. C'était un premier ouvrage d'observation mutuelle dirons nous. Il me tarde d'y replonger. Amitiés et pensées à vous cher Jean-Pierre, et à tous
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Re: Textes de Daniel   14/10/2008, 11:05

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Chère Constance,



Pour le reste je vous trouve bien indulgente (et Jipi aussi, mais chez lui c'est idéologique et structurel) ) pour ce texte tout de même passablement négligé dans le détail ( que de clichés! ) fragile dans l'ensemble et surtout assez banal dans sa pensée. Ah, l'homme fragile prenant conscience face au spectacle du monde. Tout le monde n'est pas Chateaubriand face au jusant !

Sensible, serein, certes. Mais la littérature n'a que faire des bonnes intentions et autres béatitudes quand elle ne sont pas fertiles .

Cependant, quelques images, quelques fragments habiles qu'il aurait fallu retravailler après les avoir séparés de l'ivraie.


Allez! Au travail !! Les beaux textes se font une fois le jour levé et les bottes ôtées.

Voilà qui me satisfait ! Pour plusieurs raisons en fait. D'une part, je ne me suis jamais regardé en tant qu'écrivain.Ni même imaginé une seule fois je crois ! Pas plus écrivain que poète , j'écris surtout mes ressentis, mes émotions, la qualité du texte de fait, m'indifférait( quoique....) En fait votre critique Jean-Pierre m'a permis de donner un autre regard sur ce que j'avais pu écrire. Si j'avais dû lire, hors l'émotion, ce texte, aurais je été captivé ? Sûrement pas ! Parce qu'en définitif, aprés analyse, il est vrai qu'il est plein de clichés, qu'il n'y a pas de réelles trouvailles...Mais tenons compte aussi du fait qu'il est difficile d'être juge et parti.
Alors merci...sincèrement. Je vais relire, retravailler sans doute ce texte en le considérant comme tel . De canaliser en sorte le ressenti en phrases plus...sobres, plus construites. Je n'ai jamais fait celà et votre critique m'y autorise.Donc merçi Jean-Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Textes de Daniel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes de Daniel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Daniel Osborne (Oz)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» Apicitou de Daniel Sebban
» 2 Centimes DANIEL-Dupuis
» Présentation Daniel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Les écrits de nos membres-
Sauter vers: