Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Textes de Romane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Noces de Neige   2/2/2007, 11:59

Noces de Neige

Drap. Blanc.
Robe. Blanche.
Douce lumière orangée.


Drap. Blanc. Lisse, neuf, brodé.
La robe blanche s’est affaissée sur le fauteuil blond. Les dessous de dentelle, dégrafés, glissés, défaits, gisent sur la robe inerte.
Elle, elle est assise au bord du lit, sur le drap blanc, lisse, neuf, brodé.
Sa lourde chevelure brune tombe sur ses épaules.
Elle est nue. Blanche. Si blanche…

Il contemple celle qu’il vient d’épouser.
Il la contemple et dans son regard, danse la flamme.
La flamme du désir de sa femme.

Elle, elle est assise au bord du lit, blanche et nue.
Elle baisse la tête et sous ses cils bruns, elle regarde ses cuisses de neige.
Frissons.

Il contemple les cuisses de neige de sa femme.
Flamme du désir d’elles.
Envie de les parcourir.
Envie de les ouvrir.
Envie d’Elle.

Elle regarde ses cuisses de neige, par-dessous ses cils bruns.
Aussi neigeuses que la robe de ses noces.
Serrées.
Verrouillées.
Insondable désert blanc.

Il est d’incommensurables silences de glace, des neiges éternelles aux abîmes terrifiants…
Noces de Neige.
Nuit noire.

Romane
("Les petits mots" - Extrait)
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: La marche interrompue   2/2/2007, 12:01

La marche interrompue

Mitraillettes
rafales
régulières

rafales

plus aucun autre bruit, comment voudriez-vous... comment....

le ciel s'en fout
sait-il au moins qu'il n'y a plus d'oiseaux

il faudra des tombeaux
des cortèges sombres et lourds

et peut-être un chant venu du fond de la terre outragée
tourné vers le ciel sans oiseaux
pour les faire renaître

l'envoi d'un souffle à vider des poumons
comme un cri à percer le mur du sang
longuement

Alors les mitraillettes...

Romane
"Les petits mots" - Extrait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: L'instant où l'on ne peut pas dire   2/2/2007, 12:03

L'instant où l'on ne peut pas dire

Que pourrais-je dire
que pourrais-je faire
capturer le mot du point final le mot du point naître
comment le reconnaître parmi tous les inutiles
futiles
vains
comment....

Là, en ce point de l'instant où j'ai tout à vous dire
en ce point du monde où les mots se bousculent au point de ne plus exister,
parce qu'ils sont trop
qu'ils s'étouffent de leur trop
jusqu'à n'être plus que si peu
dans ce point de l'instant là
si peu
si rien
rien
.

alors le silence par dessus l'étouffement des mots vains
encore lui sur la brèche de l'impuissance
désordonné
remuant
le silence en forme de supplique parce que tout est à dire mais rien ne peut se dire ni même se laisser dire
et le regard affolé en dedans soi, pendant que les yeux que vous voyez ne vous regardent plus
parce qu'ils sont orphelins
du mot
vain

quel geste esquisser
et comment
et puis pourquoi
pour quoi dire puisque le mot n'existe pas

peut-être faudrait il le sentir simplement
lui
fait de tous les autres
point d'orgue du langage
cercle de l'expression
centre de l'univers
mot de l'instant de maintenant, de maintenant qui n'existe pas
le seul
le sentir au fond de soi comme la pierre du centre coeur
sans définition
il bouge
....................................../............


Romane
"Les petits mots" - Extrait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Textes de Romane   2/2/2007, 15:32

Très beau texte ! Une épure pleine de sobriété à travers une écriture moderne que j'apprécie beaucoup... Je suis très heureux de découvrir tes textes Romane ! Dès que j'ai un peu plus de temps je me plongerai dans les autres !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   2/2/2007, 17:27

Merci pour la sensibilité de ton regard, Jipi.
C'est un plaisir que de partager avec quelqu'un comme toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Laurencja
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 31
Localisation : Brabant Wallon (Belgique)
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: Textes de Romane   27/2/2007, 22:33

Vraiment, une très belle inspiration, et une disposition du texte intéressante. J'aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://madamenouveaumonde.wordpress.com/
Laurencja
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 81
Age : 31
Localisation : Brabant Wallon (Belgique)
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: Textes de Romane   27/2/2007, 22:36

Un style pur, comme le sujet.
J'aime l'idée de vraies noces, en véritable robe blanche qui garde ainsi toute sa symbolique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://madamenouveaumonde.wordpress.com/
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Re: Textes de Romane   1/3/2007, 17:28

Très joli texte
haché sans démesure, scandé plutôt : très beau . bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Re: Textes de Romane   1/3/2007, 17:29

tellement différent de "Noces de Neige" tout un art bravo ! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Lassitude   19/6/2007, 02:45

Lassitude

En longs cortèges d’ombres aux étouffements suaves
Dans leurs manteaux de nuit d’épaisses habitudes
Elles passent
Et je baisse la tête pour ne pas les voir
Je voudrais cimenter mes paupières mais surtout
Surtout
Plus que ne plus bouger je voudrais ne plus t’aimer
Est-ce qu’on aime encore quand on est mort ?

Elles passent
Interminablement soudées à la lourdeur de leur marche
Tandis que de leurs mains elles pillent le ciel
Des rêves d’amour
Ce n’est qu’un désespoir qu’accrochent mes lèvres
Dans leur cri fait d’ébène muette
Sans issue
Derrière les lourdes pierres du mur de l’impossible
Est-ce que la vie renaît de l’incomplet ?

Elles ont parfois ce geste de caresse enivrante
Du bout de leurs doigts enjôleurs aux allures d’aimantes
Tendus comme une invite
Et je plaque les miens sur ma bouche d’effroi
Dans l’insupportable silence glacé
Sans toi
Sans toi charmé par l’habile chimère
Aux fards trompeurs sur leurs visages d’anges

Il n’était pas si loin
Le désert


Romane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Textes de Romane   20/6/2007, 22:21

Quelques beaux passages Romane ! Wink

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   25/6/2007, 03:02

Je ne sais pas. J'ai toujours un peu de mal à prendre du recul. Il me faut tes yeux et ceux des autres pour savoir.
Merci de m'avoir lue.

Jipi ; j'aime terriblement ce que tu écris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Sur le vif, dans la Nuit... de l'écriture   2/7/2007, 07:48

Ceux que j'ai pu récupérer. Les autres, je ne sais plus, je ne me souviens plus, et sur ceux-là, je ne me souvenais pas de tous...

La nuit du partage


Il y aurait une fois la Nuit du Désert, là-bas au pays des oliviers… il y aurait une fois…
Il y aurait une fois la nuit des mots, la nuit des visages sans voile, des voix murmurées, la nuit du verbe libre, la nuit à se remplir d’histoires, ventre plein d’il était une fois, comblés des mots de vous, des mots de nous, des mots toi, moi-je pur vous pour nous… il y aurait…
Il y aurait une fois la nuit de la danse des flammes, de l’âme, il y aurait une fois la nuit…
Trêve dans la déchirure de la Terre sous l’outrage de l’Hommme. Trêve des crève la faim, trêve des sans abri, trêve de la censure, des murs-geôle abattus pour quelques heueds, le temps d’écrire, le temps de l’écrire…
Il y aurait une fois… non, pas l’oubli, rien qu’une nuit de trêve, une nuit de pluie de mots, une nuit d’imaginaires, une nuit…
Création…
Savez-vous que créer empêche de tuer ?
Pendant que votre esprit s’ouvre à la naissance des phrases, vos mains se saisissent e l’enfant-texte, caressent la poésie, inventent un monde, un monde… création…
Il y aurait une nuit de trêve, la nuit de la Paix sous la lune, la nuit des amours que l’on déclare, des désamours que l’on humorise, des acidités que l’on acidule, des sourires à partager, prunelles flamboyantes en miroir-flammes.
Il y aurait une fois…
Cette nuit…

* * *

Naissance


Son ventre s’est ouvert
Il était rouge
Rouge et noir du ventre de l’enfer
Noir et rouge du ventre éblouissance
Son ventre de Femme
Sourd au refus de vivre
Assoiffé des cris frémissants de l’aube

Son ventre s’est ouvert
Et dans la fraîcheur de la fin de nuit
Dans ses yeux révulsés
Hagarde
Détentrice du Mystère
Elle offrit son enfant au monde
Il, elle
Je
Toi !

* * *

Monsieur,

J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir garder la bouche ouverte. Cela ne devrait pas vous sembler insurmontable, dans la mesure où vous ne la fermez pas.
Monsieur, j’ai décider de vous auto-tuer. Il me suffira d’enfourner jusqu’au fond de votre gorge tous les mots, les verbes, les adjectifs, les virgules et points d’exclamation, ceux d’interrogation et même de suspension, les sons-sang, les sons !
Vous me gachâtes la soirée, cher Monsieur, sans autre souci que ce lui de vous faire entendre de gré ou de force.
Viol d’oreilles.
Je vous ferai bouffer l’objet du délit.
Vous serez le premier mort par overdose de voix.

Signé : l’incommodée.

* * *

Le héros


Moi, j’ai pas peur. J’ai peur de rien.
Quand j’étais petit, je faisais peur aux fantômes. Je me souviens aussi : un jour, le Croque Mitaine s’est assis par terre et il a pleuré. C’était la première fois qu’il avait peur, le Croque Mitaine.

Moi je suis un héros. Je suis LE héros. Un pas comme les autres. Un vrai, quoi. Je fais des choses que seuls les héros peuvent faire, mais comme je suis un héros plus vrai que les autres héros, je fais des choses plus vraies aussi.
Par exemple, le clou. Le clou, je l’ai enfoncé très fort. Très profondément profond. On voit qu’il est bien enfoncé. En plein milieu, il est bien enfoncé. Bon, bien sûr, le monsieur très gentil a accepté de me prêter sa tête. Une belle tête bien ronde, bien faite, bien remplie. Une belle tête de mort.

Je suis un héros. Un vrai.
Quand je serai grand, je deviendrai plus grand que tous les autres grands. Et aussi beaucoup plus con.
Moi j’aime bien. Je serai un grand héros très con.

* * *

J’suis sexy, mais j’me soigne.


Elle : Chéri ? (elle se dandine, souriante)
Lui : ….
Elle : Ouh ! Qu’est-ce qu’il fait chaud ! (elle souffle)
Lui : …
Elle : Chéri ? Tu ne trouves pas qu’il fait chaud ? (elle fait glisser son boa en simili marron glacé)
Lui : mmmmmf…..
Elle : Chéri, je crois que nous allons droit à la catastrophe. Le réchauffement de la planète… (son boa tombe à ses pieds dans un bruit d’aggloméré. C’est normal, don boa est en agglo)
Lui : (sans lever le nez de ses ongles qui sèchent) Il est tombé.
Elle : Ah ! Chéri ! Tu me reçois 2 sur 2. Tu as vu comme il fait chaud ? (elle pose un pied sur l’accoudoir du fauteuil, sa jupe en soie d’asie centrale plisse et remonte le long de ses cuisses et s’emmêle à sa ceinture, dans un crissement à décoller le plombage de trois molaires)
Lui : Fais moins de bruit, s’il te plaît ! Tu me rayes les ongles.
Elle : T’as qu’à me regarder.
Lui : Je te vois quand je t’entends. Comme je t’entends beaucoup, je te vois beaucoup.
Elle : (vexée de ne pas lui faire plus d’effet que ça, dégrafe son soutien-gorge et l’envoie voler sur la télé). Tu as vu ma nouvelle coiffure ?
Lui : Rouge carmen.
Elle : (outragée) oh !
Lui : Oui, je sais, c’est douloureux.

Silence. Ils se taisent. Ils sont beaux. Terriblement beaux. Incroyablement beaux. D’une indécente beauté. Sexy. Surtout sexy.
Un couple ordinaire, en somme.


Romane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: MelodyBleu   6/7/2007, 02:51

MelodyBleu



Des mots des mots des mots des mots comme des abeilles qui te fondent dessus toi les bras repliés pour te cacher la face faut pas te faire piquer te faire trouer te faire déchiqueter des mots des mots des mots à pique-pointes des mots harpons des mots charpie des mots lame sans chiffon sur le revers sanglant des mots garrots des mots flots des mots radeau sans rive sans fond sans poignée juste un fil à trancher la main des mots à trancher des mots à mains amers des mots à débiter les yeux grillés par ce qu’ils voient des mots à brûler le cerveau des mots électro-choc sans chic des mots chique moche des mots à remâcher à ravaler à ruminer des mots sans teint sans tain sans frein des mots malsains des mots glauques des mots rauques des mots roc floc à la botte des mots à descendre à fendre à feindre à fondre des mots catin des mots putain des mots souillés rouillés des mots fouilleurs voleurs violeurs HARCELEURS.

Arrêt sur image.
MelodyBriseTénèbres….

Bouge
MelodyBleu, suave, légère
Suave légère bouge-aurore bleue
Avec dans le ciel, là bas, l’or d’un cercle parfait
Noyade des mots à destination perdue

Ma main dans ta main
Confiance

Romane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: MelodyBleu   6/7/2007, 07:28

Bonjour Romane,

J'aime:

Le flot de ce texte, son abondance graphique qui déborde sur la page ( osé, ce pavé clos du début qu'il faut parcourir sans respirer ! )

La suite et fin avec cette très belle image du cercle d'or.

L'inédit, le non dit, l'"entremots", ici particulièrement subtil qui mêle élan presque sauvage et raffinement extrême.

Cette partie me semble japonaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   7/7/2007, 02:28

Pour la petite histoire ; à l'origine, je voulais écrire un pavé beaucoup plus long. J'ai supprimé la ponctuation au bout d'un moment, constatant que j'écrivais ce texte comme je le disais mentalement, soit en enchaînant les mots les uns aux autres, sans respirer. L'image était : le dire comme on vomit les mots, en centre scène dans le cercle d'un projo (Il m'est presque impossible de dissocier la scène de la feuille).
Sauf qu'il était très tard et que j'étais fatiguée. Voilà comment un détail bassement terre à terre ampute un texte de ce qu'il aurait pu être.
Rapidement bouclé, je me suis dit que j'y reviendrais sans doute.
Pourquoi pas ?

En tout cas, merci pour cette appréciation et le détail du commentaire, Jean-Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: L'Hiroshima en moi - Espagnol/Français   7/8/2007, 17:31

En mí el Hiroshima



En el vacio del fondo de esta noche de hielo...
marcha nupcial de las fantasmas drapeadas
con su máscara de fuego
como tantas escaldaduras tantas heridas
para crucificar su alma
en una escombrera de basuras

En el vacio del fondo de esta noche de hielo...
el rechinamiento furtivo de una lámina
para decapitar la memoria
y el seco crujido de su asesinato
¿ qué podría decir ella
amnésica
amputada de sus risas y lágrimas juntas ?
convertida en un desierto con horizonte sin línea
de término de los ojos
qué podría decir ?

Haría falta tratarse con el fondo del oceano
para encontrar la grieta del olvido
esa que condujese hasta el vientre del insomnio
macilento
azorado

De nada no tengo más el miedo
nada más a temer
ya di todo ¿ qué podrían robarme ?

corazón molido

palmas de las manos desgarradas
sobre el muro de las disgracias
vientre lleno de su hambre
que nada saciar no puede
y del mirar al cielo me voy a derramar
torrentes de amargor
lentos corrientes de amor
sin acabar
antes mismo de haber querido
vivir, abortado

El término de un mundo
de estallido alguno
se diría,
en mí el Hiroshima ...

JLD - Traduction pour un ouvrage en cours de construction, d'après Les petits mots de Romane

* * *

L'Hiroshima en moi



Du creux du fond de cette nuit de glace....
marche nuptiale des fantômes drapés de leur masque de feu
comme autant de brûlures comme autant de blessures
à se crucifier l'âme
dans une décharge à ordures

Du creux du fond de cette nuit de glace....
le crissement furtif d'une lame à décapiter la mémoire
et le claquement sec de son assassinat
que pourrait-elle dire
amnésique
amputée de ses rires et larmes mêlés
devenue désert à l'horizon sans ligne de fin des yeux
que pourrait-elle dire....

Il faudrait se frotter au fond de l'océan pour trouver la fente de l'oubli
celle qui conduirait jusqu'au ventre de l'insomnie
blafard
hagard

Je n'ai plus peur de rien
je n'ai plus rien à craindre
j'ai déjà tout donné que pourrait-on me prendre

coeur broyé
paume des mains déchirées sur les murs d'infortune
ventre plein de sa faim que rien ne peut assouvir
et du regard je verse vers le ciel les torrents d'amertume
lentes coulées d'amour inachevé
avorté avant même que d'avoir voulu vivre

On dirait la fin d'un monde, la fin d'une explosion, l'Hiroshima d'en moi...

Romane - Extrait des Petits mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Textes de Romane   12/8/2007, 14:50

Ce texte a une très grande force... des images poétiques parfois étonnantes...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   12/8/2007, 14:54

Merci. Etonnantes en quoi les images ? Peux-tu préciser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Textes de Romane   12/8/2007, 14:57

étonnantes d'originalité comme :

le crissement furtif d'une lame à décapiter la mémoire

C'est là que l'on voit la force d'un langage poétique original... tu as un réel talent ! Sans flagornerie aucune (pas mon style !).

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   12/8/2007, 15:07

A vrai dire il est très difficile de se situer soi-même en matière de qualité.

Des images, et dans ces images des détails ; une partie infime de la totalité de l'image. Il faut juste savoir saisir le détail qui contient tout.

Pour traduire l'indicible, je n'ai pas trouvé mieux. Et j'essaye de contourner soigneusement la banalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Fin   16/8/2007, 01:18

Fin



Elle siffla le fond du verre. Brûlure. Impassible, elle regarda encore une fois autour d’elle.

Dans l’effroyable désordre, tout y était. Une vie. Sa vie. Sa vie à lui qui n’était plus que rien. Rien que ce corps d’homme-chiffon, désarticulé, obscène, risible, le nez coincé si près du biberon que c’en était indécent, ce symbole naissance-mort réuni là sans souffle ni cri, réuni en un seul, insoutenable et...

… et là- bas, dans les suaves senteurs du potager, il y avait le craquement d’une noisette et le battement des mains et celui d’un cœur et son rire insolent et… Il y avait la joliesse de l’après-midi, la fin de l’été, interminablement doux sous des cieux cléments, encore une fois, comme l’an passé…

Elle tenait toujours la bouteille de Bourbon et se servit un autre verre qu’elle porta à ses lèvres. Elle ne sentait plus le goût de l’alcool. Elle avalait, hallucinée. Brûlure. Elle s’en foutait. Dans son crâne, résonnait l’interview, le dernier, et ses conversations au téléphone. Sa voix si sûre, sa voix posée d’homme d’affaires, d’homme maître, la sienne à lui, à lui chiffon, pitoyablement réduit à rien…

… et là-bas, la rougeur laissée par l’ortie sur la fragilité de sa peau blanche.Les cloques sur sa cuisse potelée. Là-bas au fond de l’allée, près des buissons sauvages et de l’ornière asséchée. Alors les larmes dans ses yeux gris étonnés… et les petits mots doux. Les petits mots rassurants… mon cœur, mon enfant, mon amour, je vais te dessiner un petit massage magique et tout va se guérir… je vais souffler là, regarde, et tout va s’envoler…

Un rire déchira le silence. Le sien à elle. Le tournevis planté dans l’andouillette ajoutait au ridicule du spectacle offert. Comment pourrait-il sérieusement expliquer ses histoires d’hydravion, de malus, et justifier son ciné-club, désormais ? Une fois de trop. Connard. Pourriture. Salopard. Ordure !!

Elle pleurait maintenant. D’une main tremblante, elle se servit une nouvelle rasade et but d’un trait. Elle pleurait. Elle pleurait à vagues brûlantes et l’alcool n’y pouvait plus rien, à cette désespérance.

Elle pleurait le temps d’hier, avant, encore avant, le temps qui ne reviendrait plus…

… et là-bas, à l’ombre du figuier, dans le potager, sa première déclaration d’amour, balbutiante, précieuse, sans vocabulaire… première ! première…

Elle desserra les doigts. Le verre lui échappa des mains et se brisa contre le bord de l’escabeau. Elle hoquetait, pendant que de ses yeux s’échappaient tous ces petits riens, ces bribes de douceurs qui ne reviendraient plus. Ses yeux fous le fixaient, somnambules. Ordure !! La nausée lui vint au bord des lèvres….

… là-bas, sous le figuier. Ne pas y penser. Ne pas y penser. Ne pas y penser. Ne pas y penser….

Après la mort, la vie n’existe plus. Ne pas…
plus…



Romane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   16/8/2007, 01:22

Zut. Je n'ai pas la fonction éditer sur mon propre message. Je suis dans l'incapacité de corriger mes propres fautes.

Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Fin   16/8/2007, 07:21

Une simple question liée au second message sur l'impossibilité d'éditer.

Est-ce à dire que ce texte a été écrit directement sans travail d'aucune sorte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Textes de Romane   16/8/2007, 11:41

Si, il l'a été. Et il n'empêche que je vois une faute que je ne peux corriger.
A force d'avoir le nez sur un texte, on sait bien qu'on en retrouve toujours. Pas toi ? Si tu échappes à ça, quel veinard tu es.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Textes de Romane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Textes de Romane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Transferts de textes
» La Légende d'Elle - Luc Doyelle & Romane
» Textes en ligne en italien.
» Souvenirs, émotions, beaux textes.....
» Vos compos, vos textes sont les bienvenues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Les écrits de nos membres-
Sauter vers: