Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   8/2/2009, 10:31

En fait ce roman immense par son ampleur et par la qualité de sa fiction et de sa narration... je l'ai lu très tardivement. Je devais avoir plus de 25 ans...
Je voulais le lire un jour et je ne fus pas déçu...

Première question que je voulais souligner : ULYSSE de JOYCE et LE BRUIT ET LA FUREUR de Joyce sont des romans qui ont marqué toute la modernité, qui ont influencé la littérature moderne et particulièrement le roman nouveau, car il s'agit bien d'un roman nouveau... Je me permettrai d'en parler un peu plus tard.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   8/2/2009, 12:18

ULYSSE un nouveau roman ? C'est sans doute pour cela que je n'ai pas accroché alors. Très rares sont les nouveaux romans qui m'ont emballé. Pour éviter une nouvelle polémique, on va dire que c'est une question de goût.

Cela étant dit, je trouve que c'est une excellente idée d'en faire un topic séparé ! J'espère que d'autres membres anciens ou nouveaux viendront s'exprimer sur cette oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   8/2/2009, 17:01

Il y a, John, une confusion entre le roman nouveau et le Nouveau Roman.
Le Nouveau Roman qui a commencé en 1953 environ (représenté par Robbe-Grillet, Michel Butor, Nathalie Sarraute, Claude Simon, Claude Ollier, etc) n'est qu'une petite branche à l'intérieur d'un ensemble plus vaste qui est ce que l'on pourrait appeler un roman nouveau. On peut dire que Ulysse de Joyce est un représentant d'un roman nouveau qui a voulu rompre avec les traditions littéraires et ce en 1922 !
Une création ancienne et déjà tellement fulgurante par son modernisme. Comme Le Bruit et la Fureur de Faulkner en 1929. Ces deux ouvrages déjà révolutionnaires tant sur le plan de la narration et de la fiction annoncent donc la création moderne qui désire s'inscrire dans la nouveauté. J'en parlerai plus tard.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   10/2/2009, 14:16

John a écrit:
ULYSSE (...) J'espère que d'autres membres anciens ou nouveaux viendront s'exprimer sur cette oeuvre.

Probablement en ce qui me concerne.

J'ai lu Ulysse il y a déjà... un certain nombre d'années. Il faut donc que je le reprenne pour éviter de me cantonner dans les généralités. Je viens de terminer Le Journal intégral de Virginia Woolf (1915 - 1941) en partie donc contemporain d'Ulysse et dont elle parle, mais, si je me souviens bien, assez peu. Une comparaison d'écriture peut aussi être intéressante. Mais là encore, il me faudrait reprendre cet ouvrage qui, lui, comporte 1500 pages ! J'espère en avoir le temps.

C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   11/2/2009, 06:54

Il me semble que ceux qui entreprennent aujourd'hui la lecture d'Ulysse seraient grandement aidés par la lecture préalable d'un article que Valéry Larbaud, cotraducteur du roman, donna à la NRF en 1922.

L'article est trop long pour être cité in extenso, mais on en trouve des extraits ici :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   11/2/2009, 08:09

Il me semble intéressant de connaître l'avis des contemporains de Joyce lorsque le livre a paru et singulièrement celui de Virginia Woolf dont on lit encore aujourd'hui qu'elle fut sa disciple (!).

Précisons donc : Joyce est né le 2 février 1882, Virginia Woolf, le 25 janvier 1882. Il est mort le 13 janvier 1941, elle, le 28 mars 1941. A la parution d'Ulysse, elle corrigeait les épreuves de La Chambre de Jacob et travaillait à Mrs Dalloway.

En août 1922, V.W. lisait, entre autre, Ulysse, mais aussi Homère.


dimanche 3 septembre - ... Je devrais être plongée dans le dernier chapitre immortel d'Ulysse (...)

Mercredi 6 septembre - (...) J'ai terminé Ulysse, et je trouve que c'est un coup manqué. Le génie n'y manque pas, certes, mais il n'est pas de la plus belle eau. Le livre est diffus. Il est saumâtre. Il est prétentieux. Vulgaire aussi, et pas seulement au sens ordinaire, mais au sens littéraire. Je veux dire qu'un écrivain de grande envergure respecte trop l'art d'écrire pour vouloir truquer, choquer, faire de l'épate. Il me fait penser tout au long à quelque collégien au cuir épais, du gendre de Henry Lamb, disons, plein d'esprit et d'énergie, mais si imbu de lui-même et si égoïste qu'il en perd toute retenue, donne dans l'extravagance, la pose, devient tapageur et se fourvoie tant qu'il éveille la pitié des gens bienveillants et l'agacement, tout au plus, des gens sévères. On espère que cela lui passera; mais avec Joyce, qui a quarante ans, c'est bien improbable. Je n'ai lu le livre qu'une fois, et pas très attentivement; et c'est très obscur, de sorte qu'il est fort possible que ses mérites m'aient échappé plus que de raison. On se sent assailli de toutes parts par une grêle de petits plombs; mais on ne reçoit jamais une blessure mortelle en plein visage - comme il arrive avec Tolstoï, par exemple; encore qu'il soit complètement absurde de comparer Joyce et Tolstoï.

Jeudi 7 septembre. A peine avais-je écrit cela que L. est venu me remettre une très intelligente critique d'Ulysse, parue en Amérique, dans la Nation, qui pour la première fois, analyse sa signifation et lui donne assurément une plus grande portée que je je lui en avais attribué. Cependant, je persiste à croire qu'il y a du bon et une vérité durable dans les premières impressions, et je ne récuse pas la mienne, quitte à relire certains chapitres. Sans doute la beauté définitive d'une oeuvre écrite échappe-t-elle aux contemporains; mais ils devraient au moins, je trouve, tomber à la renverse; et cela, je ne l'ai pas fait. Il est vrai que je résistais à dessein; et puis aussi que les louanges de Tom m'avaient piquée au vif.


Le mercredi 15 janvier, deux mois avant de mourir elle-même, V.W. écrivait dans son Journal :

(...) Et puis Joyce est mort. Joyce qui était près de quinze jours mon cadet. Je me souviens de Miss Weaver avec ses gants de laine venue déposer le manuscrit dactylographié d'Ulysse sur la table où l'on prenait le thé à Hogarth House. C'était Roger, je pense, qui l'avait envoyée. Allions-noous consacrer notre vie à publier ce livre ? Les pages indécentes paraissaient tellement incongrues : elles avaient des allures de vieille fille, le col boutonné jusqu'en haut. Et le livre, un tissu d'obscénités. J'ai rangé le manuscrit dans le tiroir du secrétaire en marqueterie. Et puis, un jour que Katherine Mansfield était ici, je l'ai ressorti. Elle a commencé à le lire en le tournant en ridicule, lorsque brusquement elle s'est écriée : "Mais il y a quelque chose là-dedans. Une scène qui mériterait de figurer dans les annales de la littérature." Il avait vécu à Londres, mais je ne l'ai jamais rencontré. Et puis je me souviens de Tom s'exclamant dans le salon d'Ottoline à Garsington (le livre avait alors été publié) : "Comment peut-on encore écrire, après avoir réalisé cet immense prodige qu'est le dernier chapitre ?" C'était la première fois à ma connaissance qu'il se montrait enthousiaste, transporté. J'ai acheté le livre recouvert de papier bleu et je l'ai lu ici un été, en éprouvant d'intenses moments d'émerveillement et de découverte, mais aussi, cette fois encore, de longs moments d'un prodigieux ennui. (...)

Il me semble que ces extraits sont intéressants à connaître.

C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   11/2/2009, 11:46

Très intéressant en effet !

Si même Virginia Woolf, qui n'a elle-même pas écrit que des romans passionnants, s'est souvent ennuyée en lisant ULYSSE, on peut comprendre que le lecteur moyen que je suis ne sois pas parvenu à entrer dans ce livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   12/2/2009, 10:37

A propos, saviez-vous que "Les Corps Perdus" de F. Gantheret (lecture collective proposée par Jipi) avait reçu le prix... Ulysse !

Amusant, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   12/2/2009, 11:13

John a écrit:
A propos, saviez-vous que "Les Corps Perdus" de F. Gantheret (lecture collective proposée par Jipi) avait reçu le prix... Ulysse !

Amusant, non ?

Tiens, je ne le savais pas.

Cherchant à me renseigner sur les critères qui permettent d'attribuer ce prix à tel ou tel livre, je trouve ceci : "Héros méditerranéen et universel d’endurance et de connaissance, protagoniste romanesque dont le nom même donna naissance à tant d’odyssées littéraires, de Virgile à Dante et jusqu’à Joyce, pour ne citer que les racines de nos écritures occidentales, Ulysse, cet admirable personnage qui se démultiplia sous mille masques et mille ruses pour sauver son identité et son île tout en s’ouvrant, au risque de sa vie, entre souffrances et plaisirs extrêmes, aux savoirs du ciel, de la terre et des mers, des hommes et des dieux, Ulysse nous prête son nom pour connaître et reconnaître les livres qui s’ouvrent dans le sillage de son navire, portés par le chant des sirènes et les flots de l’écriture.

Jean-Noël Schifano "

Songeant au roman de Gantheret, je reste perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   13/2/2009, 11:15

callinira a écrit:
Il me semble que ceux qui entreprennent aujourd'hui la lecture d'Ulysse seraient grandement aidés par la lecture préalable d'un article que Valéry Larbaud, cotraducteur du roman, donna à la NRF en 1922.

L'article est trop long pour être cité in extenso, mais on en trouve des extraits ici :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C.

J'ai cliqué sur le lien et lu l'article, extrêmement utile en effet pour comprendre la grandeur de ce texte.

Mais, au risque de passer pour quelqu'un qui cherche à tout prix à avoir raison, je ne peux m'empêcher de constater que cet article confirme une de mes thèses initiales : ULYSSE est une oeuvre dont le génie ne peut être perçu que par une petite minorité de gens. Pour apprécier ce livre, il faut en effet en comprendre la structure et les références à l'Odyssée, ce qui implique une connaissance du poème d'Homère qui dépasse nettement celle que j'ai, et pourtant je ne pense pas être un illettré. Cela sera d'autant plus difficile pour les jeunes générations à qui les langues et cultures sont de moins en moins enseignées.

Cet article nous rappelle en outre que le roman de Joyce est et a toujours été une oeuvre très controversée. Je suis donc loin d'être le seul à ne pas considérer ULYSSE comme un chef-d'oeuvre (merci encore à Virginia !)

Mais ceci ne prouve pas que j'ai raison - et ce n'est d'ailleurs pas mon propos.

Acceptons simplement que quand deux opinions différentes sont émises au sujet d'une oeuvre (aussi réputée soit-elle), il n'y a pas nécessairement une des deux opinions qui est bonne et l'autre mauvaise (ou absurde).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   13/2/2009, 11:32

Bon Kurdy, vous le dites vous-même que vous ne cessez de vous répéter !!!:lol:


Merci à Callinira de nous apporter des éléments très intéressants permettant de mieux saisir l'oeuvre et d'avancer.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   13/2/2009, 15:30

Je revendique le droit à la répétition ! C'est une des seules choses que je fais bien. albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'intérêt de l'Ulysse de Joyce...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle antenne intérieure pour avoir la TNT fr+ch ??
» Photo d'architecture intérieure - choix d'objectif canon 10-22
» Essai - Ulysse Nardin Marine Diver
» Ulysse Nardin monopoussoir 175ème Anniversaire
» Photo Intérieur Tourelle T34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: