Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   18/1/2009, 15:15

Cher membre de Passion des Mots,

Suite à la proposition de l'un ou l'autre membre, j'ai décidé de lancer un petit projet : la lecture d'un roman identique par les membres de Passion des Mots qui souhaitent participer au projet. Le but de l'expérience ? Échanger nos points de vue dans Passion des Mots à propos de ce roman. On m'a demandé de proposer un roman pas trop gros, pas trop cher et de qualité.

En plus je tenais à proposer un roman que je n'avais pas encore lu.

Je vous propose donc le roman suivant : LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET (il vient de sortir en collection Folio n° 4811).

Sur quoi me suis-je basé pour faire ce choix ? La qualité de l'écriture (j'ai lu les deux premières pages qui m'ont convaincu) et la thématique très intéressante : « Dans un pays du Maghreb, un journaliste, Andrès, est prisonnier, détenu au fond d'un puits. Dans la montagne, une femme survit dans l'espoir de retrouver son amant détenu dans le même bagne. Andrès parvient à s'évader... »

« Un roman sur l'amour, le mensonge et la trahison... un roman où la beauté de la nature devient la lueur d'espérance ».

Entre parenthèses, un beau cliché noir et blanc sur la couverture (photographie d'Isabel Munoz)...

Projet libre bien entendu. Si je suis le seul le seul à y participer, ce ne sera pas très grave (je réagirai seul !), mais il serait tout de même agréable que l'un ou l'autre membre se joigne à ce projet !

Je propose que les échanges sur ce roman ne commencent que le 18 février 2009 dans le salon LA LITTÉRATURE ET LE LANGAGE, ce qui permettra à chacun de découvrir le roman à son aise.

Je vous souhaite une excellente journée.

Jipi, administrateur de Passion des Mots


PS : Si le projet intéresse plusieurs membres, d'autres membres pourront proposer un livre dans le futur !






_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Jipi le 18/1/2009, 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   18/1/2009, 15:16

TOPIC OUVERT LE 18 FÉVRIER 2009 : BONNE LECTURE...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   24/1/2009, 21:24

Début du roman lu par l'auteur... sa photo et sa voix :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« Depuis quelque temps, il ne dormait plus. Les yeux grand ouverts dans le noir, il guettait. C'était ainsi chaque matin. Il n'avait qu'une très vague idée de ce que cela signifie : le matin, ce n'était pour lui que cet affût, cette attente, assis dos à la paroi, jambes repliées, ses bras entourant ses genoux et les ramenant serrés sur sa poitrine, pour laisser le moins d'accès possible au froid qui se faisait plus vif à cette heure-là, et la tête renversée en arrière, les yeux fixés sur le couvercle que rien ne permettait encore de distinguer. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   18/2/2009, 14:24

Voilà : je viens d'ouvrir le sujet consacré à ce roman.

Deux précisions :

1) Pour des raisons de commodité, je vous propose, en vue de parler du roman, d'utiliser deux termes bien connus des linguistes : LA FICTION et la NARRATION. Ceci permettra d'éviter des confusions.

LA FICTION : L'HISTOIRE, LES ÉVÉNEMENTS.

LA NARRATION : LA MANIÈRE DE RACONTER L'HISTOIRE = LE STYLE, L'ÉCRITURE DU ROMANCIER.

2) Je pense qu'il serait utile de parler de ces deux aspects (ne pas privilégier la fiction au détriment de la narration et vice-versa !).

3) Enfin je vous propose dans un premier temps de parler (même superficiellement) des divers aspects qui vous ont plu et moins plu dans ce roman (sur le plan de la fiction et/ou de la narration).

4) Plus tard nous pourrons aborder plus en profondeur des aspects réellement intéressants du roman sur le plan de la fiction et/ou de la narration.

5) Enfin le but est d'avancer tous ensemble dans la recherche commune à propos de ce roman. Soyons constructifs...

6) Merci encore à ceux et celles qui ont accepté de participer à cet échange et surtout de lire ce roman que je vous avais proposé ! Il est toujours possible de se joindre à la réflexion plus tard bien entendu si vous commencez la lecture du roman dans une semaine !!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   19/2/2009, 08:26

Bonjour, Jipi.

Je trouve tout cela un peu scolaire, trop directif. Ne faudrait-il pas à cet échange un peu plus de souplesse ? Chacun de ceux qui ont lu ce livre ne pourrait-il exposer tout simplement et dans les termes qui lui conviennent, ce par quoi il a été séduit (ou déçu) ? L’enchaînement des interventions créerait la forme.
Je trouve aussi un peu artificielle (ici, du moins) la distinction fiction/narration dans la mesure où, si le roman est réussi, elles devraient s’épouser l’une l’autre et évoluer de concert. Il sera toujours possible par la suite d’isoler tel ou tel élément en fonction de la sensibilité ou des réactions de chacun.
Une discussion à bâtons rompus aurait le mérite d’éviter les propos creux que l’on pense devoir glisser dans le carcan de limites préalablement définies.
Enfin c’est ce que je crois…
C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   19/2/2009, 10:54

Pas de problème Callinira ! Vous faites ce que vous voulez ! Ce ne sont que des idées pour aider à lancer le débat.

Tu as lu le roman ? Commence alors !!!

Pas trop envie de commencer moi-même... sauf si je suis seul ! Mais je n'aime pas parler à moi-même (enfin... pas encore !!!).

PS : Tu écris : « Chacun de ceux qui ont lu ce livre ne pourrait-il exposer tout simplement et dans les termes qui lui conviennent, ce par quoi il a été séduit (ou déçu) ? »

J'écris :

« Je vous propose dans un premier temps de parler (même superficiellement) des divers aspects qui vous ont plu et moins plu dans ce roman (sur le plan de la fiction et/ou de la narration). »

Pas la même chose ?!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   19/2/2009, 12:06

Jipi a écrit:

PS : Tu écris : « Chacun de ceux qui ont lu ce livre ne pourrait-il exposer tout simplement et dans les termes qui lui conviennent, ce par quoi il a été séduit (ou déçu) ? »

J'écris :

« Je vous propose dans un premier temps de parler (même superficiellement) des divers aspects qui vous ont plu et moins plu dans ce roman (sur le plan de la fiction et/ou de la narration). »

Pas la même chose ?!

Si (et je m'en suis parfaitement aperçue en rédigeant ), mais cela, isolément. C'est le sens général du message qu'il faut considérer. Smile

Il m'est indifférent de commencer. Seulement aujourd'hui cela me sera difficile, demain, impossible. Durant le week-end, oui. A bientôt donc.

C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   19/2/2009, 12:11

Merci Callinira !

Génial : je suis content, car tu l'as lu aussi !!! Suspense donc !!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2370
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   19/2/2009, 15:30

J'ai voulu lancé la première salve le 18 à 00h01 mais le topic était toujours verrouillé, un vrai scandale !

(Je rigole, bien sûr…)

D'abord je voudrais dire que j'ai aimé lire ce livre, et pour moi c'est et ce sera toujours la première qualité d'un roman : donner un plaisir de lecture à un lecteur.

Un chef-d'oeuvre? Pas à ce point-là. Mais un très bon livre, ça oui.

Le roman commence très fort, je trouve, avec cette situation apparemment sans issue d'une homme emprisonné au fond d'un puit. Difficile de ne pas être pris aux tripes par ces premières pages qui nous renvoient à des angoisses profondes : de telles prisons ont-elles existé? (oui, on le sait même si on ne veut pas le savoir.) Existent-elles encore? (Fort probable, hélas.) Question plus angoissante encore : que ferais-je, moi, dans une pareille situation où aucun espoir ne semble permis?
Et puis, au second degré: quel est mon puit, quelles sont mes prisons?

Ces premières pages, terriblement efficaces, créent une tension qui ne disparaît jamais totalement dans les pages qui suivent. Le puits et surtout la peur d'y retourner m'ont accompagné jusqu'à la dernière page. Est-ce cela qui m'a fait lire ce roman presque d'une seule traite? En tout cas j'avais vraiment du mal à m'arrêter.

La trame politique du récit, mis à part la très improbable évasion, tient la route et renvoie à des réalités plus ou moins proches et connues. "Dans un pays du Maghreb", dit la jaquette... moi je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Maroc du temps d'Hassan II, ou à la Tunisie.

Mais on comprend très vite que le propos de Gantheret n'est pas uniquement de dénoncer des atteintes aux droits de l'homme. Il y a aussi et surtout l'histoire de cette femme prête à tout (littéralement!) pour libérer l'homme qu'elle aime, qui s'avère ne pas être celui qu'elle croyait. Et, en miroir, l'histoire de ce prisonnier que sa propre femme a bien vite oublié. Amour, trahison… mais je laisse le soin à quelqu'un d'autre d'aborder cet aspect, pour ne pas être trop long.

Il y a aussi des choses à dire sur l'écriture, bien sûr, mais j'y reviendrai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   20/2/2009, 16:24

Pendant quelques pages, je me suis demandé si Jipi nous avait embarqué dans un thriller psychologique à la Jean-Christophe Grangé. Seul un psychopate, me disais-je, pouvait avoir placé un homme dans un tel piège. J'ai donc presque été soulagé - façon de parler ! - en comprenant que ce pauvre bougre n'était en fait qu'une des innombrables victimes de ces régimes dictatoriaux qui pullulent encore dans notre 21ème siècle. Psychopates et dictateurs, même combat.

Voilà pour mes toutes premières impressions. Ensuite, j'ai lu le reste du livre avec un certain plaisir. Une écriture sans fioritures, des phrases courtes et lègères, osant même parfois le style télégraphique. Très à la mode comme façon d'écrire, un peu facile diront certains, mais moi j'aime bien.

La seule chose que j'ai trouvé un peu "cliché", c'est l'inévitable relation amoureuse entre les deux protagonistes, même si les scènes de lit sont fort joliment écrites.
Enfin, on est content pour eux, c'est pas ça, mais n'y avait-il pas mieux à tirer de toute cette histoire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   20/2/2009, 18:57

Je n'ai pas lu les messages qui précèdent afin de ne pas me laisser influencer, mais je les lirai avec plaisir après dépôt de mon texte.

J’avais vu la superbe couverture en Folio, puis j’ai lu la première page, puis je me suis dit que cela semblait tellement beau…

Je ne me suis pas trompé. Mes premières impressions sont liées au bonheur d’avoir découvert un grand roman qui m’a fortement touché à la fois par sa narration et sa fiction.

Je rappelle la situation de départ : un journaliste est prisonnier au fond d’un puits. Un camp de prisonnier en plein désert dans le Maghreb. L’auteur ne situe pas le pays, volontairement sans doute afin de donner une vocation un peu universelle à son récit. Personnellement je pense surtout à l’Algérie où de nombreux intellectuels disparaissent chaque année (professeurs, journalistes, avocats, etc.). Sans grande importance d’ailleurs, car les camps de torture et d’emprisonnement existent dans de nombreux pays du monde.

Revenons à Andrès, ce journaliste au fond du puits. À l’extérieur, dans un paysage aride de montagnes, l’on découvre Tamia, amoureuse d’un homme enfermé lui aussi dans ce même camp. Désir du journaliste de quitter ce trou pour atteindre l’extérieur et peut-être celle qu’il a aimée. Volonté de Tamia de libérer son amant retenu dans le même camp : désir effréné. J’ai apprécié ces tensions des deux personnages évoqués parallèlement dans des univers différents. Évocation pleine de force et d’émotion. Tension perceptible aussi dans le superbe langage qui traverse ce roman. On en reparlera plus tard.

Andrès sortira du trou et rencontrera Tamia. Nouveau couple de ce roman en quête d’une vérité profonde… Beauté de cette rencontre, de leur désir d’atteindre une forme de vérité, de s’ épauler à travers leur démarche commune. Je n’en dirai pas plus pour le moment sur la fiction de ce roman et ce afin de ne pas vous ôter le plaisir de le découvrir.

Quels sont encore les aspects qui m’ont touché ? Une langue très belle, traversée par l’éclat de la poésie. Les thèmes récurrents du double comme un effet de miroir perpétuel. L’aridité à la fois sobre et pure des sentiments des protagonistes. Le thème de la quête et particulièrement de la découverte de soi-même par l’autre. Les thèmes de la trahison à la fin du roman. Des phrases sublimes que j’ai parfois souligner (je vous en ferai découvrir plus tard). Le thème de la nature qui constitue parfois un réel personnage du roman. Ce roman m’a envoûté, car, à travers sa sobriété, il atteint une forme de grandeur.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   21/2/2009, 12:47

Les corps perdus. Le titre est négatif, le roman pessimiste.
Dès l’abord, et ce jusqu’aux dernières lignes, le cercle est le thème qui s’impose. Des couvercles qui ouvrent le roman aux « cercles parfaits » des cigognes en passant par les bracelets ou anneaux également très symboliques, le cercle est un thème récurrent.
Deux vies ou plus précisément deux cycles de vie, proches et qui se croiseront. Lui au fond d’un puits dont il ne peut sortir et dont l’orifice est fermé. Elle dans une grotte dont l’accès est libre. Il est prisonnier, elle ne l’est pas. Mais tous les deux se rejoindront durant un temps assez bref parce qu’ils ont en commun le désir de comprendre, de savoir le pourquoi de ce qu’ils vivent. Tous deux mèneront l’enquête –quête de la vérité- puis, en possession des réponses, feront leur choix de vie. Tous deux, revenant au point de départ, fermeront le cercle. Au point de départ ? Oui et non, car ils reviennent riches de ce qu’ils ont appris. A présent, ils savent. Lui a perdu. Elle, non. Tous deux doivent vivre désormais avec ce qu’ils ont appris. Lui renonce, il se laisse prendre. Elle fait un choix de vie proche des origines et dans lequel l’amitié vaut mieux que l’amour.
Dans ces vies qui ne devaient pas se rejoindre, un coup de pouce du Destin : la corde. Sans elle, il n’y avait pas d’histoire et c’est une chance qui leur est donnée pour enfin savoir et choisir leur vie.
L’amour, dans ce roman, n’est pas « un sentiment honorable » pour reprendre une expression de Sido, mère de Colette. Il aliène. Elle, tuera froidement et sans remords pour arriver à ses fins. Lui, se laissera dominer par la souffrance.
Tous deux découvriront la force et les ravages du mensonge et de la trahison. Ils réagiront de façon différente. Lui ne profitera pas de l’enseignement qui lui est donné, elle si. Il retournera au puits, elle à la grotte, la matrice des origines, des (re)commencements.
L’histoire commence dans le noir, elle se termine « dans la lueur dansante de la lampe » La jeune rejoint la vieille, la jeunesse se lie à l’âge mûr (le bracelet) dans l’amitié et le déroulement normal des cycles de vie. « Les paumes vers le haut » elle offre. Elles s’élèvent et abandonnent en bas, dans la plaine, la haine, la félonie, le mensonge.

Un autre roman de François Gantheret, Petite route du Tholonet, use d’un procédé proche, l’enquête/la quête. La recherche d’une femme perdue amène le narrateur à découvrir le peintre Cézanne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2370
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   21/2/2009, 14:30

Quelle belle analyse, Callinira ! Je la partage en grande partie mais je n'aurais pas été capable de l'exprimer aussi bien.

Et comment interprètes-tu le titre ? Moi je comprends que les corps perdus, ce sont ceux d'Andres et Tamia, "perdus pour l'amour" puisqu'à un moment du récit il devient clair que l'un comme l'autre, à cause des trahisons subies, n'est plus capable d'entrer dans une véritable relation amoureuse, suite à quoi chacun d'eux prendra une voie différente, comme tu l'expliques très bien.

Mais il y a sans doutes d'autres interprétations possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   21/2/2009, 17:35

John a écrit:
Quelle belle analyse, Callinira ! Je la partage en grande partie mais je n'aurais pas été capable de l'exprimer aussi bien.

Et comment interprètes-tu le titre ? Moi je comprends que les corps perdus, ce sont ceux d'Andres et Tamia, "perdus pour l'amour" puisqu'à un moment du récit il devient clair que l'un comme l'autre, à cause des trahisons subies, n'est plus capable d'entrer dans une véritable relation amoureuse, suite à quoi chacun d'eux prendra une voie différente, comme tu l'expliques très bien.

Mais il y a sans doutes d'autres interprétations possibles.

J’avoue que ce titre m’a posé problème. J’ai pensé aussi aux deux personnages principaux, mais je me demande s’il ne faut pas élargir encore l’interprétation. Les corps, ce sont ceux des prisonniers. Il faut sans doute comprendre « les hommes ». Mais on ne peut plus donner le nom d’homme, d’être humain, à ces hommes décervelés, incapables de retrouver désormais ce qu’il est convenu d’appeler une vie, pour lesquels le futur est inimaginable et dont la vie de l’esprit ne peut plus guère autre chose que ressasser le passé. Ainsi Andrès, sur la plage, qui s’obstine à rechercher une femme devenue inaccessible et qu’il n’aime plus. Ce qu’il souhaite confusément, n’est-ce pas de se faire reprendre, incapable désormais de vivre ? Ils sont perdus pour le présent et l’avenir, tous ceux qui, comme lui, meurent doucement au fond des puits.
Cela, alors, ne concernerait que les prisonniers. Tamia, elle, peut encore choisir, décider, donc vivre. Elle n’est pas un corps perdu.

C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   21/2/2009, 20:05

Un tout grand merci John, Kurdy et Callinira pour ces premières impressions ayant chacune leur charme !

Très belle analyse de Callinira en effet ! Je n'avais pas pensé au thème du cercle effectivement présent.

Autres idées pour le titre :

1) Au risque de perdre son corps... corps perdu pour celui ou celle que l'on ne rejoint plus, car il a disparu.

OU

2) Corps offert à l'autre, (pour une jouissance effrénée afin de combler un certain vide) par chaque protagoniste ?

Bref titre pluriel comme le dirait Roland Barthes : titre aux multiples interprétations.

D'autres premières impressions vont peut-être surgir...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2370
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   22/2/2009, 13:51

callinira a écrit:
Cela, alors, ne concernerait que les prisonniers. Tamia, elle, peut encore choisir, décider, donc vivre. Elle n’est pas un corps perdu.

Je pense que Tamia est elle aussi "perdue" pour la relation amoureuse (y compris physique) avec un homme, à cause de l'expérience qu'elle a vécue. Elle non plus, lors de leur dernière étreinte, ne parvient pas à retrouver l'autre ni à se trouver elle-même. Et son choix final, même s'il est moins auto-destructeur que celui d'Andrès, n'en est pas moins une fuite.

Ce village abandonné où elle décide d'aller vivre (finir sa vie?) avec une vieille femme dont la vie est décrite comme une longue attente, n'est-il pas en quelque sorte une variante du puits, un puits moins oppressant certes puisque l'attente se fait dans la lumière et non dans le noir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   23/2/2009, 09:14

Citation :

Je pense que Tamia est elle aussi "perdue" pour la relation amoureuse (y compris physique) avec un homme, à cause de l'expérience qu'elle a vécue. Elle non plus, lors de leur dernière étreinte, ne parvient pas à retrouver l'autre ni à se trouver elle-même. Et son choix final, même s'il est moins auto-destructeur que celui d'Andrès, n'en est pas moins une fuite.

Cela, nous n'en savons rien et rien ne nous invite à le penser. De plus, ce serait restreindre terriblement la portée du livre que de le limiter à un échange amoureux, que de donner à cet échange une place essentielle dans l'histoire. Or c'est le rôle du titre d'orienter vers l'essentiel.

Citation :
Ce village abandonné où elle décide d'aller vivre (finir sa vie?) avec une vieille femme dont la vie est décrite comme une longue attente, n'est-il pas en quelque sorte une variante du puits, un puits moins oppressant certes puisque l'attente se fait dans la lumière et non dans le noir ?

Non, c'est vraiment, ici, l'inverse du puits. Je vois même ce que tu appelles "attente" comme une renaissance. Ces dernières lignes sont les seules positives du roman, du moins c'est ainsi que je les ai lues. Chaque détail me conforte dans cette pensée.

On pourrait même aller plus loin en comparant le cheminement de ce roman à un passage initiatique. Dans de nombreuses cérémonies d'initiation, il y a un passage obligé par la caverne ou la fosse. Les initiés sont enchaînés et doivent parvenir à s'en échapper pour trouver la lumière.

Il n'y a pas de résignation dans le choix que fait Tamia d'aller vivre en haut. Il y a au contraire beaucoup d'espoir, il suffit pour s'en persuader de relire les dernières lignes. La lampe a un symbole fort et positif.

C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2370
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   23/2/2009, 13:13

Tu as peut-être raison, je ne fais que des hypothèses.

Mais c'est précisement ce dernier chapitre qui m'a amené à voir un certain parallélisme (mais inversé) entre le puits et le village abandonné.

"En cercles parfaits tracés très lentement, les cigognes planent au-dessus du village. Le vieux réservoir d'eau, perché sur ses longues jambes rouillées, se détache sur le ciel encore clair au couchant, que blesse une fine bande de nuages. Une lente alchimie ne cesse de transformer doucement la montagne, de l'acheminer vers la nuit. (...)"

Je vois dans ces lignes la description d'un puits à ciel ouvert dont le couvercle est en train de se refermer, le réservoir d'eau rouillé faisant écho à celui d'Andrès dans le puits.

Un peu plus loin :

"Elle monte, d'un pas régulier, à travers le chaos de roches et les paliers doux d'herbe rase. L'air fraîchit et s'allège, par plages de plus en plus fréquentes à mesure qu'elle s'élève dans la montagne. L'ombre a gagné tout ce versant, elle ne peut voir les ruines du hameau, mais une fine colonne de fumée monte très droit dans le ciel au-dessus de la crête. Et alors qu'elle s'approche, par trois fois comme une plainte ou un appel, l'ânesse la salue."

Je ne peux pas m'empêcher de voir dans cette colonne de fumée une évocation de la corde, et dans les trois saluts de l'âne, les 3 bidons d'Andrès au fond du puits.

Toute la portée de ce roman est peut-être là, dans cette comparaison entre deux univers que tout semble opposer. Peut-être l'auteur a-t-il voulu suggérer que nous vivons tous dans une sorte de puits, avec nos besoins basiques identiques, les 3 bidons (eau, nourriture, excréments), avec un couvercle qui s'ouvre et se ferme, couvercle derrière lequel se trouve la lumière (nombreuses interprétation possibles), et une corde (pour Tamia, la corde est la vieille femme, d'où la colonne de fumée au-dessus de sa maison.)

Mais je vais peut-être chercher trop loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
callinira
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 265
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   25/2/2009, 07:53

John a écrit:


Je ne peux pas m'empêcher de voir dans cette colonne de fumée une évocation de la corde, et dans les trois saluts de l'âne, les 3 bidons d'Andrès au fond du puits.

Toute la portée de ce roman est peut-être là, dans cette comparaison entre deux univers que tout semble opposer. Peut-être l'auteur a-t-il voulu suggérer que nous vivons tous dans une sorte de puits, avec nos besoins basiques identiques, les 3 bidons (eau, nourriture, excréments), avec un couvercle qui s'ouvre et se ferme, couvercle derrière lequel se trouve la lumière (nombreuses interprétation possibles), et une corde (pour Tamia, la corde est la vieille femme, d'où la colonne de fumée au-dessus de sa maison.)

Mais je vais peut-être chercher trop loin...

Non, là vraiment je ne te suis pas. D'abord la fumée monte et la corde descend, mais surtout la fumée, c'est le foyer et le foyer est le centre de vie. Son symbole est très fort et très positif.

Quant au rapprochement corde/vieille femme, alors là je ne suis plus du tout. Cette femme, c'est la sagesse. Elle a compris depuis longtemps ce que Tamia comprends peu à peu. La vieille attendait le retour de Tamia, c'est d'ailleurs pourquoi elle lui a remis le bracelet qui lui est un symbole au sens étymologique de ce mot.


c;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5890
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   25/2/2009, 10:42

Je rejoins ton analyse Callinira pour ce retour au départ, comme une boucle bouclée et un retour vers la sagesse...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2370
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   25/2/2009, 23:09

callinira a écrit:

Quant au rapprochement corde/vieille femme, alors là je ne suis plus du tout. Cette femme, c'est la sagesse. Elle a compris depuis longtemps ce que Tamia comprends peu à peu. La vieille attendait le retour de Tamia, c'est d'ailleurs pourquoi elle lui a remis le bracelet qui lui est un symbole au sens étymologique de ce mot.
c;

Ce n'est pas nécessairement contradictoire avec mon interprétation. La corde représente la chance de sortir du puits, donc c'est un élément positif. La vieille femme, ou la sagesse, est la corde de Tamia. Où est le problème?

Mais ce n'est qu'une piste que j'explore, je ne cherche à convaincre personne. Je vais relire le livre pour voir si tout cela tient vraiment la route et si ce n'est pas le cas, eh bien je me consolerai en me disant que j'ai fait travailler mes neurones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 979
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   28/2/2009, 00:08

Alors que la date proposée par Jipi était encore relativement lointaine, j'avais lu ce livre en 3 jours vers fin janvier...
Je me suis rendu compte en lisant ces premiers commentaires, que j'aurais sans doute du faire une seconde lecture...
J'ai aimé l'écriture : fluide, légère, précise, sobre, rythmée comme une musique, mais avec dans le ton, je crois, une certaine gravité (et à cela je suis en général assez sensible et ému)...
L'histoire par elle même, dans l'ensemble, ne m'a pas passionné outre mesure... Mais sans doute le passage de la corde oubliée dans le puits, et ensuite la sortie du puits, les premiers moments de liberté d'Andrès dans l'incertitude et les dangers immédiats... C'est cela qui m'a surtout impressionné et vraiment intéressé.
Le mensonge et la trahison, dans la beauté de ces paysages du Maghreb, m'ont semblé prendre une dimension naturelle, familière, et comme "coulant de source" : en ce sens le comportement de Tamia qui au départ pensait à son amant prisonnier comme Andrès au fond d'un puits, et ensuite part avec Andrès, ne m'a pas choqué...
Il y a, à mon sens, une dimension naturelle dans ce roman, une dimension naturelle que j'ai retrouvée d'ailleurs à travers l'écriture de l'auteur, et aussi à travers ces descriptions sobres mais précises de paysages Africains...
Je n'ai pas trouvé que le roman était un roman "noir" : au contraire c'est la vie et l'espérance qui dominent, avec cette volonté toute humaine et toute naturelle, sans grands et inutiles raisonnements, d'user et de prendre parti de ce qui se présente... Et quoi qui puisse arriver, quoi qu'il arrive effectivement, il y a toujours comme une corde pour se raccrocher, un bidon avec de l'eau dedans, une plage, un port, une ville, des gens, quelque part... Un rêve, un souvenir, une attente... Et jamais ce néant, ce vide, ce noir absolu et définitif qui ne peut exister en réalité que parce que l'on l'imagine : on ne sait pas la mort, on l'imagine.
La mort que l'on voit c'est celle des autres quand ils sont immobiles et ne respirent plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2370
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   28/2/2009, 13:07

Après une seconde lecture, je trouve comme Yugcib que l'impression générale qui se dégage de ce roman, malgré les terribles réalités qu'il évoque, n'est pas si noire que ça.

Même la fin tragique d'Andrès apparaît plus comme une délivrance que comme une défaite. Un délivrance qu'il ne subit pas complètement mais dont il devient en quelques sortes acteur en reconnaissant "l'ampoule de Guernica" et en riant, par deux fois. Au cinéma, la scène serait insoutenable, mais l'écriture de Gantheret la hisse à un autre niveau.

Reste ce titre "les corps perdus", dont Callinira a donné une interprétation tout à fait plausible, mais que je trouve quand même étonnamment négatif par rapport à la philosophie de ce roman. Et pourquoi sont-ce les "corps" qui sont perdus? Faut-il comprendre que les "âmes" ne le sont pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 979
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   28/2/2009, 18:40

... Le titre "Les corps perdus" m'a un peu gêné, je l'avoue... Et cela même avant que je n'aie commencé la lecture...
Je ne conçois pas que des corps humains soient "perdus", perdus comme des âmes "damnées" ou "anonymes"...
Pour moi, il n'y a jamais de "damnation" ni d'oubli ni d'inexistence ni d'anonymat...
Un corps humain, de femme ou d'homme ou d'enfant ou de vieillard... Nu, habillé, souffrant ou en bonne santé, tel qu'il est, de la naissance à la mort, c'est à dire vivant, avec son odeur, sa respiration, et tout ce qu'il contient (organes, tissus, chair, muscles) a, dans mon esprit, une existence qui ne peut être ni reniée, ni niée... Même disparu, retourné à la poussière, il ne peut plus jamais, après avoir été, "ne pas avoir été"... Et il a effectivement été, une seule et unique fois, dans toute l'éternité...
Un corps humain, et de même un corps de bête, ça n'a rien à voir avec le jugement ou la morale, avec le bien et le mal, l'inutilité ou l'utilité, avec qui serait "absurde" ou "justifié"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   2/3/2009, 17:25

John a écrit:
Toute la portée de ce roman est peut-être là, dans cette comparaison entre deux univers que tout semble opposer.

Bien vu, John ! Le puits et le village dans la montagne sont les deux lieux extrêmes de ce roman et pourtant Gantheret s'ingénie à placer dans cette montagne des éléments symboliques qui rappellent le puits.

Sachant que ce livre a été écrit par un psychanaliste, je refuse de croire qu'il s'agit d'une coïncidence. Mais je n'irais pas jusqu'à affirmer que "toute la portée" du roman réside dans cette comparaison. J'y vois pour ma part une simple volonté de nuance de l'auteur qui n'a pas voulu verser dans le cliché blanc/noir, l'opposition pur et simple qui se présente au premier regard (ou à la première lecture).

@Jipi: vous nous avez promis plus haut de revenir sur certains aspects, et notamment quelques phrases que vous avez trouvées superbes... j'attends avec impatience et intérêt ! Dès que j'aurai le temps, je vous livrerai moi aussi mes passages préférés (ce sont peut-être les mêmes, qui sait?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES CORPS PERDUS DE FRANÇOIS GAUTHERET : lecture collective
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Armée Française 39-40 vue par LD (1er Partie)
» LASTMAN, manga français, en lecture ligne...
» SONNETS de William Shakespeare
» Série Uglies de S. Westerfeld
» [SOFT] [HD2] HTC Manila eReader 1.0.20113925.00 - Standalone Edition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: