Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un traîneau dans le ciel...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Un traîneau dans le ciel...   10/1/2009, 09:38

Déjà, quand j'étais petit, le père Noël, j'y croyais pas beaucoup...
Alors maintenant, à 61 balais depuis hier le 9 janvier de l'an de grâce 2009, j'y crois encore moins...
Et même parfois j'ai bien envie de lui foutre un coup de pied au cul, au père Noël! Avec son traîneau et ses putains de joujoux à la con, ses rennes tirant le traîneau dans le ciel et arborant des bois démesurés... Il m'agace.
Par contre l'espérance que j'ai d'un possible “ailleurs”... Ou de quelque hasardeux passage dans un détroit entre deux mondes où affleurent des récifs, demeure aussi déraisonnable que démesurée... Car ce sont des visages que je vois, en naufragé de l'espace prisonnier dans une petite coque de survie, et le naufrage ne me semble pas être la fin de mon voyage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5894
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Un traîneau dans le ciel...   10/1/2009, 21:13

Avec retard d'un jour je te souhaite un très heureux anniversaire chez Yugcib... Mais non ! Tu es toujours jeune !!!

bravo bravo :lol: :lol: bounce bounce cheers cheers balançoire balançoire

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Un traîneau dans le ciel...   11/1/2009, 08:32

... Je fais ici une "confidence"... Si j'ose...
J'ai plus peur de la vieillesse que de la mort... Quoique la mort... M'effraie vraiment parce qu'elle "m'impose" définitivement l'ignorance de "ce qui va se passer" (et donc de ce qui va être découvert, de ce qui va changer la vie des humains, des "grands esprits", des poètes, des artistes, des philosophes, des écrivains qui seront ceux de demain)... Et vraiment, "ça m'emmerde" de devoir quitter tout cela, parce que c'est très intéressant, très émouvant parfois : c'est un peu comme quand on quitte des amis, une terre où l'on a vécu, une table autour de laquelle on a bu, chanté, parlé, avec des gens...
Tant pis pour les "mauvais moments", pour tout ce que l'on a subi et contre lequel on s'est révolté ou débattu (si c'était à revivre tel quel depuis la naissance, et ayant la connaissance et même le ressenti de ce tout ce qui fut... Je "sauterais à pieds joints dans la copie conforme" de cette vie que j'ai vécue)...
Mais la vieillesse... C'est "autre chose"... Cette "réduction" de nos facultés physiques et intellectuelles, et plus dramatique encore, ce "désémerveillement" qui vient parfois des choses de la vie, des êtres... Ces rêves qui se "décolorent", cette espèce de certitude tragique que "les jeux sont faits", cette "calamine" qui enduit nos plus belles espérances, et pour finir... Peut-être un "pieu à caca", la déchéance, "faire sur soi", ces filles et ces femmes très belles dans leurs si jolis et si élégants atours, avec ces "soubresauts" d'orgasmes comme la dernière respiration saccadée d'une souris se noyant au fond d'un seau... ça oui, ça me fait peur... Est-ce de l'orgueil? De l'orgueil parce que, quand je me regarde dans une glace il me viendrait un frisson à la pensée d'une femme se jetant sur mon visage et donc dans mon âme pour autant que mon âme ait une peau?... Je ne sais... Oui, c'est peut-être de l'orgueil...
Ma mère qui était une femme très belle (non seulement dans son apparence - et quelle apparence!- mais aussi à l'intérieur d'elle même)... Mon père qui, au dire de ma mère "était beau comme un Dieu" (autant de la tête aux pieds que de tout son esprit et de toute son intelligence)... Sont tous deux morts à 60 ans la même année, en 1984..
Ils n'auront donc pas connu cette vieillesse... dont ils avaient l'un et l'autre, affreusement peur...
Et leur fils, leur unique enfant, a aujourd'hui 61 ans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
mireille.j
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 60
Localisation : belgique
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Un traîneau dans le ciel...   11/1/2009, 14:45

Je vous souhaite un BON ANNIVERSAIRE Yugcib,
et j’espère que vous pourrez encore nous faire lire pour de longues années.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
flower :rose: sunny :rose: bravo

Sérieusement parlé, j’aime beaucoup votre façon d’écrire...

Vieillir ne me fait pas trop peur, tant que je peux me débrouiller moi-même, de toute façon, on commence à vieillir dès la naissance.
Hier, chez des amis, je donnais le biberon à leur petite fille de deux mois et en l’observant, c’est flagrant comme ce petit visage avait déjà changé en si peu de temps.

L’inconnue du dernier voyage est au moins la même justice pour tous, ce n’est pas comme la naissance, nous ne sommes pas tous égaux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maxdelik.be
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Un traîneau dans le ciel...   11/1/2009, 20:42

... Toute ma vie durant depuis le mardi 3 juin 1980, jour de la naissance de mon fils... Je n'oublierais jamais le regard qu'il levait vers moi, ce bébé, ce tout petit bébé humain à peine né : c'était déjà un regard "adulte", le regard d'un être qui déjà, "savait à quoi s'en tenir" à mon sujet... Un regard drôle, profond, un peu "accusateur", comme le regard d'un père, presque de Dieu (dans l'idée que ce Dieu "vous connaissait comme l'intérieur de sa poche" s'il était une personne humaine)... Et c'était très impressionnant! j'étais figé, mis à nu, et tout seul, en face de moi même...

Merci, chère Mireille, pour ce très joli bouquet!

J'ai connu, en Algérie, à Blida, dans l'HLM où j'habitais avec mes parents de 1959 à 1962, alors que j'étais un garçon âgé de 12 à 14 ans, une autre Mireille, née le 9 mars 1949, donc de mon âge... Elle était, cette Mireille, ma "grande copine"... Nous étions ensemble de tous jeux et de toutes discussions et de toutes sorties avec mes parents, ses parents et d'autres amis de l'époque... Elle était comme une soeur jumelle, nous nous disions tout, et c'était très émouvant... Elle m'a "ouvert les yeux" sur la réalité du monde, et j'ai eu beaucoup de chagrin, le 22 mai 1962 sur le quai du port de Marseille lorsque nous nous sommes quittés...
L'Algérie, c'était un "monde"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
mireille.j
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 60
Localisation : belgique
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Un traîneau dans le ciel...   11/1/2009, 23:40

D’abord je me pose la question si on dit pas plutôt « Bonne anniversaire » au lieu de « Bon »
Enfin ce n’est pas si grâve, c’est du language Mireille. Vous devez commencer à me connaître un peu… scratch Smile

Oui Yugcib les souvenirs de nôtre tendre jeunesse, ne nous rajeunit pas.
Le plus important, c’est de rester jeunes dans la tête, toutes en restant humaine et conscientes.
J’ai voyagé un peu en Algérie, lors de nôtre voyage au Magrheb en 1979.
C’est un très beau pays.

Je me rappelle, quand Max était à l'hopital, mon tous petit-neveu, qui n’était pas encore à l’âge de marcher et de parler, me donnait une gentille caresse sur ma joue, en me voyant avec des larmes aux yeux en sortant de la visite. Ce tendre petit geste positif, pour me consoler, de la part d’un si petit bout de chou, qui malgré son très jeune âge comprenait déjà ce qui signifiait le chagrin des adultes. Pourtant il n’a pas vue souffrir son grand oncle Max, durant son hospitalisation.
D’autres enfants me posent des questions, si j’ai un mari, et autres curiosités sur ce sujet. Et je leurs expliquent, toutes en leurs racontant des souvenirs joyeux dont leur jeune âge peut comprendre. Parlent de ses peintures et dessins, il me regarde avec des yeux tous ronds plein de curiosités. Ils ou elles me font rigoler avec leur raisonnement bien conscient et étonnant pour leurs âges.
Là, on remarque que nous, on est déjà dans des souvenirs dont certains sont déjà lointains.
Quand on voit nos photos de nos vingt ans avec une peau encore bien fraîche, on voit qu’on a vieilli toutes en ne se rendent pas compte. Personnellement je me suis jamais tracassé de mon âge qui avance.
Nos marques, sur le visage, est le paysage de notre vécu, toutes en se disant qu’on à de la chance d’être déjà arrivé jusque-là, ce que certaines dès fois très jeunes ont déjà quitté la vie et n’ont pas pu goûter à ses grands plaisirs et richesses, même si cette vie nous fait souffrir également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maxdelik.be
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Un traîneau dans le ciel   12/1/2009, 08:28

Dites-moi, tous les deux qui vous épanchez dans la plus délicieuse mélancolie, ne vous êtes-vous jamais dit qu'être vieux ou vieille c'est avant tout regarder d'avantage derrière que devant ?

Trouvez-vous un projet, solide, ambitieux, difficile et vous aurez vingt ans !


D'autre part et pour être un peu plus encore empêcheur de pleurer en rond, il me semble que le mystère indicible de notre disparition, ce néant de la mort qui hante les esprits depuis les origines est une préoccupation autrement plus exaltante, angoissante, passionnante, que le question de savoir qui nous torchera, où et comment, quand nous serons devenus dépendants si nous le devenons ce qui est loin d'être le cas général.


Bref pour 2009 je vous souhaite un peu de hauteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 983
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Un traîneau dans le ciel...   12/1/2009, 15:21

... Quel est très précisément et dans votre vie actuelle, Jean Pierre, votre projet solide, ambitieux et difficile?
Se demande-t-on vraiment si ce qui viendra, existera et évoluera... N' a pas ces racines profondes et lointaines dans le sol, comme l'arbre qui, par sa force entretenue et par sa jeunesse renouvelée, jette de nouvelles branches vers le ciel?
Et comment ce “big bang” dont on dit qu'il est le commencement de l'univers, aurait-il pu se produire?
Je crois qu'un projet solide, ambitieux et difficile, a des racines profondes et lointaines dans l'environnement dont il est issu, des racines qui vont puiser très loin ce dont le projet va se nourrir... Mais que dans ce projet entrent aussi des vues qui s'étendent loin vers l'avenir, et qu'une force, un dynamisme, une énergie à toute épreuve et une détermination sans bornes peuvent soulever ce projet et le faire aboutir...
Ne s'attarde que peu, celui ou celle d'entre nous qui porte un projet solide, ambitieux et difficile, sur les cicatrices gravées par les blessures aux racines, ou sur les racines qui saignent encore dans la terre...
Entre la nostalgie qui fait prématurément mourir de vieillesse, et le souvenir qui chante comme une bûche dans le feu en diffusant lumière et chaleur... Il y a tout de même une différence!
... Avec ça, le "pieu à caca" et les "soubresauts d'orgasmes à la vue des jeunes femmes belles et élégantes", la vieillesse vue comme un futur cadavre vivant et toutes les nostalgies qui pourraient venir... S'il devait en être, s'évanouiraient dans ce qui survivrait encore avec autant de force et de jeunesse d'esprit...
Alors oui, la seule vraie angoisse, la seule vraie question, la seule vraie frustration, ce serait cette "mort vraie"...
N'y a-t-il pas là déjà, à ne considérer et à ne prendre en soi que l'unique perspective de la seule angoisse, de la seule question et de la seule frustration, à propos de cette "mort vraie", indépendamment de tout ce qui pourrait arriver... Un projet solide, ambitieux et difficile?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
mireille.j
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 60
Localisation : belgique
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Un traîneau dans le ciel...   13/1/2009, 16:32

Je suis entièrement de votre avis Yugcib. Je parle des expériences vécues sans vouloir me montrer défaitiste ce qui n'est en général pas ma nature d’humaine.

Jean-Pierre à écrit :

Citation :
que le question de savoir qui nous torchera, où et comment, quand nous serons devenus dépendants si nous le devenons ce qui est loin d'être le cas général.
J’ai vécu des années avec un mari qui devenait contre son gré de plus en plus dépendant des autres (pour des gestes les plus banal, comme se gratter un coup), principalement de moi et cela ne lui plaisait nullement, sachent pourtant que je l’aidais par amour et de tout mon cœur. Pourtant il n’était pas vieux, il me disait qu’il ne voulait pas que je devienne esclave de cette saloperie de maladie… (Pour les vieux de leur vieillesse)
Des projets solide, ambitieux et difficile, on en avait encore plein dans nos poches…
Pourtant du jour au lendemain tous c’est écroulé. Dans la vie il y a plein d’imprévue et il ne suffit pas de claquer les doigts pour que les projets se mettent en place.
Malgré tous, j’ai encore des projets, mais dis solide, c’est une autre paire de mange, difficile, cela oui !!!
De toute façon je continuerai à me battre dans cette vie difficile à mettre mes projets ambitieux en place, je me suis déjà solidement battu pendant ses deux dernières années, dont je trouve que je m’en suis déjà bien sortie. Au début j’étais franchement dans la merde, même financièrement. Étant sans revenu, avec mon compte en banque bloqué, que j’ai vidé en voyant que Max quittait ce monde, parce que je devais pouvoir manger et payer mes factures et en plus que j’étais obligé de quitter cette maison adapté pour les moins valide. Crying or Very sad Et cela en compagnie de mon chagrin et ma tristesse... et plus personne pour vous prendre dans ses bras...
Pour bâtir un solide projet, il faut pouvoir mettre plein d’autre petit projets difficiles en ordre et qui demande aussi certains frais financiers. Un exemple, si je veux faire une expo des œuvres de Max, de l’autre côté de mon pays ou en France, ce qui fait partie de mes projets, il me faut une voiture.
J’ai été obligé de vendre la notre, pour pouvoir m’en sortir… Maintenant, un de mes projets est d’essayer de voir pour une petite occasion en fessant très gaffe de ne pas me faire arnaquer et me mettre dans des soucis. C'est pas évident de transporter des toiles en train, bus, métro !
Vous voyez Jean-Pierre un projet dépend d’autres projets. Les tasses viennent toujours vous mettre des bâtons dans les roues et souvent aux periodes les plus difficiles.
Même si des moments, je me sens dans les patates, je finis toujours à me reprendre en main, de toute façon je suis obligé, déjà pour moi-même, mais qui me dit que j’arriverai au bout de mes projets ambitieux et difficile. Who knows nobody knows !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maxdelik.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un traîneau dans le ciel...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un traîneau dans le ciel...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robillard Anne - Le feu dans le ciel - Les Chevaliers d'Émeraude T1
» Et le traîneau
» Le Château dans le Ciel
» Un p'tit quelque chose de bleu dans le ciel
» [Robillard, Anne] Les Chevaliers d'Emeraude - Tome 1: Le Feu dans le ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums généraux :: Autour d'un verre-
Sauter vers: