Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Épicure, et à propos des épicuriens...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 73
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Épicure, et à propos des épicuriens...   20/8/2008, 14:20

Probablement on me traitera encore de pédante et de passer mon temps à courir à contre courant. C'est un genre de sport qui me branche pas mal je dois dire. Convenir au plus grand nombre me laisse de glace.
Alors, à propos d’Epicure, m’insupporte cette néfaste manie faisant qu’actuellement et depuis un bon moment, on accommode les épicuriens à toutes sauces. La plupart du temps sans connaître le sens réel de la pensée du philosophe grec. Il est chagrinant de voir à quel point le sens des mots et le sens du sens, vise à se dégrader de manière funeste.
Ce qu'on appelle communément "Epicuriens", de manière grandement galvaudée, totalement dénaturée et corrompue, idée caricaturale qui veut faire croire qu'il s'agirait là de la qualité de certains élus de dieux sachant goûter mieux que personne les plaisirs sensuels de la vie en fins connaisseurs, voluptueusement et avec gourmandise, n’a rien à voir avec l’essence véritable de la philosophie d’Epicure. Ma culture est modeste, mais il suffit de s’informer la source, donc tout le monde peut le faire. Sa conception du plaisir est d’un tout autre ordre que la jouissance pour la jouissance, fut-elle immensément subtile.
Pour lui c’est la discipline qui importe. Les fondements de la pensée d'Epicure indiquent que les délectations intellectuelles sont préférables aux plaisirs sensuels qui tendent à perturber la paix de l'esprit. Pour Epicure, s’il sont fondés sur la quête du bonheur, les plaisirs de la cérébralité sont le bien suprême et le but principal dans la vie.
La maîtrise des sens, pivot de sa philosophie, est non pas basée sur l’Art de la jouissance, comme le serait par exemple celle du médecin et philosophe Julien Offray de la Mettrie avec "l’Art de Jouir", mais sur la discipline des passions. Établie également sur l'absence de souffrance (base de la philosophie bouddhiste Tibétaine également), et en regard de l’ataraxie, l’absence de "trouble" pour l'âme, et sur les contentements naturels et nécessaires.


Cet enseignement élevé a généré l’une des grandes incompréhensions de notre époque et plus encore dans le langage courant, par l’amalgame parfois de l'Epicurisme avec l'Hédonisme. Confusion venant certainement de l'antiquité où on l’assimila à l'hédonisme. L’idéologie hédoniste faisant de la volupté l’aboutissement privilégié d’une existence entière, cela n'a rien à voir.


L’Epicurisme est la morale d’un plaisir calculé, réfléchi, matériel. Fondée sur une évaluation assez rigoureuse du bien espéré. Aboutissant paradoxalement à une forme d’ascétisme qui ne doit jamais se transformer en son contraire : la douleur. Donc, elle est une discipline impérative des passions. En quête de la quiétude de l’âme Epicure développa une éthique de la juste satisfaction des biens spirituels et matériels


Selon Epicure la notion de plaisir est "en un repos": il y voit presque un repos éternel comparable à la mort. Le sentiment de bien-être d'un homme qui n'a pas soif et ne boit pas. Plaisir qui n’a rien à voir avec la sensualité non plus : pour lui, et là, nous le savons tous, la chair va à l'infini, le risque est à perpétuée que le désir insatiable ne mêle la douleur de l'insatisfaction permanente à des assouvissements toujours morcelés. D'où l'intérêt d’approfondir, de canaliser, de comprendre et de se distancier, ce qui donne toute une dimension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 73
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Épicure, et à propos des épicuriens...   20/8/2008, 14:25

J'ai tapé trop vite. Lire le titre : Epicure et à propos des épicuriens bien sûr, merci de rétablir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Epicure...   20/8/2008, 14:38

Bel exposé à quoi on n'ajoutera rien sur le fond culturel.

Juste une remarque de nature linguistique. Il n'est pas rare qu'un mot prenne dans ses aventures polysémiques un sens fort éloigné des auspices de sa naissance. Ce phénomène est même fréquent.

Est-ce grave que nos contemporains, du moins ceux qui introduisent le terme "épicurisme" dans leurs propos, lui donne un sens plus proche de la notion d'hédonisme ( encore que...) que ce qu'avait pensé le bonhomme Epicure ?


Ce serait gênant si une confusion risquait d'être introduite. Mais comment penser que celui qui parle véritablement de la pensée du philosophe confonde (et inversement!) ?

N'oublions pas qu'il n'est de langue sans contexte et que c'est le contexte qui élucide le choix à l'intérieur de la polysémie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 73
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Cueillette...   20/8/2008, 19:47

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Bel exposé à quoi on n'ajoutera rien sur le fond culturel. Juste une remarque de nature linguistique. Il n'est pas rare qu'un mot prenne dans ses aventures polysémiques un sens fort éloigné des auspices de sa naissance. Ce phénomène est même fréquent. Est-ce grave que nos contemporains, du moins ceux qui introduisent le terme "épicurisme" dans leurs propos, lui donne un sens plus proche de la notion d'hédonisme ( encore que...) que ce qu'avait pensé le bonhomme Epicure ? Ce serait gênant si une confusion risquait d'être introduite. Mais comment penser que celui qui parle véritablement de la pensée du philosophe confonde (et inversement!) ? N'oublions pas qu'il n'est de langue sans contexte et que c'est le contexte qui élucide le choix à l'intérieur de la polysémie !

Me voici cueillie une fois de plus, vous me faites rencontrer un mot que je ne connaissais pas, polysémie et ses diverses potentialités. On penserait presque à Polynésie en ces temps de vacuité où les gens ne rêvent qu’à se faufiler entre de multiples bras, de mer. Et vous aviez raison de parler d’exposé, sur Passion des Mots j’ai vraiment le sentiment d’une sacrée d’exposition...
Vous vous interrogez de savoir s’il y aurait une gène au cas où une confusion se serait introduite. L’affaire demanderait qu’on s’y attarde. Pour ma part je dirais que c’est tragique si celui qui utilise ces mots ne sait presque rien d’eux, ni d’où ils viennent, ni à quoi il servent. Sans se poser aucune question, qu’ils transmettent leur ignorance à d’autres ignorants qui vont perpétuer à leur tour. N’est ce pas le trajet favori des déficiences actuelles ? Comme ceux qui amalgament Dom Juan et Casanovas, me gène qu’ils en spolient la vrai substance. Ils ne donneront pas l’envol littéraire ou pédagogique mérité.
Que certains mots et leurs auteurs soient pris d’ivresse jusqu’à s’oublier dans leur caleçon, au point, qu’au bout du compte, ils les utilisent sans savoir qui en sont les papa et mamans ou comment ils furent élevés, oui ça me trouble carrément.
Mais en réfléchissant à ce que vous dites, je pense qu’en fait, tout dépend de qui viendrait la confusion. Si le locuteur, si l’auteur, savent de quoi ils parlent, s’ils sont talentueux, habiles, on comprendra. S’ils installent le mot de manière à ne pas nuire à sa destination première, en le situant dans le contexte, que dans leur langue tout porte à penser qu’ils maîtrisent haut la main, alors là tout baigne. Si Proust, si Zola, Balzac, Flaubert, avaient risqué ce genre d’amalgame et ont-ils utilisés ces mots, pas sûr ? Mais ce serait idem. Ou si des contemporains aguerris et d’autres que je connais un peu, sachant activer plumes et lumières font de même, on n’en serait pas scandalisé. Il est facile en ce cas de voir que le sens est en de belles et bonnes mains.
Ce qui me pose réellement problème, c’est ce qui se galvaude sans aucune forme d’initiation, pas d’appétits, pas de soif, même sommaire. Sans curiosité, sans intelligence ni feeling, la méprise, le contresens comme la rumeur, se propagent à une telle vitesse. Ce qui me déplaît, est que chemin faisant, de moins en moins de gens y prennent garde.

Jipi est-il en vacances de nouveau, le savez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Épicure, et à propos des épicuriens...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Épicure, et à propos des épicuriens...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Excursions pour visiter Paris proposées par les Hôtels Disney
» À propos de la saga Twilight
» Condamné pour des propos tenus sur un forum
» A propos des images !
» Jason & Katherin : interview à propos de leur couple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: