Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   19/7/2008, 16:16



De la même manière que j’avais soulevé le sujet à propos de l’adjectif Distancié, comme cela m’arrive assez souvent, voici que je me prends de passion pour un mot très peut usité : Pégoïsme.
Ce mot, Pégoïsme, Balzac en est l’auteur me semble-t-il, visible en particulier dans Eugénie Grandet.
Repris chez Auguste Conte dans son cours de Philosophe Positive, Pégoïsme est aussi présent chez nos contemporains dans le domaine de la Psychologie du socialisme pour l’auteur Gustave Le Bon. On le voit de temps à autre en sociologie et en psychologie pour désigner la haine, le mépris et l'orgueil poussés à l’extrême, plus loin et autrement que l’égoïsme.

Je veux en savoir beaucoup plus sur ce mot et pose la question simultanément sur plusieurs sites axés sur la connaissance ou le langage ainsi que j’en ai l’habitue. Ceci afin de croiser, de comparer cultures et informations.

Et je réitère mon goût du questionnement sur le Forum, malgré l’évidence. Visiblement, ici, à par une précision de Jipi sur Distancié, j’ai un mal fou à soulever les foules lorsqu’il s’agit de creuser autour du sens d’un mot.
J’en profite du reste pour signaler ceci, à ceux que l’idée de se pencher sur la connaissance des mots exalte, s’ils existent sur le Forum en dehors des signatures régulières facilement repérables : qu’en dehors des racines Brechtiennes dont j’avais parlé, sur le site Études Littéraires, un intervenant m’a indiqué que distancié est d'abord un adjectif utilisé par le mathématicien Maurice Frechet.
Pour ma part, je voulais clore ce sujet en signalant ce qu’en dit le professeur Bernard Cerquiglini, éminent linguiste et spécialiste reconnu de la langue française. A la rubrique Langue française de la Chaîne TV5 Monde, il fait un petit exposé brillant à propos de cet adjectif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macaire
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 05/07/2008

MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   13/8/2008, 18:22

Auguste Comte, pas Conte.
Je le sais parce que je n'ai jamais pu le blairer celui-là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   13/8/2008, 20:16

Dans les blogs, sur ce Forum et sur d'autres de la même eau et leurs visiteurs avec lesquels j'essaye de conserver une relation de bonne compagnie et tente d'analyser, voire de comprendre, à quoi sert un forum en réalité, j'ai pris pour principe de ne jamais situer l'échange autour des bourdes d'orthographe. Même si je vois des aberrations somptueuses et autres égarements, comme vous venez de le faire. Le Net est le piège absolu en ce domaine où les clics vont plus vite que la pensée et où rien n'est rattrapable une fois l'envoi expédié. Alors je trouve qu'il n'est pas inutile, là non plus plus, de se distancier. Ne serais-ce que pour donner à l'interlocuteur la possibilité de conserver sa superbe. Illusoire, je sais, la superbe.

Donc je ne vous suivrai pas non plus sur ce terrain, glissant, de mes propres sottises tous azimuts, l'espace de Passion des Mots n'y suffirait pas.
Pour A.Comte, je ne le connais pas bien hors qu'il fut dans le sillage de Saint Simon, ce qui me le rends digne d'intérêt tout de même, et c'est uniquement sur le thème de cet adjectif, distancié, que j'avais eu envie d'avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5897
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   15/8/2008, 09:58

Merci Macaire de rester dans le sujet...

Constance, je vais faire des recherches pour vous, mais, pour le moment, je n'ai aucune information valable. Mais en vous lisant, il me semble que vous avez déjà des informations ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   15/8/2008, 21:52

Jipi a écrit:
Constance, je vais faire des recherches pour vous, mais, pour le moment, je n'ai aucune information valable. Mais en vous lisant, il me semble que vous avez déjà des informations ?
Merci Jipi pour vos observations à venir et de toutes façons je vous remercie d’avoir l’intention de chercher. C’est un ravissement pour moi cette prospection autour de mots mal connus ou peu utilisés.
Je comprends bien l'intéret des formes de création plus fluides et dans l'esprit du temps avec des termes clairs immédiatement compréhensibles. Mais pour ce qui me concerne, s’ils sont inexplorés, le contentement en ressort grandi, souvent. Et avant tout, je n’ai pas de honte à reconnaître que mon inventaire propre n'y suffirait pas si je me contentais que de mes acquis ou de ce qui subsiste dans le grenier inconscient, et puis, on ne perd pas grand-chose à avoir plus de surface. J’ai donc grand besoin de la culture encyclopédique et des savoirs extérieurs pour garnir mes bagages.
Je ne vous cacherais pas que je ne rencontre qu’un succès pitoyable dans ces entreprises de recherches et la tiédeur du répondant n’est pas seulement sur Passion des Mots qui n’est pas en cause en particulier, c'est global.

Pour ce qui regarde le Pégoïsme donc, non, pour l'instant, je n’ai pas eu plus d’éclairages que ceux donnés dans mon message d’ouverture et par une visiteuse de LycosIQ qui voit le mot venir du latin poena. C’est tout.


J’ai rencontré ce mot pour la première fois au milieu de cette année dans l’un des articles du journaliste AFP dont je viens d’écrire la biographie. En 1987 il écrivait ceci :
«L'exercice cristallin du journalisme nous dépouille du Pégoïsme, nous libère de la bassesse des passions. Il nous crée une âme pure. Et une âme pure ne peut rien donner d'autre qu'un cœur, qu'un amour, un enseignement, en s'oubliant soi-même. »

J’ai donc posé une note de bas de page dans mon chapitre pour ce mot, en soulignant aussi qu’il est de Balzac dans *Eugénie Grandet et j’espérais enrichir mon information avant de signer le bon à tirer chez mon éditeur.


* P 38 "…la passion sans espoir dont se nourrissait Eugénie. Donner la vie à un enfant, n'était-ce pas tuer les espérances de Pégoïsme, les joies de l'ambition caressées par le premier président ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Soufflé par Balzac...   16/8/2008, 07:17

POurquoi cette majuscule à Pégoïsme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   16/8/2008, 13:38

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
POurquoi cette majuscule à Pégoïsme ?
Jean-Pierre, je ne comprends pas au juste l’intention donnée à votre question, pouvez-vous préciser ? Il serait hasardeux de vous donner une réponse à la place d’Albert Brun, mon narrateur. Puisqu’il n’est plus de ce monde, je ne peux l’interviewer non plus sur son projet. Ce que j’ai regretté dès le départ de mon travail, en premier il aurait posé un éclairage concerné. Je peux donc répondre seulement en mon nom.
Balzac, qui qualifiait les journalistes de caméléons, faisait partie de son musée personnel. Ainsi que vous le savez, celui qui se baptisa « L’homme de lettres de plombs »,journaliste un temps et fustigeât du reste la presse parisienne, fut imprimeur avant que d’être écrivain, ce qui va nourrir en particulier Bel Ami ou Les Illusions perdues. Comme pour pas mal de confrères des médias, la référence balzacienne revient parfois dans les colonnes d’AB lorsqu’il est question d’évoquer les engagements, les désordres, les paradoxes de ce métier.
Dans ce papier il avait mis une majuscule à Pégoïsme, j'ai respecté l'authenticité de son texte comme il se doit. Sans doute, et c’est ce que j’ai imaginé en la voyant, a-t-il voulu indiquer qu’il s’agit d’un mot aux caractéristiques très appuyées. Il y des chances également, qu’il ait fait le choix de mettre l’accent sur son sens profond. Cette base littéraire était fort importante à ses yeux et le pégoïsme concentre l’essentiel de ce que AB n’était pas lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Soufflé par Balzac...   16/8/2008, 15:00

Aucune intention souterraine derrière ma question !

Je m'étonnais de voir un nom commun avec une majuscule et doit avouer que votre explication est modérément satisfaisante. Souligner la spécificité d'un mot par la majuscule me semble une liberté plus contemporaine que du XIX ème.

Mais peut-être est-ce erreur de ma part ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   16/8/2008, 16:52

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Aucune intention souterraine derrière ma question ! Je m'étonnais de voir un nom commun avec une majuscule et doit avouer que votre explication est modérément satisfaisante. Souligner la spécificité d'un mot par la majuscule me semble une liberté plus contemporaine que du XIX ème. Mais peut-être est-ce erreur de ma part ?
Ah !Sacré Jean-Pierre vous êtes irremplaçable, et me voici désespérée de ne pas vous satisfaire ! Oui me semble que vous vous trompez et vous lisez trop vite. J'ai pour mission de respecter ces écrits publiés, ne pourrais ni ne voudrais y toucher.
Et ne vois pas plus ce qui vous a fait fantasmer soudain sur le XIXème et vous faire supposer que mon narrateur ne fut pas de notre siècle. J'ai précisé à Jipi qu'il avait écrit ce papier en 1987, ce n'est tout de même pas l'âge de pierre. Ce journaliste est mort il n'y a que vingt ans et croyez moi, il était quelqu'un de très en phase avec l'époque par sa manière de trousser le verbe et le reste, autant que par sa vision de la vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Soufflé par Balzac...   16/8/2008, 18:49

Comme il est bon d'être ainsi, fermeté affectueuse, remis sur le bon et droit et juste chemin ...

J' ai sans doute été aveuglé par la carrure du grand Balzac à en oublier qu'il nous parvenait par Albert Brun ( dont j'ignore tout) interposé.

Juré, la prochaine fois, je lis au moins trois fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soufflé par Balzac, le Pégoïsme plus fort que le mépris...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» perles soufflées
» Mousse Soufflée Biscuitée de Cacao
» BALZAC, Honoré (de)
» soufflé Dubarry (4 personnes)
» Verre soufflé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: