Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Journal d'un dépravé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jameline



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 24/06/2008

MessageSujet: Journal d'un dépravé   24/6/2008, 20:54

bonsoir !


Je viens de commencer un roman et avant de poursuivre je voudrais avoir des opinions, à savoir, est-il accrocheur?


merci d'avance pour vos réponses





13 mai 20..


C'est fou comme une implacable logique croît jusqu'à ce qu'un jour on saisisse enfin que, derrière le sourire d'un interlocuteur, sommeille une simple bête. Finalement, le monde n'est pas simplement un non sens, mais bel et bien le lieu d'une perpétuel affrontement. Ainsi, trois mois après avoir été déclaré employé du mois, on me fout à la porte parce que je ne fais pas assez de chiffre. Et puis pour couronner le tout, comme je ne peux plus financer son train de vie, le téléphone portable de ma nana reste jour et nuit sur messagerie vocale.

Tout es arrivé de ta faute, Johnny. Maintenant il faut bien que quelqu'un paie l'addition. Le temps passe mais je n'oublie pas les mots que tu as minutieusement choisis pour venir me signifier que je n'étais qu'une pauvre petite crotte. Je revois souvent en rêve cette scène où tu ouvres la porte du local de la direction avant de demander à Nico de nous laisser seuls. J'aurais dû te mettre mon poing dans la figure quand, le sourire aux lèvres, tu m'as lancé cette déclaration de guerre:

"- J'ai quelque chose d'hyper important à te dire. Comme cela fait longtemps que l'on travaille ensemble, je préfère ne pas tourner autour du pot. Donc...hum...comment dire? Je pense que tu donnes encore trop dans le sentimental avec les clients. Moi, je veux du concret: j'ai des comptes à rendre à mes supérieurs. Notre collaboration s'essouffle. D'ailleurs...oui...d'ailleurs, j'ai déjà trouvé ton remplaçant. J'ai son C.V dans mon bureau et tout ce que je peux te dire, c'est qu'il sort des plus grandes écoles de commerce et qu'il est de la nouvelle génération....un vrai renard des surfaces! Je ne doute pas qu'il aménera un souffle nouveau au sein de l'entreprise. Je suis désolé mon vieux; les jeux sont faits."

Il va falloir que tu assumes maintenant. Cela n'est pas non plus facile pour la pauvre petite crotte, tu sais. Je me doute bien que tu as dû grincer des dents le week end dernier quand j'ai raflé la mise au poker. Mais au point de confondre vie privée et vie professionnelle?

Habituellement, cette fameuse soirée du 1er samedi du mois se déroulait dans une ambiance plutôt bon enfant. Nous délaissions femmes et bambins pour nous détendre entre collègues de bureau. Cependant, c'était une habitude qui avait fini par nourrir nombre de rancoeurs. Le jour de l'incident, ce lèche cul de Nico se trouvait comme toujours assis à côté de toi. Une lumière tamisée me donnait l'impression d'être en pleine réunion de gangster. L'alcool coulait à flot surtout parce que cet enfoiré d'André s'amusait à remplir nos verres dès que nous avions le dos tourné....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Journal d'un dépravé   24/6/2008, 22:38

Je vais voir cela de plus près ! Ce serait sympa de vous présenter au préalable, de participer à diverses discussion selon vos intérêts pour que l'on n'ait pas l'impression d'une visite intéressée au premier message !!! Cela arrive tellement souvent dans les forums : je préfère donc être franc avec vous.

Pour votre incipit, vous souhaitez, je suppose, un avis sincère en sachant que nous n'avons pas d'autres points de repères sur vous que ce début de roman ?

Vous connaissez sans doute l'histoire du renard et du Petit Prince ? Un temps d'apprivoisement est nécessaire de votre part...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Journal d'un dépravé   27/6/2008, 19:00

Ce premier contact est un peu brut en effet, tout comme le style de votre écriture, si je puis me permettre de donner un avis en toute simplicité.

Par "brut", je ne veux pas dire mauvais, mais je pense qu'en optant pour un vocabulaire un peu plat (nana, lèche-cul, enfoiré...), sans que l'écriture elle-même ne soit particulièrement originale par d'autres aspects, vous êtes bien parti pour écrire un magnifique roman de gare ou alors un polar de seconde zone, ce qui n'est peut-être pas votre ambition (mais qu'en sais-je, au fond?)

Autre problème : j'ai dû relire la première phrase 3 fois avant de comprendre que je ne la comprendrai sans doute jamais. Vous parlez d'une implacable logique mais moi je ne saisis pas la logique de cette phrase.

Attention aussi à l'orthographe. "Tout es arrivé..." si tôt dans la lecture, ça gêne un peu quand même.

Alors, accrocheur ?

A ce stade-ci, pas vraiment. Mais j'estime que 4 paragraphes ne suffisent pas pour donner un avis définitif. Je laisse toujours au moins quelques pages à un auteur pour me convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Journal d'un dépravé   27/6/2008, 19:55

Moi j'adore...

La rondeur oncteuse, humaine et affable de John et de Jipi, réunis dans la même volonté de ne pas dire, tout en disant, et en disant au fond terriblement...

Seule espoir: que tel qui écrit mal lise de même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Journal d'un dépravé   27/6/2008, 20:01

Dites-moi, Sigmund, pourquoi espoir au féminin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Journal d'un dépravé   27/6/2008, 20:45

Si si moi je veux dire... Jean-Pierre ! Tu te trompes sur ce coup-ci !!!
Mais je n'ai pas envie de répondre
1) si l'on ne répond pas à mes questions... jameline ne réagit pas...

2) si le premier contact consiste à placer un texte sans présentation.


CONCLUSION : J'ai vu clair, puisque Jameline ne revient pas et donc je ne réagis pas.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Journal d'un dépravé   28/6/2008, 07:03

Je suis bien d'accord jipi.

Cela dit peut se poser un véritable problème qui est celui de l'évaluation d'un texte que l'on dira "de débutant" ( le non débutant disposant quant à lui de mulptiples moyens de savoir à quoi s'en tenir, au moins dans les grandes lignes )

J'ai eu, il y a peu, l'occasion d'être confronté au problème: une relation me disant :

" J'écris... coment éditer ? "

AVANT de se poser la question :

" Ce que j'écris présente-t-il un intérêt littéraire ? "

J'ai répondu ce que j'ai déjà dit sur ce forum:

Qui écrit DOIT lire ! Qui lit doit avoir un libraire ( la Fnac (ou autre) n'est pas un libraire au sens propre mais un site marchand de livres)

Et un libraire que l'on fréquente régulièrement ne refusera pas de donner un avis. Relatif certes, discutable sans doute, mais au moins le premier avis non intime.

Les sites où l'on peut présenter des écrits donnent aussi cette possibilité mais ils pratiquent souvent, je l'ai constaté, une indulgence "par nature" qui fausse l'évaluation.

Quand je dis "par nature" j'exprime le fait qu'un site accepte, avec raison, une écriture "expression de soi" dont la finalité n'est pas obligatoirement une carrière d'écrivain, mais plus simplement l'extériorisation de ce qui pousse et pèse au dedans de soi. Dans ce cas, les critères de qualité ne sont pas du tout les mêmes.

Enfin, pour ceux qui seraient tentés de me répondre :"Tout est relatif, les goûts et les couleurs etc" je répondrai sobrement :

Vous croyez...PAS MOI !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Journal d'un dépravé   30/6/2008, 09:15

Citation :
" J'écris... coment éditer ? "

AVANT de se poser la question :

" Ce que j'écris présente-t-il un intérêt littéraire ? "

Effectivement Jean-Pierre ! Tu as totalement raison ! Peu de gens écrivant se posent la question de savoir si ce qu'ils écrivent présentent l'intérêt littéraire dont tu parles. À mon avis la question devrait être plus souvent posée...

Tiens... je viens de lire qu'une romancière spécialiste de thrillers « bien foutus » dit-on, ne sait en fait pas écrire. Sa formation d'économiste ne l'aurait pas aidée, dit-on. Du coup elle suit depuis des années des ateliers très spécifiques d'écriture où on lui donne toutes les recettes qui marchent... et donc ses romans sont basés sur des recettes en fait. Les gens n'y voient que du feu.

Tout ceci pour dire qu'aujourd'hui pour avoir du succès, tu peux être un très mauvais écrivain !!! Affolant ! Non ?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
jameline



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 24/06/2008

MessageSujet: Re: Journal d'un dépravé   2/7/2008, 16:15

Bonjour,

Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt mais je suis à la recherche d'un emploi alors je suis très peu présent sur la toile depuis mon premier post

Aussi c'est vrai que j'ai mon style n'est pas "du proust" mais j'assume
(n'oublions pas que celui-ci s'est fait publié à compte d'auteur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Journal d'un dépravé   3/7/2008, 09:44

Comment ? Proust à compte d'auteur !

Quelle révélation FONDAMENTALE !


Bon, cela dit, que voulez-vous dire exactement par " j'assume" ? Assumer signifie " accepter avec conscience " C'est cela ? Vous acceptez de ne pas avoir le style de Proust ? Ou bien de ne pas avoir de style du tout ?

Au fait une question...Pourquoi dans ce cas écrire un roman ? Il existe quantité de modes d'écriture plus intimes: journal , correspondance, blog etc

Mais un roman ?

PS : Si c'est pour pouvoir dire " Je suis romancier ou romancière" croyez-en un, c'est inutile, tout le monde s'en fout tant que vous n'en n'êtes pas cousu d'or !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'un dépravé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal d'un dépravé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» journal de campagne d'une armée de cadian dans la boue
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach
» Quel journal ou magazine d'actualité lisez-vous ?
» Une piplette dans le journal du jour lol
» Livre "Le journal intime du fantôme de l'opéra"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Les écrits de nos membres-
Sauter vers: