Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   1/5/2008, 17:26

Savez vous qui est l'authentique pionnier des biographes pour particuliers ? Paul Auster, à travers son personnage Nathan Glass, dans "Brooklyn Folies".
"Paul Auster est le premier écrivain à avoir émis l'idée qu'il devrait y avoir des Biographes comme nous…". Cette remarque m'est venue l'année dernière d'un ami, Jean Pennec, autrefois comédien, entre autres au Théâtre Français et avec qui, à présent nous partageons l'aventure de l'écrit biographique. Avant de faire partie du club des biographes solides, créatifs et fiables, autrefois on a pu suivre le nom de Jean Pennec sur des affiches de la Maison de Molière ou sur celles de théâtres nationaux ou privés. P. Auster, il le connaissait fort bien pour goûter pleinement son œuvre bien sûr, mais surtout, pour avoir collaboré à la mise en scène de sa pièce "Laurel et Hardy vont au paradis" au Théâtre de la Bastille en 2000.
Devenir biographe, Jean en avait le désir depuis un moment et m'avait contactée simplement sur ma boite Email [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Je lui ai mis le pied à l'étrier l'an passé, en lui confiant régulièrement des contacts et mes secrets de biographe. Puis en l'initiant à la façon unique dont j'exerce cette mission depuis quinze ans. L'écoute véritable de l'autre, une ferveur pour les mots et le sens du contenu, sont des notions qui nous sont communes. Et tel le muscle à la chair, le verbe le porte pareillement. Face à ce que j'appelle nos "Narrateurs", ceux qui nous confient leur mémoire vive, en auteur habile et éclairé, avec son intellect en ébullition et déjà auteur lui-même, il ne fut pas très long à devenir un authentique auteur-biographe. De la manière dont je le conçois en tous cas. D'autant qu’une importante tranche de son existence fut dédiée à la fréquentation des beaux textes et des esprits éclairés.
De Paul Auster pour ma par part j'avais déjà dévoré la "Trilogie new-yorkaise", ainsi que "Pourquoi écrire" [i] et [i]"Le livre des illusions".Pour tous ceux qui ne connaissent pas un jour sans une ligne, au cœur même du doute permanent, le concept de la mémoire avec ses tiroirs à l'infini, avec les insondables questionnements du pourquoi l'on écrit, fait partie des thèmes chers à ce très bel auteur de chevet.
C'est donc Jean Pennec qui à son tour allait compléter mes connaissances. Cette fois-ci en particulier au sujet de "Brooklyn Folies". En ce qui me regarde, j'adore que quelqu'un de parfaitement informé, me fasse découvrir des choses qui me soulèvent et appartiennent à mes choix. Est-ce ainsi pour vous ?

Voici donc en un fragment ce que prévoyait Paul Auster auquel Jean a écrit il y a quelques temps pour lui dire combien la vision fut pertinente :

* "[] mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu'on ne chante pas, de ceux qu'on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu'on ne prend même pas la peine de remarquer ? La plupart des vies disparaissent. Quelqu'un meurt et, petit à petit, toutes traces de sa vie s'effacent. Un inventeur survit dans ses inventions, un architecte dans ses immeubles mais la majorité des gens ne laissent derrière eux ni monument ni réalisation durable : une série d'albums photo, un bulletin scolaire de cinquième primaire, un trophée gagné au bowling, un cendrier piqué dans une chambre d'hôtel en Floride le dernier jour de vacances quasiment oubliées. Quelques objets, quelques documents, quelques impressions vagues conservées par des tiers. Ceux-ci ont invariablement des histoires à raconter à propos du défunt, mais le plus souvent en mêlant les dates, en oubliant des événements, et la vérité en sort de plus en plus déformée et quand ces gens-là meurent à leur tour, presque toutes leurs histoires s'en vont avec eux.
[] sauvegarder les histoires, les événements et les documents avant qu'ils ne s'évanouissent et leur donner la forme d'un récit continu, le récit d'une vie.[] J'imaginais que je les écrirais moi-même mais, si la demande devenait trop importante, je pourrais toujours me faire aider par d'autres auteurs : poètes et romanciers désargentés, anciens journalistes, universitaires sans emploi, voire, peut-être, par Tom. Le coût de la rédaction et de la publication de tels livres serait considérable mais je ne voulais pas que mes biographies deviennent un privilège accessible seulement aux riches[]. Étais-je fou de rêver que je pourrais faire quelque chose de ce projet incongru ? Je ne le pensais pas. Quelle jeune femme n'aimerait pas lire la biographie véridique de son père - même si ce père n'avait été qu'un ouvrier d'usine ou le sous-directeur d'une banque rurale ? Quelle mère ne souhaiterait lire l'histoire de son fils policier, tué dans l'exercice de ses fonctions à l'âge de trente-quatre ans ? Dans tous les cas, ce devrait être une affaire d'amour []".

*BROOKLYN FOLLIES. Paul Auster. Actes Sud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   1/5/2008, 18:16

J'ai lu ce message et le précédent, j'ai été surfé longuement sur votre site et à chaque page, de façon très directe ou en filigrane, je vois une écrivaine-biographe qui essaie de nous persuader de ses propres talents.

Il y a un nom pour ce genre de prose, je crois... ah oui, publicité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   1/5/2008, 18:24

Je ne sais comment procéder. Merci de suprimer définitivement mon compte, nous ne pouvons nous entendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   1/5/2008, 19:12

John, vous êtes un vilain garçon.

@ BAM:

La citation de Paul Auster traduit une grande générosité. Mais je doute que les biographes, même s'ils ont évidemment des qualités d'écoutes quoique secondées par un dictaphone, oeuvrent à titre gracieux dans le seul but de sauvegarder la mémoire des anonymes.
La dimension commerciale ( ce n'est pas péjoratif) est occultée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   1/5/2008, 19:22

J'ai oublié de préciser : mes propos n'engagent que moi, et je ne suis ni fondateur ni administrateur de ce forum.

(et je ne tiens pas à avoir des ennuis avec Jipi... Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   1/5/2008, 20:23

Je ne vois pas trop bien pour quelles raisons un biographe aussi généreux humainement soit-il, ne gagnerait pas un peu sa vie en écoutant les autres, et le magnétophone est l'outil qui permet de pister certaines réalités. Les gens crêvent du manque d'écoute.
Ce n'est qu'un élément, il y a tout le reste. Savez vous qu'une biographie peut s'étaller jusqu'à 2 années d'écriture, d'échanges, de dialogues, de recherches historiques et d'interviews, et qu'il est impossible de compter sur les droits d'auteur pour vivre. Enfin, lorsque l'on est pas Paul Auster...
Si vous lisez son livre, vous verrez qu'il évoque l'aspect économique de façon pertinente et fort astucieuse.
Je n'ai pas voulu soulever ce sujet, pour ne pas donner une couleur mercantile à mon message justement. C'est peine perdue, JIPI trouve que malgré tout, je fais de la pub à peine maquillée pour mon activité de Biographe. Je m'apprétais à quitter ce forum de toutes façons. Je ne suis pas restée longtemps, j'étais venue en observatrice.

Mais si vous voulez poursuivre l'échange, j'ai toujours une messagerie Email [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La citation de Paul Auster traduit une grande générosité. Mais je doute que les biographes, même s'ils ont évidemment des qualités d'écoutes quoique secondées par un dictaphone, oeuvrent à titre gracieux dans le seul but de sauvegarder la mémoire des anonymes.
La dimension commerciale ( ce n'est pas péjoratif) est occultée.[url][/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5899
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   7/5/2008, 19:00

Mes étudiants de terminale me remettent ce 8 mai 2008 leur travail de fin d'année sur La Cité de Verre... mais je leur ai demandé de lire aussi La chambre dérobée... remarquable auteur et remarquable travail opéré par Auster dans ces deux ouvrages...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5899
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   7/5/2008, 22:36

Réponse de Empreinte des Mots :

« Bis : pour Paul Auster, merci de m’en parler, j'aimerais vous torcher ce que je sens, mais il va me falloir du temps, Auster, n’est ce pas, mérite tous les égards. J’ai plein de boulot en ce moment et une ou deux réponses prévues à peaufiner pour le Forum. Je garde votre pensée au carrefour de ma mémoire vive et ne la laisserai pas se soustraire. Comptez sur des répliques Jipi. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   9/5/2008, 12:29

Citation :

«j'aimerais vous torcher ce que je sens»

Voilà un usage du verbe "torcher" que je ne connaissais pas et que je ne suis d'ailleurs pas sûr de bien comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Le pionnier Etc   9/5/2008, 12:41

Pour torcher j'exclue le sens propre, si j'ose dire. Il ne peut donc qu'être question du figuré, à savoir:

cochonner, saloper, ce qui reste passablement ésotérique comme le dit justement Kurdy.

Ou bien torcher comme on le fait d'un vieux fond de mauvais alccol ?
Pas beaucoup plus clair mais au moins pittoresque.

Voilà.

Maintenant si ma réaction vous semble mal torchée, je jette l'éponge !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Torcher, de la part d'empreinte des mots...   9/5/2008, 14:10

En terme d'écriture "Torcher", est une expression pittoresque effectivement, dans le cas de cette tournure je l'ai voulu ainsi. Avec ses charmes secrets et ses interprétations possibles, on le voit passer aussi sous la plume de certains critiques littéraires parfois.
S'emploie par les auteurs d'une façon malicieuse pour dire à quelque point, on va oeuvrer avec soin, archarnement, intérêt, amusement, à un texte particulièrement captivant jusqu' à le nettoyer à fond.
"Un écrit très bien torché" est un morceau reconnu comme joliment travaillé, façonné même. Au sens propre on pourrait aller jusqu'à considérer qu'il y est question presque de récurer le texte, proprement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   9/5/2008, 15:34

Est-ce consciemment ou inconsciemment que vous adoptez ce style précieux et alambiqué que personnellement je trouve assez indigeste?

Si c'est consciemment, pourquoi ce choix?

Excusez le ton direct de la question, c'est mon style à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Le pionnier Etc   9/5/2008, 15:56

Autant je trouve que tout lecteur peut exprimer son point de vue sur le style d'un auteur qui publie puisque celui-ci s'expose, justement publiquement, autant ce jugement sur le style d'Empreinte des mots dans les échanges sur le forum me semble déplacé quant à sa forme et peu amical.

Si dans Passion des mots on ne peut pas jouer de la langue (le talent qu'on y montre est une autre affaire que je n'aborderais pas ici sauf pour dire qu'elle sait écrire ce qui n'est pas si fréquent) alors où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Réponse sur ma manière d'écrire...   9/5/2008, 18:01

Merci beaucoup à Jean-Pierre Poccioni d'avoir posé le ton juste, comme il vient de le faire avec pertinence et doigté.

Je n'ouvrirai certainement pas le débat avec Kurdy et ne chercherai donc pas à lui exprimer mes impressions sur les alambics et autres préciosités.
Quoique, les vraies Précieuses, celles du 17ème, telles qu'elles ont été, et je connaîs un peu le sujet, furent les premières à poser les prémices de la liberté des femmes. Là, le sujet me motive hautement.
Jusque ici, je n'avais pas du tout le goût des forums et ne m'y étais jamais inscrite du reste, pour n'avoir pas trouvé, ni réellement cherché d'ailleurs, un lieu futé, où se rencontreraient des gens qui sauraient vraiment jouer de la langue et seraient sensibles à ce me galvanise concernant l'écriture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   16/5/2008, 22:33

Empreinte des mots a écrit:
Je n'ouvrirai certainement pas le débat avec Kurdy et ne chercherai donc pas à lui exprimer mes impressions sur les alambics et autres préciosités.

Dommage, ça aurait pu être amusant, voire intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Débattre et polémiquer...   17/5/2008, 08:47

Pour répondre à John et le remercier de vouloir instaurer le dialogue, je souligne seulement que je n'ai aucun goût pour la polémique qui me laisse de marbre. Que se soit pour débattre à l'infini en des domaines généralistes en les survolant ou sur des sujets concernant les autres sans approfondir réellement. Ou encore s'il est question de ce qui me concerne et de l'opinion que l'on se fait de moi sans me connaître.
L'opinion est stérile souvent, en particulier si n'est pas nourrie par la connaissance, et seulement guidée par je ne sais quelle réactivité épidermique primaire et inculte. Pour ne pas alimenter les dialogues vides et sans aucun intérêt à mes yeux, je préfère l'observation et depuis très longtemps j'ai choisi de ne pas donner prise. Sans doute l'âge y est pour quelque chose, le travail sur soi également.
En revanche, si vous voulez dire que cela aurait pu être amusant, voire intéressant, de dialoguer sur ce qui concerne la pensée et les idées des Précieuses du 17ème et les racines du féminisme, là je suis votre homme !

Je travaille en ce moment sur le Che Guevara dont le profil est très controversé. Ainsi que sur la Shoah par balles et aussi sur des aspects beaucoup moins connus de Klaus Barbie, à savoir, ses côtés escroc. Si ces thèmes succitent des envies de vrais échanges structurés chez les participants à ce forum, échanges fondés, réellement très bien informés, autres que des points de vue flous auxquels, ici encore je ne répondrai pas, là je serai très à l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5899
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   17/5/2008, 10:45

Un point pour Empreinte des Mots !
Raté John !!! Petit voyeur !!! :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   17/5/2008, 13:33

"La Shoah par balles?"
Kezako?

Ces travaux sont ambitieux, mais n'avez-vous pas, en plus de cela, un recentrage sur des thématiques locales? L'Aude, l'Hérault, sont riches en personnages fameux et rebelles. Des cathares aux "Che" de la vigne, des mutins du 17e d'Agde aux coups de poings des années 70...
Avez-vous entrepris de tels travaux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 2378
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   17/5/2008, 16:31

Jipi a écrit:
Un point pour Empreinte des Mots !
Raté John !!! Petit voyeur !!! :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Incroyable ! Je m'efforce de relancer un fil pour animer le forum et l'administrateur me traite de voyeur !!!
:lol: :lol: :lol:

Pas si raté que ça, cher Jipi, car EDM a quand même répondu en nous dévoilant au passage des aspects intéressants de sa personnalité.

Beaucoup de sagesse dans votre attitude, Empreinte des Mots, mais aussi un brin d'élitisme, me semble-t-il. Maintenant que je connais votre degré d'exigence, l'inculte que j'estime être n'est pas sûr d'oser se lancer avec vous dans une discussion sur Che Guevara.

Pour ma part je souhaite que les échanges dans un forum comme celui-ci puisse conserver un minimum de spontanéité et de franc-parler, et donc pourquoi pas une polémique de temps à autre, car des discussions qui seraient exclusivement basées sur un échange de connaissances risqueraient de devenir fort académiques... pour ne pas dire barbantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Pour Gosayn, la Shaah par balles...   17/5/2008, 18:49

Au sujet du Sud, pour Gosayn, non je ne suis pas penchée sur le Sud, c'est à creuser. Superbe message que sa photo sur son profil et très peu cliché. Je me demande s'il s'agit de lui quelques années en arrière...

Je dois avouer qu'il y a un an encore, j'ignorais totalement ce qu'étaient les Einsatzgruppen les principaux acteurs de cette page méconnue de l'Histoire, comme beaucoup de gens du reste. Une émission remarquable d'ARTE et quelques autres, ont du reste traité le sujet cette année. Cette découverte m'est venue, alors que je me documentais dans le cadre d'une biographie tragique écrite pour une personne dont le père fut officier dans la Wermath. Il avait été question à un moment de transformer ce travail et de lui donner un élan romanesque. Pour cette raison, comme je le fais toujours, j'ai plongé plus encore dans la documentation (Je travaillais déjà sur la progression du chaos historique de 39/45).

Pour un jour découvrir, que la déportation et les camps d'extermination ne furent pas l'unique instrument du génocide avant la "Solution Finale". Par balle, ce fut à la chaîne, à bout portant et directement dans les fosses. Par une suite d'informations, j'ai commencé par comprendre ce qui c'était passé en Pologne ou en union soviétique. Comme en Lituanie. Dans la forêt de Ponary, au début de juillet 1941, à treize kilomètres de la capitale,
Vilnius, guidés par les collabos lithuaniens, les groupes d'extermination les Einsatzgruppen SS massacrèrent au fusil, en quelques heures, plus de cinq mille porteurs d’étoiles de David sous les sapins millénaires, enfants, hommes, femmes.

Cette découverte pour moi a été le déclencheur et j'ai cherché à en savoir plus. Ce qui explique la lecture du livre incroyable de J. Littel sur ce sujet et pour lequel j'ai du reste ouvert une rubrique.

Amitiés à tous.

Le Site du Mémorial de la Shoah entre autres indique précisément ce que fut la Shoah par balles. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Qu'entre 1941 et 1944, près d’un million et demi de Juifs d’Ukraine ont été assassinés suite à l’invasion de l’Union soviétique par l’Allemagne nazie. Seule une minorité d’entre eux l’a été après déportation dans les camps d’extermination. L’immense majorité est morte sous les balles des Einsatzgruppen (unités de tueries mobiles à l’Est), d’unités de la Waffen SS, de la police allemande et de collaborateurs est-européens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   18/5/2008, 16:27

D'accord.

L'expression "shoah par balle "n'est cependant guère appropriée.

Les groupes spéciaux ont été remis à la mode ces derniers temps.

Mais il y a confusion entre les groupes mobiles SS, décrit dans le bouquin de Littel, qui sont là pour éliminer juifs et Tsiganes, et les einzatsgruppen de la werhmacht chargées de "nettoyer" l'arrière du front, lutter contre les maquisards ukrainiens, et éliminer le plus possible de civils afin que ces derniers n'alimentent pas les maquis. Dans une logique Oradour sur Glane, à l'échelle des campagnes ukrainiennes

A voir: "Va et regarde", film russe de 1984 ou 86.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Balles ...   18/5/2008, 17:36

Si vous avec lu vraiment Littel et connaissez l'Histoire de l'Armée allemande, les Einzatsgruppen ne font pas du tout partie de la Werhmacht. Ils étaient même en opposition souvent et n'obéissaient pas aux mêmes ordres.
Même s'il ouvre la polémique sur le fond, les historiens reconnaissent à Littel une documentation béton et peu contestable.

L'expression "Shoah par balle" n'est cependant guère appropriée pensez-vous. Elle n'est pas très jolie, j'en suis d'accord, mais réelle et reprise par tous les concernés. Hors les camions à gaz, qui ont été "l'oeuvre" des Einzatsgruppen mais furent abandonnés au bout d'un moment, tellement le résultat était écoeurant pour ceux chargés d'extraire les dépouilles, je vous passe les détails, les balles, fusils et mitraillettes, étaient les instruments de base, peu d'armes blanches. Si, une autre arme, un très grand nombre finissait étouffé sous le poids des autres. C'était bien plus économique.
Vous avez raison, les groupes spéciaux ont été remis à la mode. Ce genre de mode est de tous temps, depuis que le monde est monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   18/5/2008, 18:25

Empreinte des mots a écrit:
Si vous avec lu vraiment Littel et connaissez l'Histoire de l'Armée allemande, les Einzatsgruppen ne font pas du tout partie de la Werhmacht. Ils étaient même en opposition souvent et n'obéissaient pas aux mêmes ordres.
Même s'il ouvre la polémique sur le fond, les historiens reconnaissent à Littel une documentation béton et peu contestable.

.


Je suis historien, et j'ai travaillé durant trois ans sur la question. Littel est un romancier. Point. Et d'ailleurs, s'il est votre référence, à aucun moment il n'écrit que la werhmacht n'a pas constitué de tels groupes.
Pendant longtemps l'armée allemande s'est donnée une image de "respectabilité"... en opposition totale aux SS. Cette respectabilité doit être laaaaargement nuancée.

Ce roman traite des SS, et sur ce plan, il est très documenté en effet. Rien à dire... Mais il raconte le périple d'une unité, pas celui de l'armée allemande.

Einzatsgruppen signifie "groupes spéciaux". Certains font partie de la Wermacht, d'autres, de la SS. N'importe quel Historia magazine vous éclairera. Maintenant, pour plus précisions, lisez :


I Ouvrages généraux.

BERSTEIN, Serge, Démocraties, régimes autoritaires et totalitarismes au XXe siècle, Paris, Hachette, 1992, 256 pages.
BERSTEIN, Serge, MILZA, Pierre, L’Allemagne, 1870-1991, Paris, Masson, 1992, 277 pages.
NOLTE, Ernst, La guerre civile européenne, 1917-1945, Paris, Editions des Syrtes, 2000, 665 pages.
NORA, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

II La société du troisième Reich.
AYCOBERRY, Pierre, La société allemande sous le troisième Reich, Paris, Le Seuil, 1998, 433 pages.
BADIA, Gilbert, Ces Allemands qui ont affronté Hitler, Paris, Les Editions de l’Atelier/Les Editions Ouvrières, 2000, 254 pages.
DUPEUX, Louis, Histoire culturelle de l’Allemagne, 1919-1960, Paris, PUF, 1989, 365 pages.
FREI, Norbert, L’Etat hitlérien et la société allemande, Paris, Editions du Seuil, 1994, 369 pages.
KAHLE, Marie, Tous les Allemands n’ont pas un cœur de pierre, Paris, Editions Liana Lévy, 2001, 127 pages.
KERSHAW, Ian, L’opinion allemande sous le nazisme, Bavière 1933-1945, Paris, CNRS éditions, 1995, 376 pages.
LEVISSE-TOUZE, Christine (dir.), Des Allemands contre le nazisme, Paris, Albin Michel, 1997, 380 pages.
MOMMSEN, Hans (dir.), Le national-socialisme et la société allemande, Paris, Editions des sciences de l’homme, 1997, 414 pages.
INSTITUT UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE (Nancy).
Département Carrières de l’information. Colloque franco-allemand (1983 ; Nancy).
Le nazisme et les jeunes, Actes du colloque franco-allemand tenu à Nancy les 18 et 19 novembre 1983, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1985, 251 pages.
SPEER, Albert, Au cœur du troisième Reich, Paris, Fayard, 1971, 816 pages.

et bien d'autres...

La Terreur nazie, de Johnson, par exemple, dans lequel d'anciens militaires de la werhmacht nous offrent de jolis témoignages concernant ces actions.

L'Histoire a également sorti un numéro spécial, en 2000, consacré aux crimes de la werhmacht.

Pourquoi "Shoah par balles" n'est pas pertinent? Parce que comme je le disais précédemment, les Werhmacht, et oui, toujours elle, se chargeait d'éliminer les civils ukrainiens, juifs ou pas, dans le cadre de massacres préventifs: éviter la création de maquis sur l'arrière du front.
Les SS de Littel, eux, agissent dans le cadre du génocide, et donc de la shoah.
Le terme "shoah par balles" est trop restrictif.


Je parlais de mode, car depuis que Littel a écrit ce livre, les journalistes font mine de révéler des faits connus depuis 65 ans.

Bref...
Si cela vous intéresse, je vous fournirai des références bibliographiques plus complètes.
Mais vous êtes dans l'erreur en soutenant que l'armée allemande n'a pas participé à ces massacres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Membre
Membre


Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   19/5/2008, 12:50

Kurdy a écrit:
Est-ce consciemment ou inconsciemment que vous adoptez ce style précieux et alambiqué que personnellement je trouve assez indigeste?

Si c'est consciemment, pourquoi ce choix?

Excusez le ton direct de la question, c'est mon style à moi.

Permettez-moi de revenir sur cette intervention que, malgré l'excuse préventive qu'elle comportait, j'accepte de qualifier de maladroite, et qui m'a valu un blâme, non pas de l'historien-chevalier Gosayn cette fois, mais de l'écrivain Jean-Pierre Poccioni.

Empreinte des Mots ne souhaite pas engager le dialogue en avançant les raisons suivantes:

"(...) je souligne seulement que je n'ai aucun goût pour la polémique qui me laisse de marbre. Que se soit pour débattre à l'infini en des domaines généralistes en les survolant ou sur des sujets concernant les autres sans approfondir réellement. Ou encore s'il est question de ce qui me concerne et de l'opinion que l'on se fait de moi sans me connaître.
L'opinion est stérile souvent, en particulier si n'est pas nourrie par la connaissance, et seulement guidée par je ne sais quelle réactivité épidermique primaire et inculte."


Puis-je faire remarquer que ma question ne portait pas sur la personne mais sur sa façon de s'exprimer sur ce forum comme sur son propre site (que j'ai pris la peine de visiter, je le souligne au passage.)

Pourquoi faudrait-il "connaître" quelqu'un pour lui communiquer une impression ou un avis sur la façon dont il ou elle s'exprime? Cela me paraît absurde.

A mes yeux, ce qui est stérile dans une discussion, ce n'est pas tant l'échange d'opinions personnelles correctement argumentées ou non, que l'éternelle confusion entre la personne et ses actes (au sens large).

Je ne dirai jamais à Empreinte des Mots qu'elle est "précieuse", je n'en sais d'ailleurs rien. Mais si son style me frappe par sa préciosité, pourquoi ne pas lui dire? N'est-ce pas une information utile pour un écrivain de savoir comment on passe auprès des lecteurs? Si je suis le seul à le dire, elle n'en tiendra pas compte, c'est tout.

Excusez-moi d'avoir interrompu un débat d'historiens pour vous faire part de cet avis qui ne repose sur aucune connaissance livresque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance d'Epannes
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 72
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 27/04/2008

MessageSujet: Ah! la belle chose, que de savoir quelque chose…   20/5/2008, 10:42

[size=12]

D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux. Vos yeux beaux d'amour me font. Belle Marquise, mourir ou mourir vos beaux yeux ou belle Marquise, d'amour me font…

Ce ne sont que les êtres stupides parait-il qui ne changent pas d'attitude ou d'avis, donc je vais rajouter à la préciosité une étroitesse d'esprit stupide aux yeux de certains, pour m'affirmer plus que jamais, telle que je suis. Oh! Que oui alors, la connaissance est le terreau de toute chose. Sans elle, pas de salut, sans elle, il a la violence, l'incompréhension et les guerres.
J'avais bien compris qu'il s'agissait de ma manière d'écrire, et c'est ce pourquoi je ne vois toujours pas l'intérêt d'épiloguer. La personne ne peut se dissocier de ce qu'elle exprime, ce ne sont pas deux éléments étrangers l'un à l'autre et ma façon de dire sur ce forum, comme sur mon propre site, est la même que celle dont j'use et abuse dans mes Emails ou pour mes travaux biographiques. Il y a une cohérence. S'il avait été question qu'on fasse courir la rumeur que je serais précieuse pour les autres, du point de vue de mon caractère, je l'aurais entendu. Mais nous sommes tous précieux au regard des quelques uns pour qui nous comptons…

Et je vais même en rajouter une couche pour faire écho à Kurdy, en me laissant allez à modifier un tantinet ma posture. Puisque j'engage une forme de réponse aujourd'hui. Délibérément, je la fais précéder d'une fraction irrésistible des répliques du "Bourgeois Gentilhomme" et elles sont nombreuses à l'être. Monsieur Jourdain, personnage éloquent pour la peinture au scalpel d'une époque, figure désertique intellectuellement, présomptueux, ignorant, candide et versatile, tout burlesque qu'il est, parce qu'aspirant à devenir gentilhomme sans en avoir les armes, s'émerveille sur les mécanismes de la prose. Il n'en fini pas de s'époustoufler sur l'utilisation de la beauté de la langue, pour son émerveillement ignare et naïf, il a toute ma sympathie et ma considération.

Un appétit partagé pour la recherche, autant que pour ce qui s'analyse et se traduit, fait que depuis plusieurs jours, je suis en lien sur la Messagerie Privée avec Gosayn. Il y est copieusement question de s'entendre sur la façon dont j'ai traité un terme précis, et nous trouvons de très bons et passionnants lieux d'entente.
A partir de la fin de cette semaine donc, en accord commun avec lui je ferai paraître des parcelles de nos échanges fertiles sur ces domaines. Pour ce qui me regarde, de les insérer ici, mettra un terme à toute polémique.

Dans la foulée, cette insertion clôturera également le sujet historique sur une page de la dernière guerre concernant les "Einsasgruppen". A bientôt donc…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pionnier des vrais biographes privés habite New York …
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Envoyer un message privé à un membre
» Shooting privé
» Soirée Privée APAS le 30 mai 2009
» Toy Story Playland: Soirée privée Club Actionnaires (3 septembre 2010)
» Ou habite HARRY???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: