Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jim
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : En plein centre de Liège
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   19/7/2007, 16:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Suite à un coup d’état rondement mené, l’Espagne est soumise, entre 1923 et 1930, à la dictature du Général Primo de Rivera, cautionnée par le roi Alphonse XIII. Le Gouvernement est remplacé par un Directoire militaire, les partis politiques sont interdits et la Catalogne voit ses privilèges autonomistes suspendus. Mais, l’action de Primo de Rivera est mise à mal par une grave crise financière et sociale. Le Général abandonne le pouvoir et la Couronne ne peut qu’ordonner la tenue d’élections. Celles-ci sont remportées largement par les Républicains qui instaurent la Seconde république espagnole laïque et parlementaire, le 14 avril 1931. Sans pour autant abdiquer, Alphonse XIII s’exile pendant que la coalition gouvernementale, qui réunit les Républicains, les Conservateurs, les Radicaux, les Socialistes et les Autonomistes Catalans, met en place une politique sociale de grande envergure qui prévoit, notamment, une réforme agraire des latifundia, une réforme sociale et une liste de grands travaux dont le but est de fournir du travail à une grande part de la population. Le droit de vote est accordé aux femmes et la Catalogne retrouve son autonomie. Le Pays Basque dispose également de cette mesure d’indépendance…

Marche arrière !

Mais, rapidement la coalition se désagrège ! Les Socialistes et les Anarchistes catalans trouvent les réformes sociales trop lentes alors que les Républicains et les Radicaux les trouvent trop rapides !!! L’opposition catholique monte au créneau et dénonce l’anticléricalisme mené par les Républicains tandis que les grands propriétaires terriens s’indignent, s’estimant lésés par les réformes agraires. En novembre 1933, de nouvelles élections amènent au pouvoir une coalition de Droite dont les premières mesures visent à atténuer l’anticléricalisme, à annuler la réforme agraire et à ralentir fortement la politique sociale. L’opposition de Gauche dénonce ce changement radical et lance, en octobre 1934, des actions de grève en Catalogne, dans les mines d’Asturies et dans la région de Madrid… Le Gouvernement fait mater dans le sang ces insurrections d’ouvriers socialistes et anarchistes par les troupes du Général Francisco Paulino Franco I Bahamontes Salgado Pardo de Andrade, plus connu sous le nom de Franco !

Le contexte européen est très tendu en cette année 1936, début mars, le Chancelier Adolf Hitler dénie les Accords de Locarno et annexe la Rhénanie avant, quelques semaines plus tard de commencer, en Allemagne, sa chasse aux Untermenschen - les sous-hommes – par les Tziganes. Pourtant, Berlin accueillera, en août, les Jeux Olympiques et, déjà en février, les athlètes hivernaux s’affrontaient dans le respect des valeurs de l’olympisme à Garmish-Partenkirchen… En France, la semaine de travail de 40 heures est obtenue suite aux Accords de Matignon qui prévoient également l’obtention d’une seconde semaine de congés payés. Cette avancée sociale est obtenue au prix de grèves nationales et d’occupations des usines…

En février, le Frente Popular qui unit les partis de gauche remporte les élections législatives en Espagne. La victoire de la Gauche fait craindre aux Conservateurs et aux Catholiques une révolution sociale mâtinée, comme c’est le cas dans d’autres pays européens, et chez le voisin français en particulier, de grèves qui paralyseraient l’ensemble du territoire national. Le Front Populaire savoure cette victoire sur la Droite, mais le succès est teinté de rouge…de rouge sang ! En effet, les milices ouvrières et d’extrêmes droites s’affrontent et les crimes politiques se succèdent de manière effrayante : 270 meurtres en l’espace de cinq mois, entre mars et juillet… Depuis plusieurs mois, les factions militaires complotent ; les Généraux Mola, Goded, Fanjul et Franco ont entrepris de mettre sur pied un coup d’état. Le 13 juillet, José Calvo-Sotelo, dirigeant de la Droite monarchiste, mais aussi un des deux leaders de l’opposition avec Gil Roblès, est assassiné ! Ce meurtre politique met le feu aux poudres. Quatre jours, plus tard, le Général Franco prend le commandement des troupes espagnoles stationnées dans les enclaves espagnoles du Maroc, Ceuta et Mellila. Le 18 juillet 1936, il ventile ses hommes à travers tous le pays avec l’appui des troupes de Goded, Fanjul et Mola. Bien vite, des grandes villes de Navarre, de Castille, de Galide et d’Aragon tombent aux mains des militaires. Madrid, Barcelone et Valence restent fidèles au Gouvernement de Gauche, notamment grâce à l’action des milices ouvrières qui combattent l’armée de Franco motivées par le souvenir de 1934… L’Espagne est coupée en deux : une partie sous la coupe de l’armée et des nationaliste et l’autre dirigée par le pouvoir républicain et sa coalition de Gauche. Des massacres ignobles sont commis ; à Séville et à Grenade, des centaines d’ouvriers sont exécutés par les Nationalistes tandis qu’à Barcelone et à Madrid, les milices ouvrières déciment des familles bourgeoises.

De Guernica à Valence…

Après l’échec d’une tentative de compromis politique qui proposait un gouvernement mixte entre les Républicains et les Nationalistes, le pays sombre dans la guerre civile. Hitler et Mussolini apportent leur soutien à Franco. Des divisions italiennes rejoignent les troupes de franco tandis que l’aviation allemande assure le ravitaillement de l’armée par un pont aérien depuis le Maroc. Le Portugal d’Antonio Salazar apporte aussi son aide à Franco tout comme les Irlandais de la Légion Saint-Patrick, hostiles à la Couronne Britannique. Les Républicains ne reçoivent que peu d’aide de la France de Léon Blum car ce dernier craint un conflit de son pays avec l’Allemagne nazie et préfère conserver ses forces, au cas où… Le Royaume-Uni reste frileux et se contente de n’envoyer que quelques brigades éparses. C’est donc de l’Union Soviétique que viendra l’aide attendue par les Républicains. Cette aide se matérialise par quelques renforts mais surtout par un approvisionnement en armes et en munitions. En avril 1937, la petite cité de Guernica (ndlr Gernika en Basque) est balayée par un raid de l’aviation allemande. Elle était le symbole des libertés basques et est rasée par les bombes au phosphore larguées par centaines… 1654 personnes trouveront la mort alors que 889 autres seront blessées ! 2543 victimes civiles sur une population de 7000 âmes… C’est bientôt tout le Pays Basque qui tombe dans l’escarcelle de Franco, malgré une résistance héroïque de Bilbao.

En avril 1938, les Nationalistes remportent une victoire capitale à Vinaros, sur la Méditerranée. En effet, en prenant cette cité balnéaire, ils coupent l’Espagne républicaine en deux, isolant ainsi les dernières grandes villes «libres». Barcelone et la Catalogne tombent le 26 janvier 1939, Madrid résiste jusqu’au 28 mars. Des milliers d’Espagnols migrent vers la France. La chute de la Capitale pousse les autorités françaises et Anglaises à reconnaître officiellement le gouvernement que Franco vient de mettre en place autour de sa personne. Valence, dernier bastion républicain, abandonne la lutte le 30 mars… Le 1er avril 1939, la Guerre Civile espagnol prend officiellement fin, elle aura fait des centaines de milliers de victimes, dont quelque 500.000 morts ! La dictature franquiste s’installe jusqu’à la mort du Caudillo, le 20 novembre 1975.

Les Juancarlistes

La monarchie est alors rétablie et Juan-Carlos 1er accède au trône. Il est le petit-fils d’Alphonse XIII qui cautionna la dictature de Primo de Rivera dans les années ’20 et a été formé par Franco pour lui succéder. Mais Juan-Carlos, au grand dam des franquistes, entend faire de l’Espagne une Démocratie Parlementaire et met en place l’infrastructure utile. Il nomme Adolfo Suarez au poste de Presidente del Gobierno. Le 23 février 1981, une nouvelle tentative de coup d’état militaire prend corps. Des officiers de l’armée espagnole tirent plusieurs coups de feu dans l’enceinte de la Chambre des Députés. L’équilibre de la jeune démocratie espagnole est à nouveau en péril mais Juan-Carlos pose l’un des gestes les plus forts qu’un monarque n’ait jamais posé au vingtième siècle ; dans une allocution télévisée en direct, quelques instants après la tentative de putsch, il ordonne que l’armée apporte son soutien inconditionnel au Gouvernement démocratique légitime et exige que le commandement militaire se range aux côtés des défenseurs des valeurs de la démocratie. Le coup d’état avorte et, par son intervention, Juan-Carlos fédère toutes les entités politiques du pays derrière lui. Juan-Carlos 1er est l’un des artisans principaux du passage de la dictature à la Démocratie. Aujourd'hui, le roi règne en tant que monarque constitutionnel, sans exercer de réel pouvoir sur la politique du pays. Il est considéré comme un symbole essentiel de l'unité du pays, et ses interventions et points de vue sont écoutés respectueusement par des politiciens de tous les tendances… Les Espagnols sont quasiment tous fidèles à leur souverain et le respecte profondément, en tous, quelle que soit leur conviction politique. Mais davantage que monarchistes, c’est plutôt «Juancarlistes» qu’ils se considèrent tant l’actuel Roi d’Espagne est apprécié du peuple !

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.actadiurna.be.ma
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   6/8/2007, 09:52

Merci pour tout ça...

simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: 18 juillet 1936,   6/8/2007, 10:23

Les interventions de Jim me laissent toujours un peu stupéfait !

Veille de nos consciences ?
Aide-mémoire ?
Rappel à l'odre du mérite événementiel ?
Pot-pourri d'à savoir ?
Patchwork de sursauts humains ?

Mystère ! Jim est là et de temps à autre nous donne à lire un fragment de culture, un brimborion d'histoire. Après tout c'est une idée à essayer:

Souvenez-vous et méditez...le 5 mars 1985 Jean-Jacques Ducerneau est mort foudroyé dans le champ de colza qu'il inspectait avec conscience et sous un fort orage, hélas. C'était un obscur paysan, pas tout à fait alcoolique mais peu sobre, votant plutôt Jean-Marie que José mais s'il avait été, génial autodidacte, compositeur d'une symphonie pour harpes et tubas ou bien auteur d'un opuscule poétique chantant l'agreste beauté du terroir il aurait bien fallu que ce jour on lui rende hommage. C'est fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romane
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   6/8/2007, 14:20

Shocked J'ai bien connu Jean-Jacques Ducerneau. Il méritait ces quelques lignes. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1025
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   6/8/2007, 18:22

Dieu sait – c’est une expression, le scientifique que je suis doute de l’existence de cette créature fabuleuse – Dieu sait, donc, si je suis tolérant. Et pourtant !
Je ne saurais cautionner une telle falsification.
Jean-claude (J-C) se porte comme charme.
J-C, bien que goûtant aux liqueurs fines, ne sort jamais quand les cieux grisaillent.
J-C se moque des inspections de tout poil car quand bien même Dame météo lui serait défavorable, il dispose d’assurances lui permettant de mazouter sa récolte sans s’en porter plus mal.
J’ajouterai en outre que J-C est clairon dans la clique de notre joli village et que si un malheur venait à le frapper, hommage lui serait rendu.
Nous cotisons pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie chevalier
Membre
Membre


Nombre de messages : 1135
Date d'inscription : 14/12/2005

MessageSujet: Re: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   7/8/2007, 20:34

c'est balot je ne connais ce J-C Ducerneau alors je suis sereine !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo
Membre
Membre


Nombre de messages : 51
Age : 47
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 10/02/2008

MessageSujet: Re: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   11/2/2008, 12:28

Je ne suis pas DU TOUT d'accord avec cette version des faits... Je sais que c'est celle qui est en vigueur en France, mais mon peuple a, comment dire, une perspeption quelque peu alternative de ce conflit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...   

Revenir en haut Aller en bas
 
18 juillet 1936, l'Espagne bascule dans la guerre civile...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Juillet 1936à avril 1939; marine espagnole la guerre civile
» [Ferney, Alice] Dans la guerre
» La Marine dans la guerre de Libye
» Dioramas de la guerre civile espagnole
» 26 juillet 1936 en Espagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Regarde vers le passé et vis dans le présent !-
Sauter vers: