Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle de fin d'année scolaire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Nouvelle de fin d'année scolaire...   7/7/2007, 15:33

Jean-Pierre Poccioni a écrit:
Et sur mon texte, Gosayn, rien à dire ? Ce qui serait tout de même la destination naturelle d'une prise de parole sur un forum littéraire !


Certes.

Ce texte m'a plu tant dans sa forme que dans son fond - Oui, hein, je fais court - et laisse une question "effrayante" en suspens: "qu'est-il devenu?"



J'ai particulièrement aimé ceci :"Quand il a acquis de haute et constante lutte le droit de ne rien faire, le statut singulier du cancre libéré sur place de toute obligation scolaire, il se trouve face au temps hideux et insupportablement lent. "

C'est l'exacte descritption de la réalité et c'est ici que se situe l'échec de l'école qui en prend son parti: isole un peu plus, car elle est démunie.

Pour avoir au cours de ma jeunesse agitée fréquenté des établissements scolaires où les enfants "difficiles" étaient la norme, permettez que je dévie un peu sur mon vécu.

J'ai vu une instit attacher un élève à sa chaise avec des sandow, mais généralement, les plus pénibles menaient une vie parallèle, dans leur coin, trouvaient à s'occuper à monter le gadget de Pif, le mardi matin; probablement le seul moment agréable passé à l'école.
Seulement, quand il y a concentration de réfractaires, comme cela était le cas dans mon établissement, la vie est moins intenable. La classe se divise alors en deux, ceux qui écoutent et travaillent, et ceux qui quittent l'enceinte de l'école ( nous étions en primaire) pour aller jouer dans un parc proche.

Bien sûr, même dans un cadre si souriant existaient des enfants en marge qui n'arrivaient pas à intégrer la glandouille ambiante.

Vous savez quoi?

C'est sûr eux, sur votre élève X, que tout retombait. Celui qui ne bénéficie pas de la protection de ses camarades sert de défouloir à l'institution. "Les instituteurs bafoués" pour vous citer, n'attendaient pas que l'avenir se charge des plus déconnectés. Oh que non. Nous étions là pour leur servir de bras armé et pouvions en toute impunité corriger l'élève X. Ils détournaient le regard et laissaient infliger des punitions qui leur étaient interdites.

L'élève X ne s'interessait pas à la classe, ni aux débordements d'une partie de ses camarades, restait dans son coin, et ramassait des gnons quand sonnait la cloche. Comme ça, sans raison le plus souvent. Je ne parle pas de rossée infligées par deux ou trois costauds, je parle de lynchages pratiqués par une classe unie, ceci sous les yeux d'instituteurs qui aspiraient goulument la fumée de leurs cigarettes.

Bref, ceci pour montrer le degré de marginalité atteint par certains enfants. Certains "cancres" sont les héros de leur classe. D'autres sont trop insignifiants et ne récoltent pas même cette gloriole.

En d'autres termes, votre texte évoqua de mauvais souvenirs. Et cette question qui me revient de temps en temps: que sont-ils devenus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Nouvelle de fin d'année scolaire...   7/7/2007, 16:18

"ce qu'il sont devenus" ?

J'ai sur ce sujet quelques idées, quelques exemples, mais trop singuliers et isolés pour servir d'illustration.

Quant à ma version de la chose, moins cruelle et extrême que ce que vous évoquez (qui est à la fois exemplaire et glaçant mais risque d'apporter de l'eau au moulin anti-prof souvent un peu sommaire voir carricatural) ), elle est tout simplement issue de mon expérience personnelle, de ce que j'ai observé en diverses occasions.
C'était ainsi et déjà assez triste me semble-t-il !

Ps : IL faudrait aussi évoquer une certaine chasse au bon élève toujours suspect de prétention. L'éducation nationale est le monde du juste milieu et n'aime pas trop ce qui dépasse du rang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gosayn
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Nouvelle de fin d'année scolaire...   7/7/2007, 17:42

Nos instits étaient surtout prisonniers, je pense, de la politique de l'établissement, divisé en deux sections: une vissée, à l'ancienne, et l'autre, la mienne, assez laxiste. Leur comportement changeait du tout au tout selon leur affectation.
J'ai passé mon CP à la section "dure". L'instit vous giflait et vous tirait la tignasse à vous mettre un torticoli ( authentique). La même personne, en section "molle" où je passai le reste de ma scolarité, arrachait toujours des cheveux, mais les siens, en se faisant traiter de "vieille pute". La pauvre était aussi marginalisée que certains élèves. Les véritables Jean-foutre ne souffrent pas autant.
Je ne blâme pas ces instits et je suis heureux de ne pas avoir été à leur place. Mais je ne comprends pas ( même si à neuf ans nous nous félicitions de la situation) qu'une telle ambiance puisse être maintenue. Et cela se passait dans les années 80, dans un quartier qui n'avait rien de "difficile". Quand nous en reparlons entre trentenaires, anciens de cette école qui a défaut de bien nous éduquer a généré de longues amitiés, nous songeons, en plaisantant, que son but était de former des légions devant destabiliser la société. La politique de cette école était tournée vers le désordre et l'anarchie. Les premiers à tomber furent nos instits, quant à nous, nous sommes à peu près rentré dans le moule une fois au collège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam.SZ
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Tunis
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: Nouvelle de fin d'année scolaire   11/7/2007, 00:55

Bonsoir Jean-Pierre!

Je viens de terminer la lecture de votre nouvelle. Ce n'est pas - encore - la plage pour ma part, mais, plutôt, une courte absence. J'espère que vous allez bien, que tout le monde va bien sur Passion des mots.

Bonne idée cette nouvelle qui peint le vécu du cancre et celui de l'enseignant. Qui souligne discrètement la difficulté du métier. J'ai aimé l'analyse psychologique fine du personnage, les légères digressions qui élargissent le texte et l'ouvrent à diverses considérations : affubler un enfant d'un prénom qu'il aura du mal à porter adulte, beauté universelle ou objectif unique de la caméra, la personne grammaticale du personnage sans nom ( "il") combinée au Je du narrateur...

Une description réelle du cancre-type tel qu'il existe un peu partout à quelques différences près. Le cancre, l'élève en échec scolaire, l'élève qui a décroché, l'emm... du coin...Personnellement, je dirai le solitaire, l'élève en rupture de quelque chose, d'un système, d'une éducation, d'une famille décomposée, d'un couple qui se déchire, d'une aptitude aux études défaillante, d'une situation financière difficile, du regard des autres...

La solitude de ce type d'élève m'a toujours touchée et derrière l'indifférence qu'il affiche et l'agressivité qu'il jette aux yeux de tous, il y a souvent un vrai désespoir et un sentiment de honte!

Il arrive quelquefois qu'un contact s'opère en dépit de la difficulté de la chose. Bien sûr, l'enseignant y met du sien. Et c'est à ce moment-là que l'on mesure l'étendue de l'angoisse de ce type d'élève: que vais-je devenir? Quel avenir m'attend? Pourquoi je ne vaux rien?

J'entends ce texte comme une critique de systèmes éducatifs à revoir, à humaniser, à refonder.Car désuets et " plaqués à la chaîne".

A ce titre, le système finlandais, l'un des meilleurs au monde, a des leçons à donner. L'échec est banni et tout élève est apte à réussir dans un domaine ou un autre. Un système qu'il n'est pas toujours possible d'appliquer ailleurs malheureusement!

C'est, de toute évidence, une réponse d'écrivain Jean-Pierre! Le regard d'un écrivain, la réflexion d'un écrivain, la teneur d'un écrivain.

C'est un point de vue personnel avec tout ce que cela contient de limite.

Merci de nous permettre de nous interroger sur le pourquoi de tel comportement d'élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Pierre Poccioni
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 3237
Age : 69
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Nouvelle de fin d'année scolaire...   11/7/2007, 08:12

Merci Sam.SZ pour cette lecture aussi attentive que bienveillante.


Précisons, cependant que je ne suis nullement un théoricien de l'éducation, tout juste un praticien. Comme vous le dites très justement je réagis en écrivain.
D'autre part la nouvelle n'est pas pour moi un genre d'élection. Je préfère et suis bien plus à l'aise dans le roman...que je réserve évidemment à mes éditeurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Nouvelle de fin d'année scolaire...   11/7/2007, 10:31

Merci aussi à Gosayn pour le long partage dans ce forum d'une expérience que je viens de découvrir. À la fois émouvant, dur et pertinent...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
Sam.SZ
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Tunis
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: L'école est obligatoire, J-P Poccioni.   11/7/2007, 10:31

Le roman suppose une construction autrement plus travaillée que celle de la nouvelle, des ramifications multiples qu'il faut savoir emprunter et approfondir, une habileté afin de ramener le lecteur ( et de se ramener soi-même ) vers le point de convergence principal tout en le tenant en haleine par rapport aux péripéties du récit. Cela suppose un savoir-faire solide et un vrai souffle. Beaucoup de travail aussi!
L'avantage de la nouvelle, c'est la liberté qu'elle donne tant au niveau de la forme que du fond. Personnellement, je ne trouve d'intérêt à la nouvelle que losqu'elle se trouve au sein d'un ensemble de nouvelles et qu'un vecteur commun les unisse explicitement ou implicitement. J'aime beaucoup, par exemple, l'écriture "musicale" car vagabonde d'Yves Simon, une écriture souvent en textes courts successifs, même pas en nouvelles, difficile , en réalité à classer dans un genre précis. ( La dérive des sentiments ( roman ?), Jours ordinaires et autres jours )
Quelle chance que vous avez de vous trouver à l'aise dans le genre roman !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle de fin d'année scolaire...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle de fin d'année scolaire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Cadeau de fin d'année scolaire
» [Anime-mix] AMV nouvelle année 2011
» 20 juin- fin année scolaire
» Bonne année 2010 sur Manga-Fan !! [Bilan 2009 / Infos]
» Le jeu de l'année.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: Les écrits de nos membres-
Sauter vers: