Passion des mots

Forum culturel
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Se faire publier sur le Net ou grâce au Net : échange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saiga

avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Uccle
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Se faire publier sur le Net ou grâce au Net : échange   3/2/2007, 10:10

Que dire...des sites internet où "n'importe qui" publie son roman en ligne, dont ceux qui marchent le plus sont édités ensuite en version papier...
Je suis tombée sur ce genre de site, par hasard (inutile de préciser que j'en ai "oublié" l'adresse)...physiquement, en le parcourant en diagonales, j'ai eu envie de vomir No
Bien peur que la littérature soit noyée un jour sous un tel amas de masse Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 987
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Ah! chère Saiga!   3/2/2007, 22:48

... Désolé, vraiment désolé!
Ecoute, je vais être très franc avec toi : TU AS PARFAITEMENT RAISON! Il y a (excuse moi l'expression "beaucoup de merde sur le web")...
De nombreuses personnes présentent des sites ou des blogs par lesquels elles se pavanent comme des dindons, et où elles déversent des fantasmes, des banalités... ou des écrits qu'elles appellent "oeuvres"...
D'autres, cependant, essayent de se rendre "présentables", "lisibles" si l'on veut...
Ecoute, j'ai "produit" pour ma part, quelque chose d'abject (aux yeux "bien pensants" et aux esprits "normaux") qui se nomme (oh horreur) Grand Hôtel du Merdier...
Au départ, je ne voulais pas diffuser ce texte iconoclaste, provoquant et surtout INCULTUREL... Et encore moins le faire imprimer...
Mais je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé : des gens que j'aime beaucoup et qui me connaissent ( par d'autres écrits et par des rencontres vraies) m'ont encouragé à présenter ce texte... Et ce sont des personnes cultivées!
Alors je n'y comprends plus rien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 987
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ... Suite   3/2/2007, 23:04

... Pour être encore plus franc avec toi, je vais te dire... vraiment!
Voilà : je conçois que l'on puisse avoir envie de vomir en me lisant! (En diagonale, en travers, en pointillé, entre les mots, en suivant, en feuilletant...)
Mais cela me semble tellement normal!
A côté de cela, il y a des gens que l'on "bassine à mort", que l'on énerve et avec lesquels on se "frite"... Mais qui vous aiment tout de même, à leur façon...
Et réciproquement, il y a des gens avec lesquels on ne peut communiquer, mais que l'on adore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
saiga

avatar

Nombre de messages : 46
Localisation : Uccle
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Se faire publier sur le Net ou grâce au Net : échange   4/2/2007, 09:00

Cher yugcib,

à vrai dire je suis contente pour toi que tu ais présenté ton texte, car il est très difficile (pour moi en tout cas) de se laisser lire...
Et si tu es étonné du fait que tes écrits plaisent, c'est sans doute que ton regard est trop impliqué (évidemment) et je suis certaine qu'il doit être très bien.
D'ailleurs, une petite question à ce sujet: "inculturel" a attiré particulièrement mon attention...qu'entends-tu par "inculturel"? serait-ce les idées écrites? ou bien le texte en lui-même qui est inculturel?

J'en reviens à ce site internet (dont j'ai parlé plus haut) pour nuancer mon idée : je suis convaincue qu'"il faut" écrire, que ce soit pour travailler son imagination, pour les associations d'idées, pour la notion d'engagement (ou pas) que pour extérioriser certains sentiments négatifs (comme la violence) et en faire du positif. Les sentiments positifs, je pense qu'ils sont moins propices à l'écriture (pour moi en tout cas).
Si "tout le monde" écrivait, ce ne serait peut-être pas plus mal. Ce que je reproche à ce genre de site "littéraire" c'est l'impression que j'en ai eue : comme dans les grandes surfaces il y a des pommes différentes, des limonades différentes, on n'a plus qu'à choisir. La littérature comme dans une boucherie...c'est ça qui m'a donné envie de vomir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jipi
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5900
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Se faire publier sur le Net ou grâce au Net : échange   4/2/2007, 12:02

saiga a écrit:
Que dire...des sites internet où "n'importe qui" publie son roman en ligne, dont ceux qui marchent le plus sont édités ensuite en version papier...
Je suis tombée sur ce genre de site, par hasard (inutile de préciser que j'en ai "oublié" l'adresse)...physiquement, en le parcourant en diagonales, j'ai eu envie de vomir No
Bien peur que la littérature soit noyée un jour sous un tel amas de masse Shocked


Je te rejoins en très grande partie saiga. Je connais quelques-uns de ces sites où les gens s'imaginent faire une littérature de qualité, mais qui est le plus souvent médiocre. Le problème est que chacun croit pouvoir s'improviser très bon écrivain, ou bon cinéaste ou bon photographe ou bon chanteur comme si plus aucune échelle de valeur existait car il est de bon ton aujoud'hui d'affirmer que chacun peut faire ce qu'il veut même si ce qu'il fait est mauvais (voir la mode actuelle par exemple des mauvaises autobiographies). Donc personnellement je ne perds plus mon temps à lire des oeuvres de qualité très moyenne ou médiocre. Loin de moi le désir de mettre en avant une vision élitiste, mais à l'heure de la médiocrité culturelle mon espoir est de faire reconnaître l'oeuvre qui sort du lot et ce quel que soit le domaine artistique.

Par contre je rejoins en partie mon ami yugcib qui a le mérite d'écrire des textes de haute qualité (tu en découvriras d'ailleurs dans Passion des Mots) et qui mériteraient une publication très officielle par l'entremise de l'un ou l'autre éditeur reconnu. Mais les écrivains de la trempe de Yugcib sur le Net sont très très rares... Entre parenthèses je n'ai pas lu son « Hôtel », mais je lis ses textes fragmentaires qui sont parfois remarquables ! Comme quoi des exceptions existent mais celles-ci sont très rares et en cela tu as raison, saiga, sur le plan de ton analyse (il fallait juste nuancer en révélant l'existence d'écrivains de talent qui mériteraient une reconnaissance officielle par des voies autres que celles du Net où l'on trouve souvent de nombreuses oeuvre de qualité très discutable).

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frandidac.net
yugcib
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 987
Age : 69
Localisation : 186 route d'Audon 40400 Tartas
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Inculturel...   4/2/2007, 22:55

Inculturel…

Je disais de mon texte « Grand Hôtel du Merdier », qu’il pouvait passer pour inculturel… Et que je le trouve effectivement « inculturel ».
A ce sujet d’ailleurs, je vous invite à lire le commentaire de l’un de mes lecteurs, qui m’écrit (je ne me souviens pas des termes exacts) : ce texte ne peut qu’impressionner des gens qui n’ont pas beaucoup de culture.
Il m’a paru essentiel, lorsque j’ai décidé de reproduire sur mon site même les commentaires de mes lecteurs, de présenter des critiques qui ne vont pas dans le sens qui me « conforte »… Par honnêteté ? Par « droiture » ? Peut-être… Mais ce n’est point là, la seule explication…
J’aime la diversité du ressenti, chez mes semblables… Je conçois qu’ils aient leurs valeurs personnelles, leurs repères, leur « vision du monde »… Alors même que, de par ce qu’il y a d’ombre en moi, de par ma susceptibilité parfois, il semblerait que je fasse plus de l’amour de la diversité et de la différence un « cheval de bataille » qu’une réelle règle de vie…
Mon texte en lui-même est effectivement inculturel. Puisqu’il n’est pas autre chose que du ressenti,ou, comme le dit si bien Becdanlo d’Alexandrie « des roses écloses sur un tas de fumier »…
Et c’est vrai que « des roses sur un tas de fumier », c’est un peu léger pour faire une œuvre littéraire !
Quand aux idées… ou aux messages que je fais passer dans mon texte, disons que j’ai essayé d’exprimer ce dont il est difficile de parler dans la vie que nous vivons avec les gens (proches ou moins proches) que nous rencontrons. Je veux bien croire… ou avoir l’illusion de croire que de ce côté-là, c’est moins « inculturel »…
Pour être bien clair… Honnête si l’on veut… La plupart de mes écrits ne sont que du ressenti, des émotions, une pensée en ébullition, des interrogations… ou des rêves, ou des histoires inventées… Tout cela ne repose pas sur des bases vraiment « solides », des bases précisément « culturelles »… Mes références à des auteurs, à des documents historiques, scientifiques, littéraires, sont finalement peu fréquentes, incomplètes lorsqu’elles apparaissent sporadiquement…
Je le sais, j’en suis conscient, je fais disons, par « vagues » (presque d’assaut) des efforts dans le sens d’un « bagage » culturel et de connaissances… Mais les années passent, les lacunes demeurent et mes imaginations, mes digressions, mes escapades m’emportent… et gèlent ma bonne volonté… Retour éternel à la case départ, déceptions, déconvenues… mais à qui la faute ?
Alors, un « petit coup de bâton » par ci par là, reçu « en pleine poire »… ou dans le dos… me rend soudain un peu méchant, un peu amer, quelque fois même affreusement insolent et insupportable… mais à qui la faute ?
J’ose me dire : et si un jour je venais à bout de tout ça ? Si je surmontais, si je m’élevais, si j’atteignais le ciel, si enfin ma vie s’ouvrait dans cette lumière, dans cette pureté, dans cet accomplissement dont je suis si désireux, si amoureux, si avide ? Oui, dans mes enthousiasmes, dans ma fièvre, j’ose me dire cela…
Mais qu’en ferai-je, et à quoi, et à qui tout cela servirait-il ? Qu’est-ce que cela prouverait ?
AH, si ! Il me reste quelque chose d’absolument essentiel : L’espérance ! Car le voilà le vrai moteur ! L’espérance ! L’espérance d’avoir la possibilité de transmettre ce que je sens, qui vient en fait de « quelque chose de plus grand que moi » (et qui certains jours me pèse comme un immense chagrin – ou joie- sur des épaules d’enfant)…
Cette espérance qui est celle d’acquérir un pouvoir à partager totalement avec mes semblables, du moins avec ceux qui me sont déjà assez proches… Je dis bien partager parce que j’ai la certitude absolue que le pouvoir dont on abuse (et que l’on ne partage pas, que l’on ne transmet pas) n’est pas du tout le pouvoir qui convient… Je conteste le pouvoir d’une caste, d’une idéologie, d’une puissance politique, économique et financière, le pouvoir d’un seul homme ou d’un parti, le pouvoir des médias, le pouvoir d’une somme d’habitudes, d’une mode, d’une religion, d’une science, d’une culture…

Jipi, notre ami et fondateur de Passion des Mots, évoque l’idée d’une reconnaissance officielle par des voies autres que celles du Net…
Et c’est vrai qu’une telle reconnaissance fait défaut, de certains auteurs, de certains artistes, de certains créateurs…
Mais je m’interroge vraiment, du plus profond de mon âme, sur ce concept de « reconnaissance officielle »… que nous, humains de cette chère Terre bien (et mal) aimée, semblons prendre pour « référence suprême et incontournable »…
Il y a, à mon sens, dans cette « reconnaissance officielle » une sorte de piège qui nous est tendu : alors faut-il renoncer à la reconnaissance officielle afin d’être certain de ne pas tomber dans le piège ? Je n’ai aucune réponse à cette question… Je sais seulement que je veux, de toutes mes forces, éviter le piège…
Il y a selon moi un risque à accepter de la reconnaissance officielle. A moins que d’officielle, la reconnaissance se fasse enfin informelle, humaine et aimante.
La voie du Net me semble plus proche, plus accessible, plus porteuse d’espérance (en dépit de sa dangerosité, de ses perversions, de ses abus, de sa violence, de sa banalité, de sa profusion, de la médiocrité qu’elle véhicule) dans la mesure où elle reste un espace de communication et de liberté dans lequel les gens peuvent se parler, se rassembler, décider de se rencontrer en vrai… Et pourquoi pas, « changer le monde »… Ensemble.
N’oublions jamais que sur le Net, et avec la technologie qui l’accompagne en évoluant, tout va très vite… très vite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se faire publier sur le Net ou grâce au Net : échange   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se faire publier sur le Net ou grâce au Net : échange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion des mots :: Forums de discussions :: La littérature et le langage-
Sauter vers: